Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

islam

  • Les petites choses fragiles


    Élisabeth_Badinter et Fatiha_Agag-Boudjahlat

    Féminisme : « Le grand détournement » vu par Fatiha Agag-Boudjahlat
    République, féminisme, laïcité, Fatiha Agag-Boudjahlat décrypte les conséquences du communautarisme sur les idéaux féministes dans son livre « Le grand détournement », publié aux éditions du Cerf
    Aucune femme n’appartient à une communauté, elle s’appartient, un point c’est tout
    Une assignation presque comique digne d’un opéra bouffe, sans le moindre rapport avec la religion ni avec la croyance dans une divinité, la pudeur qui passe par le voilage des femmes est une valeur imposée par une partie de ces hommes qui, par peur de perdre leur virilité ou leurs bijoux de famille, n’ont jamais rien lu d’Aristophane, abusent avec la complicité ou le concours hyper-actif d’une partie hyper-religieuses de femmes qui n’ont jamais rien lu des livres ou n’ont jamais rien compris à la démarche d’Élisabeth Badinter* plus sûrement pondeuses émérites devant l’éternel, singulièrement insensibles à la loi commune et peu enclines à remiser le patriarcat dans les poubelles de l’histoire pour, à laide du phallocentrique coran, maintenir et persuader leurs enfants garçons et filles de la supériorité de l’homme sur les femmes
    * - Cela dit, à la décharge de ces si particulières musulmanes, ne manquent pas à l’appel certaines parmi les « féministes occidentales victimistes », et j’en connais des vertes et des pas mûres, certes plus nombreuses à faire leur miel aux Amériques du Nord qu’en France, qui n’ont rien compris au féminisme universel défendu bec et ongles par la " pas que féministe " Élisabeth Badinter

    Quand le féminisme universel s’en mêle porté par de vraies " pas que féministes "
    Fatiha Agag-Boudjahlat et Élisabeth Badinter considèrent avec justesse que les femmes ne sont pas des victimes, et rappellent que la « vitalité du patriarcat » ne serait plus d’actualité, et depuis longtemps, sans le concours actif d’un féminisme qui n’a plus rien d’universel dont les « porte-parole » Marlène Schiappa qui fait du tourisme à la Chapelle-Pujol sur les trottoirs élargis par Caroline De Haas pour protéger du harcèlement musulman les femmes émancipées de ce quartierbelles égéries des femmes blanches néo-féministes, grandes prêtresses de ce féminisme victimiste juchées sur le trépied des augures rien de bon - des intercetrices ou le ramage de l’une se rapporte au plumage de l’autre pour plus avantageusement communier la main dans la main dans la plus parfaite gémination avec l’Esprit-Saint de Clémentine Autin afin de, par le biaisé différentialisme, minimiser les violences faites aux femmes au nom d’une « culture religieuse orientaliste » qui dans toute l’histoire de l’humanité compose et impose la pire des négations du féminisme universel

    Il n’y a pas d’au-delà, donc pas de paradis ni d’enfer ni de purgatoire, la mort est absence de sensation, l’espérance d’une vie de soumission est vaine, et la vie s’écoule
    Il est des manques de rigueur qui altèrent ou transforment la notion de l’égalité en une relation perverse entre femmes-hommes, voire de rigueurs mortifères dès qu’il s’agit d'éviter la critique sans distinction des idéaux de de tous les patriarcats sacralisés par la religion
    Émanation d’un « féminisme blanc » ou non musulman si néfaste à l’émancipation de ces femmes « orientales » nées de l’autre coté de la voie ferrée dans le quartier Avicenne, Rue de la Lapidation ou Rue du Paradis des bien-heureuses Houris où coulent des rivières de lait et de miel ( heue, mille excuses, je voulais écrire des " rivières de spermes " ) se voient ainsi racialisées au nom du « le voile, c’est mon choix »
    Ce nov ou néo-féminisme initié par une poignée de femmes blanches ( en surface ), néanmoins très médiatisées, certes – certes, n’est rien de plus qu’une sorte de fumerolle numérique rayée comme un zèbre en carton peint et plastifié de fête foraine fixé sur la circulaire plate-forme d’un manège manigances tellement, tellement, tournant comme un vis sans fin babylonien et si bien venu, en ces temps suspendus quand la rumeur dans le jardin de l’actualité sucrée d’orge prime sur l’information, la rigueur de l’enquête ou encore à l’encontre de l’honnêteté intellectuelle, que l’essentiel de la substance ( genre barbe à papa ) est repris en boucle mais très nettement plus hystérisé dans les milieux musulmans car marqué, le plus souvent, de l’indélébile sceau de l’hyper religiosité de ces femmes dites musulmanes lesquelles vont jusqu’à voiler leurs fillettes qui ainsi que tous les enfants en bas âge croient ce que leur dit au quotidien leur mère ( ou parents ) peu portée sur le questionnement ou peu disposée à proposer de réfléchir, en famille, sur les grandes questions et plus tard de leur interdire de faire du sport à l’école - quand elles ne recommandent pas à leurs filles ou à leur garçons de dormir pendant le cours de science - CRAB

    Lire le livre de Fatiha Agag-Boudjahlat « Le grand détournement » paru aux éditions du Cerf

    Note de l’Éditeur : Le grand détournement

    de Fatiha Boudjahlat
    Égalité, mais aussi laïcité et encore droit, justice : ces mots, qu’on croyait universels, sont, chaque jour, détournés de leur sens. Les responsables de cet assaut porté à la langue française ? Les communautaristes
    de toutes obédiences. C’est pour décrypter leurs méthodes que ce livre a été écrit. Du « féminisme », au nom duquel le voile intégral devrait être autorisé, au «  patriarcat  » qui n’est combattu que lorsqu’il se présente sous les traits du «  mâle blanc  », en passant par la «  tolérance  », invoquée pour justifier l’excision, ou la « culture », qu’on évoque désormais contre la loi de la Nation, c’est l’histoire d’un détournement sémantique qui nous est ici contée. Indigènes réinventés, prétendus antiracistes, vrai-faux identitaires de droite comme de gauche, les nouveaux tartuffes sont démasqués! Un plaidoyer pour que l’écologie du langage serve à redonner voix à la politique et à la République fraternelle.
    Enseignante, cofondatrice du mouvement citoyen Viv(r)e la République, ex-secrétaire nationale du MRC en charge de l’Éducation, Fatiha Agag-Boudjahlat vit à Toulouse.


    Vidéo : Fatiha Agag-Boudjahlat
    http://blvids.free.fr/Feminisme_Fatiha_Agag-Boudjahlat.mp4

    Vidéo 2 : Musulmane ou femme « normale » ?
    http://blvids.free.fr/V%C3%A9nus_%20confessions.mp4

    Suites : Fausse route en 2018 – suite
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/02/fausse-route-en-2018-suite.html

    Suites 2 : Réaliser un féminisme libertin
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/03/realiser-un-feminisme-libertin_16.html

    4 commentaires:

    1. par Florence Rault
      Une Caroline de Haas « sur deux ou trois » dit n’importe quoi
      Non, la justice n’est pas « complice de crimes de masse que sont les viols »


      Impliquée dans l’affaire Darmanin, la néo-féministe Caroline de Haas a le vent en poupe. Pour mener sa guerre des sexes, elle n’hésite pas à cracher sur la justice et l’Etat ou à affirmer « qu’un homme sur deux ou trois est un agresseur ».

      L’affaire Weinstein, qui au départ ne concernait que le très particulier milieu d’Hollywood dans ses liens avec le Parti démocrate américain, a débouché sur une déflagration qui secoue le monde anglo-saxon et l’Europe de l’Ouest. Ce qui fut présenté comme une « libération de la parole des femmes », confrontées à une violence masculine massive, a immédiatement embrayé sur une véritable « guerre des sexes » faisant voler en éclats non seulement la décence ordinaire mais mettant aussi dangereusement en cause des règles et des principes qui régulent une société démocratique et peuvent être très justement considérés comme des acquis de civilisation.
      Pour Caroline de Haas, l’Etat est « complice de crimes de masse »
      Tous ceux qui ont émis des réserves lors du lancement des campagnes #BalanceTonPorc et #MeToo ont été prestement disqualifiés, moqués, insultés. Et pourtant, comme la nuée l’orage, ces campagnes portaient en elles les catastrophes culturelles, sociales et liberticides auxquelles nous sommes confrontés. Cela va de la mutilation des œuvres artistiques à la façon des talibans, aux délires suédois qui font de l’acte sexuel un viol par définition jusqu’à la preuve « d’un consentement explicite ». En passant par les demandes gravissimes de responsables d’institutions publiques de renversement de la charge de la preuve en matière pénale. Comme Jacques Toubon, « défenseur des droits » demandant instamment que l’on viole ce qu’il est chargé de défendre ! Et l’utilisation de fantasmagories de charlatans, comme dans l’affaire Flavie Flament, pour justifier l’abandon de principes pénaux séculaires.
      A lire aussi: Affaire Darmanin: c’est la justice qu’on viole
      Comment s’étonner alors, lorsque la simple raison a déserté le champ du débat, que des gens comme Caroline de Haas ou d’autres militantes du néo-féminisme prédateur et violent se livrent à des débordements ahurissants. La cofondatrice d’Osez le féminisme a organisé avec l’affaire Darmanin une manipulation détestable, méritant peut-être que le parquet examine de plus près quel a été son rôle dans le dépôt de la plainte, désormais classée sans suite. Probablement inquiète pour la prospérité de son petit business, elle n’hésite pas, par ailleurs, à accuser l’État d’être « le complice de ces crimes de masses que sont les viols ». Comme d’habitude en assénant des statistiques fantaisistes selon lesquelles une femme sur deux aurait été agressée sexuellement, et un homme « sur deux ou trois » serait un prédateur sexuel !
      Ce sont ses sœurs de lutte qui, déchaînées par l’organisation d’un colloque plutôt favorable sur le phénomène #BalanceTonPorc à l’EHESS, appellent à empêcher sa tenue, y compris par la force – tout autre parole que la leur étant inacceptable – et, nervis excités, elles envahissent l’amphithéâtre pour s’y livrer à la violence et l’intimidation.

       
       
    2. Suite:
      Marlène Schiappa met un pied dans le plat
      Les inconséquences de Marlène Schiappa n’aident pas. Dans l’affaire Daval, elle est intervenue de façon tout à fait intempestive, en violation du principe de la séparation des pouvoirs, pour donner son avis sur la conduite d’un dossier judiciaire. Mais le plus grave n’a pas été relevé. La secrétaire d’Etat a contesté, dans leur principe, les moyens de défense développés par les avocats du mis en examen. C’est-à-dire qu’elle considérait comme intolérable la liberté du choix de leurs arguments. Elle s’indignait du fait que des considérations sur la personnalité de la victime aient été avancées par la défense, ce qui reviendrait, selon elle, à « légitimer les féminicides ».
      Quelle est cette folie ? En oubliant opportunément les incroyables mensonges du lobby féministe dans l’affaire Sauvage, pour excuser un meurtre en faisant de son auteur une victime, madame Schiappa veut-elle que l’on abandonne un des principes intangibles du droit pénal ? Ce principe, c’est celui de la personnalité des crimes et des peines : l’on juge des faits particuliers et des hommes (ou des femmes) particuliers. Il est du devoir du juge d’examiner tout ce qui lui est soumis, et notamment les circonstances dans lesquelles un drame a pu se dérouler, celles du passage à l’acte. Interdit de se défendre, interdit d’expliquer, et par conséquent interdit de comprendre ? Eh bien désolée, madame la secrétaire d’Etat, si on peut lyncher, dans ce cas il est impossible de juger.
      La délation appelle la délation
      Ces exemples le démontrent : l’entreprise de délation générale et particulière initiée par #BalanceTonPorc ne pouvait déboucher que sur cette catastrophe. J’ai beaucoup entendu, au début de la campagne, qu’il y avait peu de noms jetés en pâture et que la dénonciation serait pédagogique par son caractère général. Cela n’est pas sérieux. Dès lors que l’on fait de la délation un instrument d’ingénierie sociale, comment imaginer que l’on va se contenter de dire « moi aussi » sans aller plus loin ? Dans un tel mouvement collectif, avec ses effets d’entraînement, d’émulation et de surenchère, il faut désigner les coupables. D’abord un groupe, les hommes et leur patriarcat, puis des individus. Cela se passe toujours ainsi. Devenant un acte social valorisé, la délation appelle la délation. Sait-on que le plus grand nombre de lettres de dénonciation envoyées à la Gestapo pendant la dernière Guerre mondiale, l’a été pendant la dernière année d’occupation alors que la défaite de l’axe était inéluctable ?
      Le grand déballage, ensuite, ne pourra générer que de la frustration. Les méchants sont désignés et, par conséquent, il faut les punir. L’envie de pénal qui traverse nos sociétés, nous confronte pourtant sur les questions de sexe à une énorme contradiction. La justice pénale obéit à des objectifs et des règles qui font que l’appréhension d’une partie de ce qui relève de la « délinquance sexuelle » est extrêmement difficile. Dans ce domaine, il faut d’abord rappeler que prétendre que les viols ne sont pas sanctionnés par la justice est une baliverne. Désormais, grâce aux progrès de la police scientifique, les principales infractions peuvent être établies et sanctionnées, et ce en respectant les règles du débat contradictoire. Il faut savoir aussi que les crimes de viol occupent actuellement la moitié des sessions d’assises dans notre pays, et font l’objet d’une répression sévère.

       
       
    3. Suite:
      Le gloubi-boulga néo-féministe ne rend ni service ni justice
      En revanche, ce dont on nous parle aujourd’hui, avec d’ailleurs des degrés de gravité variables, ce sont les zones grises, celles « du parole contre parole », de la subjectivité, de la culture et de ses évolutions. Et ce sont ces situations particulières que le néo-féminisme veut à tout prix criminaliser, en amalgamant harcèlement et agression sexuels avec le crime de viol. L’abandon des échelles de gravité, pourtant prévues par le code pénal, permettant toutes les manipulations. Il faut donc être clair, on ne peut pas s’en remettre uniquement et de cette façon à la justice pour traiter ce qui relève d’autres modes de régulation sociale. Essentiellement pour deux raisons :
      – Donner à la justice l’objectif d’assouvir la haine des hommes et la volonté de pouvoir du néo-féminisme, est une impasse démocratique car cela ne peut se faire que par l’abandon des principes fondamentaux des libertés civiles. Les magistrats sont là pour veiller au contraire à leur respect, les accuser pour cela de « complicité avec des crimes de masse » est simplement une ignominie.
      – Ceux qui sont victimes d’accusations infondées sont particulièrement désarmés. Ils sont d’abord soumis à des lynchages médiatiques terriblement violents, dont aucune procédure judiciaire efficace ne peut préserver. L’action en « dénonciation calomnieuse » à l’encontre des accusateurs est simplement un leurre. Quant aux interminables procédures de diffamation, elles ne débouchent, au mieux, que sur des réparations symboliques, et ne peuvent en aucun cas être dissuasives. Pierre Joxe et Gérald Darmanin vont en faire l’expérience. David Hamilton ne pourra pas, âgé de 83 ans et poussé au désespoir, il a préféré se suicider.

       
       
    4. Suite:
      Game of thrones
      Mon amie Marcela Iacub a identifié une partie du problème : « Ils (les néo-féministes) pensent que les femmes sont des êtres différents et que leur émancipation passe avant tout par des sanctions pénales et civiles appliquées contre les hommes. Pour eux, il n’y a pas d’autre horizon politique que la violence institutionnelle ».
      L’enjeu n’est pas l’émancipation Marcela mais, comme d’habitude, le combat pour le pouvoir, et ce qui l’accompagne. Avec des méthodes dont on sait très bien sur quoi elles peuvent déboucher…

  • Pour les ouistiti-moustachus - suite


    Jour de commémoration
    Parmi les farouchements " je ne suis pas Charlie ", animés d’une haine mal dissimulée, c’est toujours, trois ans plus tard, comme si les frères Kouachi avaient baclé le boulot
    Fin 2017, le torchon MEDIAPART pour prendre la défense d’Edwy Plenel sorte de « djihadiste bon teint », publiait un texte délétère et odieux signé par 160 personnalités en réponse à la Une « On ne savait pas » de Charlie Hebdo
    Un acte anti-Charlie comptant parmi les plus haineux, et qui n’a pas d’autre objet que de finir le boulot des frères Kouachi
    Ici, il faut rappeler rappeler à la soldatesque des ouistiti-moustachus ( les 160 distingués crétins ) et à son chef de file militant islamo-gauchiste et si peu journaliste susnommé Edwy Plenel le plus grand, devant Allah, de tous les ouistiti-moustachus qu’en France ce ne sont pas les athées, les Charlie ni les laïcs qui tuent mais bien des individus formatés par l’inquisition musulmane dont la haine du non-musulman, où que ce soit dans le monde, ne connaît pas de limite – CRAB – 6 Janvier 2018

    Suite : Pour les ouistiti-moustachus
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/pour-les-ouistiti-moustachus.html

     

  • L’inquisition musulmane en Ègypte

     

    Kaidi Ali


    La religion et le sexuel dans les sociétés privées de libertés individuelles

    L'Egypte prépare une loi pour criminaliser l'athéisme
    Par Delphine Legouté
    Alors qu'une campagne contre l'athéisme fait rage, lancée par la direction générale des Fatwas, le Parlement égyptien va étudier un projet de loi visant à criminaliser l'absence de croyance en Dieu.

    Les poursuites pour diffamation religieuse sont déjà légion en Egypte. La loi pourrait devenir encore plus répressive en criminalisant purement et simplement l'athéisme, soit l'absence ou le refus de toute croyance en un dieu.

    Jeune Afrique raconte ainsi que le comité religieux du Parlement égyptien a annoncé la dernière semaine de décembre qu'un projet de loi était en préparation pour interdire l'athéisme. Le projet n'a pas encore été voté par l'Assemblée mais il a reçu l'aval d'Al-Azhar, la plus haute autorité religieuse sunnite. Le député qui porte le texte considère dans Al-Chourouk, un quotidien national, que l'athéisme est "un fléau qui se propage surtout au sein de la jeunesse égyptienne". Il souhaite infliger des peines d'amendes et de prison contre ces "criminels" et surveiller Internet et réseaux sociaux.

    .Comme le rappelle Jeune Afrique, le code pénal égyptien prévoit déjà des poursuites contre le blasphème et la diffamation religieuse. Ces dernières peuvent mener jusqu'à 5 ans de prison. Avec une telle loi, la seule absence de croyance deviendrait un crime. Si la Constitution égyptienne garantit bien "la liberté de croyance", son article 2 déclare l'islam comme "religion d'Etat". Pour les laïques et les libéraux, un tel projet de loi violerait la Constitution.

    Une mère perd la garde de ses enfants
    Une campagne contre l'athéisme fait rage depuis quelques mois en Egypte après la publication d'un rapport anti-athés par la direction générale des Fatwas (sic). C'est dans ce cadre que, fin décembre toujours, une mère a été privée de la garde de ses deux enfants pour cause d'athéisme. Une décision sans précédent du tribunal des affaires familiales du Caire. - Source Marianne

    Sexuel
    "La chanteuse Shyma donne une leçon de dépravation aux jeunes", avait dénoncé un titre de presse. Pour avoir pris des postures lascives dans un clip aux multiples allusions sexuelles, une jeune femme de 21 ans a été condamnée ce mardi 12 décembre en Egypte à rien de moins que deux ans de prison, ont rapporté les médias locaux. - Source Marianne

    Nos gouvernants assez lâches pour ne pas intervenir ne se privent de vendre des armes à des pays musulmans
    Depuis plus de dix ans, en rapport avec l’actualité, je relève et mentionne régulièrement que se ne sont pas les musulmans qui sont les premiers persécutés dans les régions du monde dominés par des islamistes, mais les athées, les femmes plutôt plus que moins émancipées ou encore éprises de liberté, ainsi que les homosexuels et les apostats – et, dans notre pays, c’est à considérer avec une extrême gravité, sans relâche les « grands médias » publics s’en font rarement l’écho préférant parler de « padalmagame » ou de religion de paix et d’amour, voire de hurler à l’islamophobie chaque fois qu’une personne dénonce le « texte sacré » ( coran) qui caratèrise cette religion de l’irresponsabilité, un livre fait de la première page à la dernière d’injonctions, ce qui rend cette religion entièrement incompatible avec la démocratie qui garantit la liberté de conscience et ne frappe pas d’interdits les femmes

    En France sur les réseaux sociaux, je recense toutes les tentatives idéologiques mises en œuvre pour éradiquer le sexuel dans la société initiées par des bigots ou par des pseudo féministes dû à la confusion entretenue par nos gouvernants successifs qui pour le principal persistent à accorder des audiences aux représentants des hiérarchies monothéistes ce qui va à l’encontre de la loi de 1905 – pire ne reçoivent aucun représentants des associations athées ou laïques – plus grave le gouvernement actuel ( pas plus que les précédents ) ne parle même pas de rétablir la laïcité dans notre pays ni d’introduire l’enseignement du fait athée en contrepartie du fait religieux enseigné à l’école publique – quand aux pseudo féministes ils ne comprendront jamais que le NU, c’est l’animal humain dans sa plus belle robe - ces « féministes » là feraient bien, ne serait-ce qu’un peu pour se changer les idées, de pratiquer durant une ou deux semaines le naturisme
    Et de rappeler, une fois de plus, que la télévision publique réserve une matinée aux religions sans programmer l’équivalent pour les philosophies de l’athéisme CRAB

    Suites : El Cid
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/01/el-cid.html

  • Les roses d'Ispahan

     

     

    L’Iran avant la pseudo révolution

    Les roses d'Ispahan reprennent-elles quelques couleurs ?
    Depuis que les moyenâgeux mollahs sont au pouvoir, les roses d'Ispahan dans leur gaîne de mousse, les jasmins de Mossoul, les fleurs de l'oranger ont un parfum moins frais, ont une odeur moins douce que* ce souffle de la liberté qui, tôt ou tard, submergera l’Iran d’un parfum étranger à cette indécence islamique qui essentiellement pour les femmes éprise de liberté caractérise, pétrifie, leur interdit la plus petite tentative d’autonomie, mais aussi l’envie de la majorité de la population de ce pays de vivre, de retrouver un incomparable mode de vie à l’occidental - CRAB
    * sur une musique de Gabriel Fauré :
    http://blvids.free.fr/Gabriel_Faure_les_roses_d_ispahan.mp3

    Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’Iran, suites :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Iran

  • Morale absolue

    Il faut en tenir une sacré couche pour en arriver à ça


    Les philosophies : Matérialiste, atomiste et hédoniste à l’origine des Lumières sont, sans recourir à l’invention dieu, l’autre façon de voir le monde

    La morale vient-elle de la religion ?
    Au États-Unis, au cours d'un débat, des représentants religieux affirmaient que les Athées étaient des êtres dépourvus de Morale
    David Silverman, président de l'American Atheists, confirmait effectivement que l'immoralité engendrait forcément la délinquance, la violence et le crime
    [ MDR ] Les mormons, sur le plateau, acquiesçaient
    Il demanda alors, aux représentants religieux de lui expliquer pourquoi 99% des criminels se revendiquaient comme "croyants" dans les prisons américaines ?


    En effet, moins de 1% des détenus sont athées, ce qui n’est pas sans rappeler que la morale est relative et que les religions n’ont pas le monopole de la spiritualité

    Notes : Ce n’est pas nouveau, nous savons depuis longtemps que la criminalité est plus importante dans les villes américaines où le taux de croyants est le plus élevé

    Que dieu bénisse l’Amérique
    Cependant c’est assez logique, en effet : un croyant délinquant ou criminel est avant tout victime de sa mentalité formatée par la religion puisqu’il croie qu’il ne se fera pas prendre et cela, forcément, se retourne contre lui tôt ou tard
    En outre, dans la mesure où rien ne permet de dire ou de prouver que son dieu existe - ses prières pour échapper à son funeste sort s’effondrent sous le sceau de l’implacable réalité de la Justice commune – quand au tout petit nombre « d’athées » emprisonnés je les suspecte de ne pas avoir entièrement remisé dans les poubelles de l’histoire un résiduel de croyances qui leur voile encore l’esprit, et dont-ils payent au prix fort l’ajournement

    Pendant ce temps là en France,
    la Laïcité ne privilégie ni les incroyants ni les croyants car l’esprit de la Nation par ce qui la différencie de la plupart des autres pays européens et du reste du monde ne consiste pas à chosifier nos compatriotes pour les insérer dans les boulins du grand pigeonnier 1, - ainsi que le voudrait obtenir, en fragmentant notre société, une partie de « l’élite » de notre pays en perte de repères
    1, chosifier une population, c’est ce que fait, à longueurs d’années, le ouistiti-moustachu néo-stalinien ( Edwy Plenel ) qui ne parle jamais d’arabes ou de Kabyles pour employer l’essentiel de son temps non pas à réaliser un travail de journaliste mais de militant pour pathologiquement se livrer à la fabrication artificielle de musulmans atteints d’éléphantiasis

    Le radicalisé ouistiti-moustachu autrefois solidaire des terroristes de septembre noir peut compter sur le néo-racisme de Danièle Obono ( originaire d’un pays gabonais rythmé, durant trois siècles, par la traite des esclaves entre tribus côtières et marchands portugais ou hollandais ) - un néo-racisme qui n’est que la conséquence de ce formatage idéologique caractérisant certains mouvements politiques autres que le FN, notamment islamo-gauchistes
    Obono défenderesse de la non-mixité qui avait déjà fait parler d’elle pour avoir défendu la porte-parole des Indigènes de la République ou refusé de voir une radicalisation chez un chauffeur de bus qui ne prendrait pas le volant à la suite d’une femme ne saurait étonner les observateurs car depuis trop longtemps le discours de bon nombre politiques au pouvoir ou des représentants de la société civile par le biais d’une partie des intellectuels n’est plus marqué par l’effort nécessaire d’exiger le respect de la laïcité et de l’égalité femmes-hommes non sans éviter la plupart du temps de condamner avec vigueur les assauts théocratiques émanant d’insupportables fanatiques religieux ou de religieux ethno-différentialistes et communautaristes méprisant les valeurs républicaines qui font notre culture, notre humanité – autant de postures et d’actes incivils, au quotidien, qui ne sont pas restés sans conséquences, dont ( entre-autres ) dans l’ actualité la plus récente, une unième incitation à la haine des Charlie
    Vendredi dernier ( 1er Décembre ) le ouistiti-moustachu Ewy Plenel a reconnu et regretté avoir « surréagi »
    Non, non et non, en effet pour toutes les personnes qui, depuis plusieurs années, ont suivi la « démarche » du ouistiti-moustachu : sa réaction n’était que l’expression aboutie de son idéologie ethno-différentialiste recensée parmi les systèmes doctrinaires islamistes de colonisation des femmes identifiés d’entre les plus mortifères - Suite : Pour les ouistiti-moustachus
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/pour-les-ouistiti-moustachus.html

    Suites 2 : Les bonnes mœurs
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/les-bonnes-murs.html

    Suite 3 : Dé-islamisation en marche
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/12/de-islamisation-en-marche.html

    Suite 4 : Déroulé d’articles sur les même thèmes
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Les+diktats+musulmans
    CRAB

  • Prières de rue - 2017

    « Les convictions sont des ennemies de la vérité plus dangereuses que les mensonges » Friedrich Nietzsche - [ Humain, trop humain ]

    Dans notre République laïque plus de 60 % de nos compatriotes sont sans religion avec une majorité athée

    Prières de rues : on n’y coupe pas rebelote et rebelote
    Lâcheté ou manque de lucidité de la majeure partie de « notre classe politique » : Faut-il, sans cesse, rappeler que dans les pays musulmans ( modérés ? ) qui donc ne sont pas l'État islamique sont assassinés ou emprisonnés les athées et les homosexuels – que dans ces mondes dominés par des musulmans les femmes sont privées de liberté ?

    La laïcité, une fois de plus, bafouée
    Hier, un avocat défendeur des associations musulmanes convoqué pour débattre sur le plateau de BFMTV, sans que cette chaîne de télévision coutumière du fait n’aie recours à un contradicteur athée ou encore à un défenseur de la laïcité qualifié a donc monopolisé la parole pour justifier les prières de rue en avançant l’argument rabâché depuis plus de quinze ans, c’est-à dire : l’occupation de la rue est due à l’insuffisance de place dans la mosquée locale
    ( en attendant la construction d’une mosquée de remplacement dont en outre qu’ils aimeraient, ce qui est un comble et une atteinte à la laïcité, voir financer avec les deniers de tous les contribuables )
    De ce fait, personne pour faire observer à cet avocat sans contradicteur que c’est au musulmans de s’adapter en faisant plusieurs offices au lieu d’encombrer l’espace public sans omettre de parler des personnes chez-elles dans cette rue qui estiment ne pas avoir à subir devant leurs fenêtres chaque vendredi l’exhibition cultuelle d’une des minorités religieuses... quand, en outre, sur le fond, nulle personne ne peut ignorer que par le biais de ses « textes sacrés » cette religion place les lois de son dieu au-dessus des lois communes, d'où l'impossibilité d’exercer le culte tout en adhérant aux valeurs communes d’une Nation Laïque - CRAB

    En 2011 j’écrivais : Prières de rue et l'argent public
    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2011/03/30/0-prieres-de-rue-et-l-argent-public.html

    Suites 2 : Soad Baba Aïssa, la voix de la raison
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/la-voix-de-la-raison.html

    Suites 3 : Fawzia Zouari et les autres
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/fawzia-zouari-et-les-autres.html

  • Images de l’islam et des islamistes


    « Dès qu'aujourd'hui, on veut lier le présent avec le passé, on est réactionnaire. Donc on est réac, donc on est facho, donc on est vichyste, donc on est pétainiste, et donc c'est Adolf Hitler…», ironise Michel Onfray

     

    Charlie Hebdo
    L'édito de RISS, que vous avez été nombreux à partager :

    Jamais
    Que dire de plus sur la polémique autour de la dernière couverture de Charlie Hebdo, après avoir lu, sous la plume de Fabrice Nicolino, la trajectoire édifiante du célèbre directeur de Mediapart ? Plus grand-chose. Cependant, nous nous permettrons d’ajouter une dernière remarque.
    Il est une phrase prononcée par Edwy Plenel qui mérite attention : « La "une" de Charlie Hebdo fait partie d’une campagne générale de guerre aux musulmans . »
    On peut passer l’éponge sur beaucoup de choses, et penser que parfois les passions font dire des choses excessives et caricaturales. Il est certainement arrivé aussi à Charlie de céder à cette tentation de forcer le trait. Il en est ainsi du débat public et des polémiques tel qu’ils ont cours dans une démocratie.
    Mais cette phrase, « La "une" de Charlie Hebdo fait partie d’une campagne générale de guerre aux musulmans », nous ne l’oublierons jamais.
    D’abord parce que Charlie Hebdo n’a nulle envie de faire la guerre à quiconque. Ensuite parce que Charlie Hebdo, tout en affirmant son athéisme et son attachement à la laïcité, respecte le droit de chacun de croire et de pratiquer sa religion dans le cadre défini par la République. Il n’y a aucune guerre à mener contre ceux qui respectent ces règles élémentaires.
    Mais dans le logiciel Plenel, critique et satire sont métamorphosées en actes de guerre. En un instant, Plenel, le Rouletabille de l’investigation, range sa carte de presse derrière laquelle il se cachait, et brandit celle d’un procureur qui envoie à l’échafaud les ennemis du peuple.
    Cette phrase, « La "une" de Charlie Hebdo fait partie d’une campagne générale de guerre aux musulmans », nous ne la pardonnerons jamais.
    Car en la prononçant, Plenel condamne à mort une deuxième fois Charlie Hebdo. Cette phrase n’est plus une opinion, c’est un appel au meurtre. Mais un appel plus distingué que ceux que nous recevons sur les réseaux sociaux, rédigés par des gens au QI de poisson rouge. Cette phrase, qui désigne Charlie Hebdo comme un agresseur supposé des musulmans, adoube ceux qui demain voudront finir le boulot des frères Kouachi. Cette phrase, qui parle de notre journal satirique comme d’une arme de guerre, acquitte déjà ceux qui nous tueront demain.
    Le « Oui mais » d’Edwy Plenel, quinze jours après la tuerie du 7 janvier, n’était pas une maladresse. C’était un message en direction de ceux qui avaient besoin de légitimer le massacre de nos amis. La phrase « La "une" de Charlie Hebdo fait partie d’une campagne générale de guerre aux musulmans » de novembre 2017 est la conclusion du « Oui mais » de janvier 2015.
    Indiquer aux djihadistes leurs futures victimes ne relève pas de la liberté d’expression. Si demain on nous liquide tous, si demain nous ne sommes plus là, espérons qu’il subsistera quelques courageux qui demanderont justice contre ceux qui nous auront frappés, mais aussi contre les esprits qui les auront armés.
    RISS
     
    Suites :
     
  • Louvre Abou Dhabi

    Attendu que dans ces régions, hantées par des peuples premiers et tribaux totalement empartriarqués, dominées par les islamistes - à ce point culturellement Abou Dhabitudes qu’il n’est même pas pensable, pour le commun des mortels, qu’une femme puisse prendre un homme dans ses bras ?


    Abou Dhabitudes autant que de préjugés sur les femmes, ils sont les peuples morts-vivants de ces mondes désincarnés normés par un passé désormais obsolète - seules bon nombre de femmes et les quelques trop rares hommes lucides sont à plaindre - mais en ce qui concerne l’avenir de notre pays - rien n'est perdu, bien au contraire, ennemie du corps A l'idéologie islamiste disparaîtra aussi vite qu'elle est apparue dans notre société

    Ce ne sont pas les appels aux meurtres lancés urbi et orbi par Edwy Plenel et ses sbires qui détourneront du devoir républicain laïque ni de nos valeurs ou de notre humanité toutes les personnes de bonne volonté qui combattent le racisme, l’antisémitisme, le sexisme, l’athéophobie ou encore l’homophobie observé plus particulièrement aggravé dans des « textes sacrés » qui font du coran et de ses annexes par excellence la religion de l’irresponsabilité ( licite-illicite ) et la plus sectaire de tous les monothéisme 1 car les femmes insoumises et non voilées en Occident ainsi que un peu partout dans le monde sont toujours plus nombreuses bien décidées à s’émanciper de ces patriarcats sacralisés par la religion pour disposer de leurs corps ou de leur quotidien - partant : faire ce qu’elles veulent quand elles veulent A1CRAB
    1 – L’invention monothéiste est la racine du pire des sectarisme, donc il ne s’agit pas, pour autant ici, de dédouaner les monothéismes antérieurs à l’islam

    A Vidéos ( 2 ) : La sincérité têtue de l’anti-star
    http://blvids.free.fr/Isabelle_Adjani_extrait.mp4

    A1 Confession extrait
    http://blvids.free.fr/V%C3%A9nus_%20confessions.mp4

    Suites : Edwy Plenel - un cas de genre
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/edwy-plenel-un-cas-de-genre.html

    Suites 2 : Femme = séduction = diable
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2011/08/femme-seduction-diable.html

     

  • Fawzia Zouari et les autres

    Fawzia Zouari .jpg

    Cet avant-propos s’adresse à tous ceux qui n’aiment pas certaines des commémorations que devrait proposer la Nation
    Depuis le jour du massacre de la rédaction de Charlie hebdo, la barbarie islamiste a précipité dans le rouge sang le seuil de saturation des Français
    L'emploi du terme « islamophobie » est une arme qui vise très directement la liberté d'expression et la réintroduction de la condamnation du blasphème, à défaut d'avoir réussi à en faire un délit
    Rappel : le blasphème est la quête de nouveau - CRAB

    Extraits d'interviews premiers qui auraient dû marquer ou faire l’essentiel de l’actualité
    Il est interdit de mélanger islam et islamiste. Mais il est fortement recommandé de confondre populaire et populiste.
    « Dès qu'aujourd'hui, on veut lier le présent avec le passé, on est réactionnaire. Donc on est réac, donc on est facho, donc on est vichyste, donc on est pétainiste, et donc c'est Adolf Hitler…», ironise Michel Onfray

    Fawzia Zouari était l'invitée d'Anne Sinclair

    " Nous voulons rentrer dans le champ de la parole ". " Vous avez d'un côté, un discours français, un peu paternaliste, et une gauche qui se fait passer pour nos avocats d'office et qui veut parler à notre place et qui dit que tout va bien dans notre monde ", dénonce la romancière au sujet de la controverse soulevée par l'analyse de Kamel Daoud dans sa tribune " Cologne, lieu de fantasmes ". " Nous voudrions parler, pour dire ce qui ne va pas chez nous, pour dire qu'on ne se complaît plus dans la position et dans la posture de la victime, nous voulons rentrer dans le champ de la parole et dire ce qui ne va pas chez nous ", développe Fawzia Zouari qui incite, au nom des musulmans, des femmes musulmanes, " à un autre discours, à changer de posture ".
    Or, estime-t-elle, cette parole n'est pas acceptée et trop vite taxée " d'islamophobe " . Mais " nous parlons de l'intérieur du monde musulman ", insiste-t-elle. " Nous avons des tares, nous avons une situation des femmes déplorable dans certains pays, et nous voulons le dire ", s'agace-t-elle.

    " Un rapport pathologique " à la sexualité. Fawzia Zouari partage cette idée qui a fait tant couler d'encre, avancée par Kamel Daoud dans son texte. Le journaliste y parle de " la misère sexuelle du monde arabo-musulman " et du rapport " malade à la femme, au corps et au désir ". Jeune, Fawzia Zouari n'a d'ailleurs jamais vu ni le corps ni les cheveux de sa mère. " Je suis dans une société, où le tabou est de voir le corps de la femme nue ". Dans sa famille, elle serrait la main à ses sœurs : " chez nous, on ne s’embrassait pas. Le baiser est quelque chose d'impudique. La bouche ne sert qu'à manger ", se souvient-elle. " Nous traînons en nous, en nos corps, dans nos mentalités, un rapport à la sexualité qui est difficile, voire pathologique ", juge Fawzia Zouari qui appelle à " se mettre dans la peau des femmes du monde musulman ". Fin des extraits

    Notes : Qui transmet la phallocratie ou les patriarcats sacralisés par l’islam aux enfantsserait-ce exclusivement le fait des pères ?
    Citation : La vie de Fawzia Zouari bascule le jour où elle voit ses grandes sœurs terrorisées quand leur mère décrète qu’elles n’iront pas au collège. Elles resteront à la maison en attendant qu’on leur trouve un mari

    Elle raconte la scène dans une réponse à Diam’s, l’ancienne rappeuse qui plaide, avec désinvolture, pour le port du voile, et revendique une vie épanouie entre quatre murs : «Mon oncle a forcé la porte derrière laquelle mes trois sœurs s’étaient retranchées. Il les a trouvées recroquevillées, vêtues de leur tablier d’écolière, serrant leur cartable sur le cœur. Elles suppliaient au nom de tous les saints et pour l’amour du Prophète. Je revois mon oncle vider les cartables et jeter, un à un, les crayons, les buvards, les encriers, les gommes, les règles en bois. Jusqu’à leurs livres de classe, dont nous aimions toutes parcourir les images.» Quelques années plus tard, quand l’heure de Fawzia sonne, son père, Brahim, tranche : « Elle ira au lycée.» Fin de citations


    La ressemblance de genre
    Citation : A Tunis, Fawzia Zouari s’autorise une remarque désagréable quand elle tombe sur une femme voilée. A Paris, elle s’agace quand elle en croise une dans le métro. Fin de citation

    Rappel : Le voile n’est pas un signe ostensible religieux, mais le pire des signes de l’infériorisation des femmes – il est légitime, démocratique, au nom de la ressemblance de genre, d’exiger de la République de faire respecter par l’interdiction du voile dans l’espace public l’égalité femmes-hommes -

    Plus de 63 % de nos compatriotes, pour une large part d’entre-eux inspirés par la spiritualité athée, sont sans religion et sans autres préoccupations que la recherche permanente de l’éthique dans tous les domaines d’activités de la société - CRAB

    Suites : Edwy Plenel - un cas de genre
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/edwy-plenel-un-cas-de-genre.html

  • Edwy Plenel - un cas de genre

    Coco


    « Médiapart », au même titre que le journal Libération s’apparente pour une large part à cette islamosphère aussi aveugle que ces gauches devenues depuis madame Mitterrand 1 le flambeau de l’islam dans ce qu’il a de plus rétrograde ou d’anti républicain laïque
    1 - ex « première dame », sans doute à l’insu de son plein gré -
    Caroline De Haas égérie porte drapeau d’un féminisme crétin sous peu proposait d’élargir les trottoirs pour lutter contre le harcèlement sexuel et l’interdiction faite aux femmes de circuler librement dans l’espace public infiniment plus dense dans certains des quartiers de nos villes dominés par une population musulmane comme d’autres parlent de déradicalisation en omettant de proposer d’apprendre à l’école aux enfants que la mort est absence de sensation ou d’enseigner le fait athée en contrepartie de l’enseignement du fait religieux

    À présent, bien au-dessus de la couverture nuageuse de l’ambiance dominante dans notre pays, Médiapart se trouve dans la lunette satellitaire de haute précision de Coco dessinatrice à Charlie hebdo qui montre à l’évidence que les ouistitis moustachus ne sont pas meilleurs que les grands singes sévissant dans la plupart des principaux médias et de s’étonner, pire de s’offusquer d’être ainsi révélé urbi et orbi à cause de la pratique de l’abstinence presque théocratique - récemment observée par l’un de ses mentors comptant parmi les plus connus de sa rédaction, subitement frappé d’une extinction de voix sévère

    Qu’à cela ne tienne pour ce « cher Edwy Plenel » grand animateur de " l' islamosphère devant Allah " ou pour Médiapart, finira par répondre, non sans complaisance à Charlie hebdo – car on ne touche pas à l’islamologue Tarik Ramadan accusé de viol, ce ne sont que des témoignages de femmes 2 sans amarre, qui ne tiennent pas aux regard d’un féminisme défendu par ce prof d’ Oxford 3 qui n’a rien d’universel puisqu’il est islamique dans la plus grande tradition de l’inégalité hommes-femme sacralisée par la religion musulmane

    En guise de réponse à Charlie hebdo, Edwy Plenel plus m’as-tu-vu d’Allah que jamais, sans hésiter, pontifiant en faisant référence à " L’affiche rouge ", se compare à de grands résistants, je le cite : « Ils peuvent me haïr, ils ne parviendront pas à m’apprendre la haine.» - Romain Rolland

    À ce point se méprendre d’affiche, sans la maladie d’illusions - c’est impossible - CRAB


    2 - Dans le coran, devant le tribunal musulman le témoignage d’un homme vaut celui de deux femmes
    3 - mit en congé, d’Oxford

    Suite : déroulé d’articles sur la gloire d' Edwy Plenel
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Edwy+Plenel

    Suite 2 : La politique de l'excuse
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/01/la-politique-de-lexcuse.html

  • Procès d’Abdelkader Merah – suite

    « Les convictions sont des ennemies de la vérité plus dangereuses que les mensonges » Friedrich Nietzsche - [ Humain, trop humain ]

    Ce sont les idées qui arment le bras - même sa mère d’Abdelkader Merah devrait être dans le box des accusés

    Ce n’est pas la pauvreté ni les « discriminations » qui font le violeur ou le terroriste, mais l’inculture – CRAB

    procès d'Abdelkader Merah et Fettah Malki.jpg

    Dans ses attendus ou motivations la Cour de Justice n’a pas retenu la notion de complicité d’assassinat qui aurait permis la réclusion à perpétuité d’Abdelkader Merah – c’est un non sens - le Parquet à raison de faire Appel - de même que l’on peut vivement regretter que la mère de cet individu malfaisant ne figure pas dans box des accusés

    Un oubli toxique
    Lors des cinq semaines de ce procès, ce qui est regrettable, c’est que ni le Parquet ni les avocats " de la défense des indéfendables " n’aient attiré l’attention sur un point idéologique ou théocratique majeur : La croyance dans la vie éternelle après la mort qui, en éliminant la crainte de se faire tuer, détermine le passage à l’acte d’un fanatique et génère ce type de terrorisme sous influence religieuse
    Hors, il en sera toujours ainsi du fanatisme ou du terrorisme religieux aussi longtemps que la société ne prendra pas la décision courageuse d’apprendre à l’école aux enfants que la mort est absence de sensation, donc qu’il n’y a rien à espérer ni de bon ni de moins bon après la mort – 03 Novembre 2017 – CRAB

    Notes :
    « Les convictions sont des ennemies de la vérité plus dangereuses que les mensonges » Friedrich Nietzsche - [ Humain, trop humain ]


    Commentaires
    Le voile n’est pas un signe ostensible religieux, mais le pire des signes d’infériorisation des femmes - CRAB
    Quelques lecteurs se sont empressés de me faire observer que " la femme voilée sur la photo est la mère d’une des victimes " - Fin de citation

    Oui, et alors, il n’empêche que le port volontaire du voile revient à poignarder les autres femmes dans le dos, sinon c’est faire preuve d’une inconscience qui fait les jours heureux des fanatiques - CRAB


    Suite : Procès d’Abdelkader Merah
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/proces-dabdelkader-merah.html?showComment=1509737764093#c3174334630745297196

  • Nov-antisémitisme

    Les tweets de la haine des juifs
    Les accusations de viol visant Tariq Ramadan ont déclenché, sur les réseaux dits sociaux, un déferlement de réactions antisémites de ses fans, notamment contre ses victimes présumées
    Henda Ayari est ainsi à plusieurs reprises traitée de « pute » payée par « des juifs / sionistes » pour salir l'honneur de Tariq Ramadan

    Cette affaire Ramadan est révélatrice du « nouvel » antisémitisme – lit-on dans LE FIGARO.fr

    Par Barbara Lefebvre citation : La judéophobie est un élément de l'inconscient collectif musulman, un marqueur culturel identitaire, comme elle le fut dans la France du XIXè et du début du XXè sicèle. Mais l'humanité est bien faite: il existe des musulmans pratiquants ou non, croyants ou non, qui ont su déraciner de leurs cœurs et leurs esprits cet antisémitisme primaire qui gangrène les sociétés musulmanes. Les hommes sont pourvus d'un cerveau qui peut se déprendre de lui-même, par l'exercice de la raison, par l'effort de penser qui arrache les ferments d'une haine transmise par l'éducation familiale, institutionnelle ou populaire. La famille Merah en est un exemple: élevé par des parents antisémites obsessionnels, Abdelghani a su s'extraire de ce magma de haine où se complaisaient Abdelkader, Souad et Mohamed. On peut donc parler d'antisémitisme musulman sans viser tous les musulmans, comme on parlait de l'antijudaïsme chrétien sans oublier les chrétiens amis des juifs. Fin de l’extrait

    Oui, c’est assez juste, sauf qu’on ne peut qualifier ce nov-antisémitisme entretenu dans les milieux musulmans de vraiment nouveau, mais plutôt d’observer que l’inquisition musulmane, au fil des saisons, s’en fut emparée, et de plus en plus vigoureusement, voilà tout !
    Qui dit mieux peut faire le mieux : pour l’instant ce « brave homme » peu inspiré par la dimension argumentative anti-juive de ses fans s’est contenté d’adresser ses remerciements à ceux qui lui ont manifesté « soutien et affection » contre ses ennemis de toujours - CRAB -

    Notes :
    L'extermination de la tribu juive de l'oasis de Khaybar en 628, premier acte de guerre de Mohamed et ses troupes, est la réponse au prétendu complot juif... [ ??? ]

    Suites : Déroulé d’articles sur l’actualité antisémite
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Antis%C3%A9mitisme

  • Signes ostensibles religieux - suite

    " Dans le combat féministe, chaque geste du quotidien est un geste politique " - Titiou Lecoq ( romancière, auteure de Libérées – Ed. Fayard ) -

    Quand la religion s'invite dans l'entreprise par Denis Millard
    Un chauffeur manutentionnaire refuse, au nom de sa religion, de transporter de l’alcool. Un conducteur de bus n’accepte pas de toucher le volant si c’est une femme qui l’a précédé. Un autre ne veut pas leur serrer la main. Une aide à domicile met un point d’honneur à ne pas acheter la tranche de jambon pour la vieille dame dont elle s’occupe. 
    Voilà les cas concrets auxquels Denis Maillard,  spécialiste des questions sociales et des mutations du travail, dans un cabinet de conseil spécialisé dans la prévention des risques professionnels, doit faire face depuis quelques années. 
    Comment un patron doit-il réagir  ? Comment gérer ces comportements  sans stigmatiser l’employé  ? Quel rôle doit être celui des syndicats  ? Soutenir le salarié coûte que coûte au risque de laisser le religieux s’immiscer dans les relations internes à l’entreprise  ? Ou sembler l’abandonner  en prenant fait et cause pour le patron  ? La laïcité s’arrête-t-elle aux portes de l’entreprise  ? Ou, au contraire, y a-t-elle droit de cité  ? 
    C’est à toutes ces questions que Denis Maillard doit répondre dans un monde du travail de plus en plus instable. Au travers d’une myriade d’exemples, ce spécialiste offre une démonstration implacable. 
    La situation est aujourd’hui intenable et pose une question essentielle pour faire face aux revendications identitaires  : à quelles conditions peut-on encore travailler et vivre en commun  ? - éditeur - Fayard


    Trahison coutumière de la gauche au pouvoir ou dans l’opposition
    La religion s'invite dans l'entreprise, non c’est faux - c’est exclusivement le fanatisme musulman qui tente de s’imposer dans l’entreprise ainsi que dans toutes les collectivités ou institutions publiques de notre pays
    Laïcité vient du grec et désigne ce qui est commun
    Certifié par la gauche au pouvoir qui, depuis des décennies, n’en est pas à une première dans la trahison de la laïcité ou par électoralisme ne se prive jamais de brader l’égalité femmes-hommes au nom de la défense de ces pauvres hères venus d’ailleurs, d’une autre culture, et qui donc ne savent pas ces braves innocents ( grands esclavagistes devant l’éternel, mais avant tout ex-colonisés – n’est-ce pas, ça fait mieux - ) que la femme n’est pas inférieure à l’homme – à pleurer –

    Mais à présent, que fait Macron ?
    Hors, nul ne peut ignorer que le voile dit islamique n’est pas un signe ostensible religieux musulman mais est le pire des signes d’infériorisation de la femme - ce qui n’a pas empêché M. El Khomri ( née à Rabat au Maroc ) alors ministre du gouvernement d’Hollande de l’autoriser sous condition dans l’entreprise, ni ce même gouvernement d’en autoriser le port pour les accompagnatrices des sorties organisées par les écoles laïques J’insiste, persiste et signe : Mais à présent, que fait Macron ? - CRAB

    Suites 1 : Laïcité – Octobre 2017
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/laicite-octobre-2017.html

    Suites 2 : déroulé d’articles
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Signes+ostensibles+religieux

  • Esclavage et traite des esclaves

    Esclavage, islam, musulmans, terrorisme_musulman, inquisition_musulmane, traite_des_esclaves, Malek_Chebel, Tidiane N’Diaye

    Piqûre de rappel

    Ce qui caractérise l’inquisition musulmane, ce n’est pas le passé colonial de la France, mais le passé esclavagiste de l’islam qui, encore à notre époque, n’en a toujours pas fini avec la traite des esclaves

     

    L’esclavage ne se réduit pas à la traite européenne

    L’islamosphère essaie de faire du blanc européen le seul esclavagiste de la planète pour à partir de justifier rapidement la radicalisation ou l’inquisition musulmane exclusivement par le biais du passé colonial de la France – Hors, les esclavagistes n’avaient pas attendu l’arrivée des occidentaux pour sévir en Afrique 2

    Une vérité historique connue de tous ceux qui ont eu la curiosité de lire, entre autres, « Le Génocide voilé » du chercheur franco-sénégalais Tidiane N’Diaye, mais aussi auparavant le livre de Malek Chebel sur l’esclavage en terre d’islam 1, et qui donc n’ignorent rien de la barbarie ou de l’ampleur de l’esclavage et de la traite des esclaves par les négriers musulmans commencée avec les grandes conquêtes au VIIe siècle

    Vidéo : 1 -

    http://crab.painter.free.fr/videos/0%20Onfray_%20et%20Malek%20Chebel%20_%20l%20esclavage.flv

     

    2 Tanger-Tombouctou_Extrait

    http://blvids.free.fr/Tanger-Tombouctou_Extrait.mp4

     

    Suites :

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Islam

     

    Suite 2 : L’islamosphère

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/lislamosphere.html


  • La Pudeur

     

    Une vraie femme et les libidineuses musulmanes des bords du Nil

     

    Courez le risque d'être différents, mais apprenez à le faire sans attirer l'attention. Paulo Coelho - ( Veronika décide de mourir )

    Le mal se déguise parfois en émissaire du bien, mais son intention secrète est de provoquer plus de destruction. Paulo Coelho - ( Biographie de Paulo Coelho )

     

    Une vraie femme sous le regard de libidineuses musulmanes

    Toute ma vie j’ai vu des femmes en short - quoi de plus naturel que de sortir en short encore plus du fait qu’il fait chaud ?

    Mais rien ne va de soi, lorsqu’une jeune femme occidentale en short, lors de son séjour en Égypte, vue de près, lors d’une excursion, tombe sur le regard impudique de musulmanes dont un voile brouille l’esprit, atteintes passablement de la maladie d’illusions au point de mater ses cuisses, sans la moindre retenue – beurk !

     

    La pudeur, c'est faire preuve de retenue, une notion de savoir-vivre en société laquelle échappe totalement à ces musulmanes libidineuses qui sur la photo s’exhibent sans retenue en public affublées d’une de ces tenues islamiques, la griffe vestimentaire de l’émissaire musulman du bien, de la pudeur, en réalité le marqueur d’une sorte d’emballage destructeur pernicieux de l’identité féminine

    Expression convenue d’une idéologie ou d’une résurgence due au passé hyper-esclavagiste des mondes dominés par des musulmans, ce déguisement de femme couverte des pieds à la tête, dans l’actualité, est le reflet d’une mode islamique lequel, certes, n’est qu’un oxymore, mais qu’on ne peut négliger car sa fonction exclusive a pour intention de comparer la femme à un objet sexuel - CRAB

     

    Piqûre de rappel, l’esclavage et la traite des esclaves par les musulmans a duré 3 fois plus et dure encore, vidéo :

    http://crab.painter.free.fr/videos/0%20Onfray_%20et%20Malek%20Chebel%20_%20l%20esclavage.flv

     

    Suite 1 : Les femmes qui ne se contentent pas de revendiquer leur autonomie

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/03/femmes-kurdes-yezidis-et-syriaques.html

     

    Suite 2 : Pourquoi beaucoup trop d’hommes se considèrent propriétaires de leur femme, sinon des femmes ?

    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/les-indefendables.html

     

  • Procès d’Abdelkader Merah

    Procès de l’inquisition et du terrorisme musulman ?
    Zoulikha Aziri, la mère du terroriste musulman M.Merah avait dit beaucoup de choses, tout de suite après les attentats commis par son fils
    Elle aurait été « fière » de lui. Aurait enseigné à ses fils que « les Arabes sont nés pour haïr les Juifs ». Que « le prophète permet de tuer des enfants juifs »
    Le grand-père d’Arieh et Gabriel, exécutés par Mohamed Merah devant l’école Ozar Atorah, voyant passer près de lui, affublée du mortifère voile islamique, la mère de l’assassin de ses enfants, il l’avait traitée de « merde » - [ pour moi le mot est faible ]

    Le rôle d’un avocat est de participer à éclairer la justice et non à l’instar de Dupont-Moretti, plus particulièrement ici devant ce Tribunal, de faire des effets de manches
    Ce double crétin ne trouve rien de mieux que de faire un parallèle avec la guerre d’Algérie, et ainsi de livrer au Tribunal une observation du « meilleur cru » singulièrement déplacée – le marqueur d’un mépris absolu de la douleur des victimes : « Entre la justice et son fils, elle a choisi son fils », a dit Éric Dupond-Moretti, l’avocat d’Abdelkader, [ fin connaisseur d’Albert Camus selon un journaliste ]

    Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou. Friedrich Nietzsche
    Fin connaisseur non, il ne paraphrase pas Camus car pour Camus la fin ne justifiait pas les moyens, il condamnait sans appel le terrorisme organisé par le FLN et la torture pratiquée par une partie de l’armée française et ne manquait pas de dénoncer le fanatisme des deux cotés de la méditerranée responsable de ce chaos : la guerre d’Algérie
    Camus, s’il avait eu un fils n’aurait pas eu à choisir : son fils ne serait pas devenu terroriste car lui Camus n’était pas une « merde » - CRAB

    Suites : Les indéfendables
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/les-indefendables.html

    Dans ses attendus ou motivations la Cour de Justice n’a pas retenu la notion de complicité d’assassinat qui aurait permis la réclusion à perpétuité d’Abdelkader Merah – c’est un non sens - le Parquet à raison de faire Appel

    Lors des cinq semaines de ce procès, ce qui est regrettable, c’est que ni le Parquet ni les avocats " de la défense des indéfendables " n’aient attiré l’attention sur un point idéologique ou théocratique majeur : La croyance dans la vie éternelle après la mort, en éliminant la crainte de se faire tuer, détermine le passage à l’acte d’un fanatique et génère ce type de terrorisme sous influence religieuse

    Hors, il en sera toujours ainsi du fanatisme ou du terrorisme religieux aussi longtemps que la société ne prendra la décision courageuse d’apprendre à l’école aux enfants que la mort est absence de sensation, donc qu’il n’y a rien à espérer de bon ou de moins bon après la mort – 03 Novembre 2017 – CRAB

     

    Notes : Le voile n’est pas un signe ostensible religieux, mais le pire des signes d’infériorisation des femmes

     

     

  • Les indéfendables


    Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert Einstein

    Dieu a tout créé
    Dieu a créé le sexisme
    Mais Dieu a aussi créé l’anti-sexisme
    Dieu a créé l’inquisition christiano-musulmane
    Mais Dieu par surcroît a de nouveau créé la tolérance
    Avec tout le respect que je lui dois, Dieu est un sacré fouteur de merde

    Harcèlement sexuel
    Pourquoi beaucoup trop d’hommes se considèrent propriétaires de leur femme, sinon des femmes ?
    Ce sont les religieux de toutes les religions monothéistes qui, depuis plus de deux mille ans, gravent de la façon la plus perverse qui fut donnée cette insanité dans la tête des enfants : dieu est le chef de l’homme et l’homme le chef de la femme sans omettre, pour justifier la domination des femmes par l’homme de dévaloriser les femmes : la femme, dès « l’origine » est la pécheresse, puis, au fil du temps religieux, une tentatrice, une sorcière, pire une ensorceleuse et j’en passe...d’où la nécessité de la contrôler en l’affublant du voile pour aller jusqu’à la couvrir de pieds en cape
    Si l’inquisition chrétienne fait partie d’un passé lointain, désormais, plus particulièrement, la religion musulmane, pourtant clairement la plus sexiste, génère dans notre pays, ainsi qu’un peu partout ailleurs dans le monde l’inquisition musulmane
    Si, à notre époque, cette inquisition prospère ce n’est pas seulement parce que l’idéologie politico-sociétal de cette religion de l’irresponsabilité n’est pas suffisamment critiquée - c’est avant tout parce que la parole de ses chefs religieux est de très loin la moins critiquée dans l’espace public, notamment par les « grands médias » faisant preuve, souvent par omission, de beaucoup de complaisance
    Donc contrairement à ce que disait, hier, Christian Estrosi sur BFMTV Bourdin, " dans notre pays, il faut protéger les musulmans car eux-aussi sont des victimes du terrorisme, bla bla bla... " - et bien non ce sont tous les citoyens qui doivent-être protégés et non les musulmans car les musulmans n’étaient pas visés en particulier par les terroristes musulmans, ce qui n’était pas le cas des Charlie ou des juifs de l’hyper casher, ceux-là mêmes étaient visés en particulier, ailleurs c’est la citoyenneté française qui était visée notamment au Bataclan ou à Nice
    Hors le terrorisme, il serait inconvenant de protéger les affidés des autres religions qui, au même titre que la mahométane, prônent cette idéologie destructrice pour maintenir la domination ou la suprématie de l’homme sur les femmes

    Protéger et défendre le citoyen bec et ongles passe par par la prévention
    C’est, à l’École, en enseignant le fait athée et les philosophies de l’athéisme car la spiritualité athée, affranchie de toute forme sectaire, est l’expression de la recherche permanente de l’éthiqueainsi en s’évitant le recours à l’inefficace déradicalisation des fanatiques, c’est par la prévention de toutes les formes de fanatismes générés par les monothéismes et plus particulièrement, dans l’actualité, le développement de l’inquisition ou du terrorisme musulman
    Sans la spiritualité athée, " Les Droits de la Femme et de la Citoyenne ", n’auraient jamais vu le jour
    Défendre le Citoyen, c’est efficacement défendre les Droits de la Femme et de la Citoyenne et non faire preuve d’une irresponsable complaisance envers des minorités qui, à longueurs d’années, répandent dans nos société la peste ou le choléra au point d’affecter ou de rendre presque impossible une relation, un rapport de qualité entre les hommes et les femmes - CRAB

    Suites : Mémoires Facebook
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/memoires-facebook.html

    Suites 2 : Les FAITS sont têtus
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/les-faits-sont-tetus.html

  • Éloge de l’irresponsabilité

    Une islamiste couverte de pieds en cape s’étonnait qu’il n’y ai pas de musulman ou d'islamiste dans les films de science-fiction alors que, dit-elle, le coran dit que monde sera musulman

    Clairement, il apparaît que cette « brave fille » n’a toujours pas compris que le musulman ou l'islamiste n'est pas l'avenir de l'Homme !


    Orchestration de l’irresponsabilité
    Selon le discours irresponsable ou le manque de discernement de certains « grands savants sociologues », spécialistes de la désinformation ou encore de la désincarnation, proches des idées d’un Edwy Plenel, autant de « spécialistes » qui ne manque pas une occasion d’insinuer, sinon de marteler que le djihadisme se résume à une affaire franco-française, car selon eux, c’est le passé colonial de la France qui fabriquerait les djihadistes

    Les troubles de l’intelligence
    Hors, les réalités du terrorisme musulman est tout autre car partout en Europe chacun peut observer que les djihadistes belges, allemands ou hollandais, sont des citoyens de pays où il n’existe pas de contentieux colonial avec le monde arabo-musulman, dans ce cas comment ces « sociologues » qu’un voile brouille l’esprit peuvent-ils affirmer que c’est le passé colonial de la France qui fabrique ces monstres ?
    Dire que le discours salafiste est seul responsable de la montée du djihadisme est tout aussi grotesque que de dire que la méconnaissance de la religion musulmane est la cause du fanatisme et de la radicalisation

    Origines de l’idéologie
    En fait la radicalisation de l’islam doit l’essentiel de son idéologie à son passé hyper-esclavagistes car, même à notre époque, le monde dominé par des musulmans n’en a toujours pas fini avec l’esclavage et la traite des esclaves

    Un état permanent de crétinisme
    L’imbécillité ou l’idiotie sont des maladies de l’intelligence, car dire que la méconnaissance de la religion musulmane par les djihadistes est en cause ou la cause majeure de la radicalisation c’est purement et simplement nier que le coran est l’expression d’une religion de l’irresponsabilité qui du début à la fin décline sur tous les tons ce qui est autorisé ou n’est pas autorisé et je ne parle pas des hadiths qui selon leur bon vouloir font parler plus pour le pire que pour le meilleur le guerrier sanguinaire chef de tribu Mahomet
    Qui oserait sans sourciller dire que ce texte infantile et égoïste qui interdit tout jugement personnel, interdit la liberté de conscience, infiniment plus sexiste et athéophobe que les autres religions n’est pour rien dans la montée du fanatisme et de l’inquisition musulmane en France et partout ailleurs dans le monde ?
    Admettons - ils n’ont pas lu coran, cependant il n’empêche que les « valeurs » que transmet la famille ou les milieux qui se réclament de la religion musulmane impliquent la soumission et, avant tout, pour les filles de « vivre » sous le regard du clan d’où entre-autres affublements islamiques de porter impérativement le pire des signes d’infériorisation des femmes : le voile

    Établissement de la réalité
    Ce n’est pas dû au hasard si plus de 63 % de nos compatriotes sont sans religion, car la peur n’est pas française, et la France est toujours en quête de nouveau, s’implique toujours plus dans une spiritualité athée orientée vers la recherche permanente de l’éthique
    Et pour ces « sociologues » de tenter, par médias interposés, de faire accroire cette idée saugrenue que la large majorité de nos compatriotes à peur, sont xénophobes quand ils sont parfaitement conscients qu’ils ont affaire à une idéologie de destruction de la démocratie laïque et sont tout simplement exaspérés de constater le laxisme des pouvoirs publics vis à vis des assauts théocratiques contre la laïcité ou de contestation sans appel de l’égalité femmes-hommes générés, dans notre pays, par un fanatisme émergeant majoritairement dans les milieux musulmans
    Rappel : Ce ne sont pas les religions qui ont inventé le féminisme mais la spiritualité athéeCRAB

    allah,communautarisme,coran,djihadistes,fanatisme_religieux,france,guerres_de_religions,international,islam,islamophobie
    Suite :
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/lislamosphere.html

    Suites 2:
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/feminisme-universel-en-octobre-2017.html

    Suites 3 : déroulé d’articles
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Islam

  • Féminisme universel en Octobre 2017

    Pour victimiser*1 sans partage toutes les femmes au lieu de les considérer majeures, certains voudraient remettre en cause la ressemblance de genre, hors le féminisme universel ne nie pas pour mémoire les différences entre les femmes et les hommes
    *1 : quand une femme poignarde les autres femmes dans le dos en portant volontairement un des voiles islamique ou la burqa, fait-elle partie des victimes … ?
    Rappel : Le voile n’a pas d’autre fonction que de servir d’emballage à la musulmane comparée à un objet sexuel
    Le féminisme universel est l’efficace antidote du " « féminisme » musulman " qui s’appuie sur les différences entre les femmes et les hommes ( et non sur l’égalité des droits ) ainsi que sur le différentialisme culturel vise à ethniciser le « combat féministe » dans le dessein de maintenir en l’état l’inégalité entre les femmes et les hommes ;
    ce « féminisme » musulman n’a pas d’autre objectif que de pérenniser la substantielle moelle des patriarcats car ne peuvent résister à l’examen les effets de ces tentatives d’imposer, plus particulièrement policés ou pervers, ressentis par les habitants de certains des quartiers de nos villes ainsi que dans toutes les régions du monde dominées par des musulmans et que dénoncent, sans relâcher, les femmes émancipées ou insoumises frappées par cette interdiction de vie publique et d’autonomie qui caractérise les idéologies musulmanes
    Au regard de ce que nous savons des mondes totalitaires, donc pour la plupart dominés par des musulmans, au moment du référendum en Turquie, peut-on oublier ou ne pas tenir compte des visées coloniales d’Erdogan s'adressant à ces compatriotes vivant en Europe ? : Ne faites pas trois enfants mais cinq parce que vous êtes l’avenir de l’Europe qu’il faut raccorder à ses déclarations précédentes, cette fois-là en 1998, quand il était Maire d’Istanbul : " Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats."
    Ce qui grave, et extrêmement irresponsable, surtout d’une lâcheté effarante dans la mesure ou la presse française n’en a dit mot, dont en tête de pont le pontifiant journal " Libération " qui a pris l’habitude, certes à géométrie variable ignorant superbement la symétrie axiale, de se prendre pour le défenseur attitré des " Droits de l’Homme " - quitte à me répéter c’est tout aussi irresponsable de laisser un Edwy plenel se répandre, sans contradicteurs, dans les médias pour asséner que " les premières victimes des totalitarismes se réclamant indûment de l’islam sont les musulmans eux-mêmes " - hors, c’est archi-faux, les premières victimes des islamistes que la grande majorité des musulmans laissent, sans lever le petit doigt, assassiner ou emprisonner sont les athées, les femmes insoumises, les apostats et les homosexuels - CRAB -

    Suites : L’islamosphère
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/lislamosphere.html

    Suites 2 : Déroulé d’articles sur la critique de l’islamisme
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Islam

    Suites 3 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Edwy+Plenel

  • L’islamosphère

    Judith Waintraub .png

    Ci-dessus, une enquête publiée le 06/10/2017 par Judith Waintraub, dans LE FIGARO,fr

    « Ils haïssent la France, non parce qu'elle opprime les musulmans, mais parce qu'elle les libère » - Bruckner

    Lois et valeurs de la république
    Mille merci aux femmes insoumises, avant tout démocrates car vraies républicaines ou vraies citoyennes, celles-là même qui au nom de la ressemblance de genre à l'instar de la vraie ( entre-autres ) féministe Élisabeth Badinter, qui a le culot de « ne pas craindre d'être traitée d'islamophobe », ne concèdent jamais rien aux islamistes sans se laisser impressionner par ce quarteron d’individus dont le passe-temps favoris est de couvrir ( pour l’essentiel ) la haine culturelle sacralisée par la religion de tous les idéaux destinés à conforter l’égalité femmes-hommes, dont plus particulièrement la haine des femmes émancipées, insoumises, la haine de la liberté de conscience - un quarteron n’existant dans le débat public que par la grâce ou la complaisance irresponsable de certains médias prenant, la plupart du temps, un soin scrupuleux sur les plateaux, à ne les mettre en face de ceux qu’ils diffament à longueurs d’années en les traitant d’islamophobes – de toutes façons c’est peine perdue car être accusé d’islamophobie n’est pas en soi négatif car il n’est rien de plus naturel de trouver tout à fait détestable une religion totalitaire qui de pages en pages sacralise l’irresponsabilité pour ne jamais laisser le plus petit espace au jugement personnel
    Merci encore à Kamel Daoud, coupable entre autres méfaits d'avoir dénoncé « la misère sexuelle dans le monde arabo-musulman, le rapport malade à la femme » après les agressions de la nuit du Nouvel An à Cologne, en 2016. - CRAB -

    Suites : Jeannette Bougrab et la banlieue
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/jeannette-bougrab-et-la-banlieue.html