Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chrétienté

  • Féministes ?

     
    Toujours se défier des « féministes » qui vise à essentialiser*0 les hommes - parfois même par le biais de la loi, ce qui revient à rendre les hommes coupables par « nature » de toutes les dérives ou agressions sexuelles
    * 0 : Intimus
    http://blvids.free.fr/0_Intimus.mp4

    .
    Il n’y a rien d’inné ni de génétique dans ces sordides-affaires, l’homme ne naît pas ni violeur ni prédisposé à agresser les femmes qu’il rencontre, pas plus que les femmes qui, ainsi que des hommes, parfois se rendent coupables du crime d’inceste sur de jeunes garçons n’y sont naturellement préposée
    Ce qui n’est jamais vraiment mis-en cause sur le fond par les pouvoirs publics ou les-institutions, ce sont les idéaux misogynes du patriarcat à travers la sacralisation de la phallocratie par la religion qui pourtant par leur impact sur la jeunesse sont la cause majeure des désordres anti-sexuels dont le plus souvent sont victimes des femmes et des fillettes*1 ou des adolescentes*2 ( *1 - *2 : excision, viols et mariage forcé ) car ces-idéaux malsains ont pour vocation d’interdire le sexuel dans la société ;
    la transmission de ces « valeurs » de la peur du corps se fait essentiellement par les femmes, et dans la plus part des cas ce sont des femmes dites à la maison qui s’en chargent - plus nombreuses qu’ailleurs au sein des milieux très croyants

    .
    Si la nature était bonne, nul besoin de médecine, si les religions étaient bonnes nul besoin de la critique athée, antiraciste et féministe des religions
    Contre les idéaux chrétiens ou musulmans où dans notre pays plus de soixante pour cent des français-es sont sans religion, il s’avère que presque presque une femme sur deux, à présent, est infidèle et, bon-an mal an, elles sont toujours, et c’est-un vrai bonheur, de plus-en plus nombreuses

    .
    Dans notre société, la haine du sexuel émane pour l’essentiel de populations non préparées pour la paix - ces femmes-infidèles sont les seules à pacifier, à construire réellement la paix sociale car elles perpétuent ou renouent pour le bien de tous et de toutes avec le principe du désir et du plaisir originel quand, dans la nuit des temps au cours de " l’Évolution ", conscientes de leurs corps les femmes, au regard de cette éventualité parmi les plus-opportunes, dans leur volonté affirmée d’être doué de raison, il leur apparût nettement afin de ressembler à leurs fesses qu’elles devaient faire pousser leurs seins pour enfin être prises par devant ;
    ce coup de maîtresse leur valut d’imaginer le " Droit ";
    sans cette mutation sexuelle voulue par les femmes, à notre époque dans les pays civilisés, il n’y aurait point d’État de Droit ni " Les Droits de la Femme et de la Citoyenne " dont " Les droits des femmes "

    .
    Vidéo : Mâle ou mal dominant ?
    http://blvids.free.fr/Mal_dominant.mp4

    I
    Suites : Mini-jupe
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/mini-jupe.html

  • Spiritualité

    athéisme, catholicisme, chrétienté, Élisabeth_Badinter, Henri Pena-Ruiz, Laïcité, religions, sexisme

    Vie intérieure
    « On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l'on n'admet pas d'abord qu'elle est une conspiration universelle contre toute vie intérieure. » Georges Bernanos - La France contre les robots -

    .

    Cette phrase de Bernanos, est souvent citée ( hors de son contexte ) par le chœur des pleurnicheurs et pleurnicheuses qui estiment que l’Occident a décidé de prendre ses distances par rapport à la foi chrétienne sous l'influence des philosophes des Lumières et des courants politiques qui en sont issus
    Aujourd'hui, l'Occident vit comme si Dieu n'existait pas, disent-ils, ce qui n’est vrai qu’en Europe, mais ne l’est pas, à mon grand regret, dans quelques pays ainsi que l’Irlande, la Grèce ou la Pologne

    .

    L'orientation athée d'une vie est presque toujours une option de la volonté *1. L'homme ne veut plus réfléchir à son rapport à Dieu, car il entend devenir Dieu lui-même, disent nos « bons-apôtres » - extraordinaire, n’est-ce pas ?

    .

    Non, pas vraiment, cette définition de l’athéisme est de l’ordre de la diffamation ou fait d’une pensée puérile, souvent le reflet de la plus vile propagande chrétienne, plus particulièrement en usage dans le monde catholique

    .
    Évoquer l’athée pour aussitôt dans la phrase suivante se rabatte sur l’Homme - " bizarroïde " [ ? ]
    .

    Parler de l’homme et de son rapport à dieu n’est pas sans rappeler que l’idole des catholiques a inventé le pécher pour tous et prétendait sans craindre le ridicule de racheter à elle seule l’humanité – mais bon, passons, car il est-essentiel de rappeler à ces hordes chrétiennes fanatisées que l’athée ne peut en aucun cas se prendre pour dieu ou un dieu puisque les philosophies de l’athéisme ne matérialisent pas la volonté de domination que proposent les philosophes de pouvoir tels Platon ou Aristote si chers aux chrétiens ;
    n’en déplaise sans référence à je ne sais quels et imaginaires arrière-mondes, l’athée se réfère exclusivement à la société dans laquelle il vit, il est libertaire, spirituellement impliqué dans la recherche de l’éthique, animé d’une [ *1 volonté farouche ] de défendre la démocratie, la ressemblance de genre des femmes et des-hommes que dénature le déni de la démocratie par le biais de la parité imposée par une loi anti-citoyen-ne et l’abaissement du statut des femmes par la religion, et le droit de vivre, penser et rire - autant de valeurs à caractère universel dérangeantes que tentent de faire oublier ou de dénaturer les représentants des hiérarchies monothéistes qui aiment le péché pour tous mais pas le mariage pour tous, qui peuvent compter sur le déni de démocratie, et c’est-un fait d’autant plus grave, émanant de mouvements soit disant antiracistes quand-il s’agit de l’islam ou encore, cerise sur le Gâteau de la misogynie ordinaire, par le détournement des luttes antisexistes par certaines associations qui n’ont du féminisme que l’enseigne - CRAB

    I

    Ne pas confondre Spiritualité avec Religion, ni religiosité, la véritable spiritualité est l'attention de l'Esprit portée dans le vécu de l' Ici et Maintenant

    .

    Notes : « La spiritualité, c’est la vie de l’esprit, la vie de la conscience humaine qui s’affranchit de l’immédiat. .../..

    .

    La religion est une forme de spiritualité, mais il y en a d’autres.

    .

    Un artiste qui crée des œuvres qui dépassent les limites du vécu immédiat, de l’utilité immédiate, fait œuvre spirituelle.

    .

    Un savant qui élucide les lois du réel ou un philosophe qui réfléchit sur les principes de la lucidité et de la sagesse font aussi œuvre spirituelle ».

    Henri Pena-Ruiz
    I

    Suites : Lectures comparées
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/05/lectures-comparees_10.html

    I

    Suites 2 : La catharsis
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/12/la-catharsis.html

    I

    Suites 3 : Dieu est anti-laïque
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/02/dieu-est-anti-laique.html

  • Présomption d’innocence ou de culpabilité ?

    Albert Einstein.png

    Sectarisme et communautarisme
    Il y a quelques jours, dans le questionnaire que devait remplir une étudiante pour postuler à Kedge Business School, on demandait :
    « Quel est l’événement majeur, de ces derniers mois, qui vous a marqué-e- ? » Et la jeune fille, une marseillaise issue, comme on dit, de l’immigration, de répondre : « Le viol du jeune Théo… » - Présomption d’innocence ou de culpabilité ?

    I

    Le silence assourdissant des « grands médias »
    En 2015, 12.388 policiers blessés en mission et en service n’intéressent pas les hyper gauchistes – d’autre part, quels sont les grands médias qui en parlent en boucle et longuement [ ? ]

    I

    Algérie - Piqûre de rappel : après les victoires de la marine américaine en méditerranée, la France à occupé l’Algérie pour mettre un terme aux activités criminelles, sur les mers et cotes européennes, des esclavagistes musulmans
    Un seul regret, j’eusse préféré une occupation militaire et non coloniale, mais on ne peut refaire l’histoire
    Crime contre l’humanité : les deux parties ( FLN et une partie de l’armée française ) peuvent se les partager équitablement durant les épisodes sanglants des années de guerres - mais les pires exactions des deux cotés de la méditerranée, notamment à l’encontre des harkis furent commises en Algérie après le départ des troupes françaises
    Sans les fanatiques des deux cotés l’Algérie serait indépendante et les pieds-noirs presque tous encore sur place - se référer à Albert Camus -

    I

    Quand Michel Onfray ne joue pas auxs
    De par son livre " Décadence " le philosophe durant l’émission " on-est pas couché " déclare que c’est la fin de la civilisation chrétienne, essentiellement sur le vieux continent – jusque là, je suis d’accord et je m’en réjouis ;
    selon M. Onfray les citoyen-n-e-s européens n’auraient pas d’autre alternative que de « sombrer avec élégance », c’est-à dire faire un peu mieux que les romains
    Hors, c’est oublier que tout le monde n’est pas endoctriné dès sa naissance ni dans les-idéaux de la chrétienté ou de l’islam, que l’athéisme et les sans-religions sont majoritaire dans notre pays – c’est faire un peu rapidement l’impasse que grâce aux découvertes scientifiques l’athéisme, chez les non-musulmans, gagne rapidement du terrain, ( surtout ces dix dernières années )
    L’athéisme progresse, certes, nettement plus lentement et s’accompagne d’une sécularisation, certes faible, mais néanmoins de plus-en plus visible dans les populations originaire des pays totalitaires dominés par les musulmans
    Si nous voulons construire une société fraternelle nous ne pouvons ignorer que dans les familles dès leur plus jeune âge, âgés d’à peine plus d’un an, on apprend aux enfants " quoi penser " ( * : religions et autres ) au lieu de les aider à apprendre à " comment penser "
    Dans la mesure ou la mort est absence de sensation, le déclin observé, annoncé ou encore constaté par les penseurs de l'immanent nous donne autant de raison de déconstruire ( sans relâcher ) toutes les idéologies relevant de la maladie d'illusions dont principalement la chrétienté et l'islam pour construire une société plus fraternelle, donc universelle
    Pour faire primer la recherche de l’éthique sur les fables infantiles et égoïstes colportées, imprimées dans les jeunes cerveaux à l’aide de « textes sacrés » racistes et sexistes, il importe d’enseigner à l’école le fait athée en contrepartie de l’enseignement du fait religieux car les mortifères monothéismes sont les sources ou les racines des pires sectarismes

    I

    Question subsidiaire : selon vous, cher-e-s-ami-e-s, les candidat-e-s à la présidence de la république ont-ils une préférence pour les dés ou les jeux de cartes électoraux ? - CRAB

    I

    Suites : L’athéisme à l’école - Chapitre n°1 - suivi du n°2 et n°3
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/01/latheisme-lecole-chapitre-n1.html

     

  • Vœux 2017

    Reflet de la pulsion de mort, le monothéisme est la racine du sectarisme, l'invention monothéiste signe l'acte de naissance du sectarisme
    L’athéisme est universel car nul ne naît monothéiste
    Reflet de la pulsion de vie, par amantissa nostri natura le plaisir est la racine de la morale

    I
    Galerie des Méduses

    1 Esther Benbassa .jpg

    2 Christine Boutin.jpg

    2 Frigide Barjot .jpg

    3 Ludovine de la Rochelle.jpeg

    En 2017, ce que nous ne voulons, nul part, lire ou entendre : " Le voile n’est pas plus aliénant que la minijupe ", écrivait en avril 2016 la sénatrice EELV Esther Benbassa dans une tribune publiée par " Libération "

    I

    Quand Esther Benbassa ne voit pas ou ne fait pas de différence entre la mini-jupe et le voile, elle se hausse au niveau de la pègre islamiste*0 ou s’aligne sur tout-autre méduses avec ou sans poil
    *0, citation : " Que des jeunes femmes témoignent au quotidien de leurs difficultés à marcher dans certains quartiers vêtues d’une jupe courte ou d’un pantalon moulant se le tiennent pour dit : leur souffrance est raciste. Qu’elles passent leur chemin, et de préférence en talons plats. « Le problème de ces néo-féministes est qu’elles ont un prisme différentialiste et culturaliste, explique l’essayiste Djemila Benhabib. Elles définissent la victime uniquement en fonction d’une origine : à savoir les musulmans*1, forcément victimes de la violence et du racisme de l’Occident. » (…) Et l’écrivain de fustiger « la trahison » de ces féministes-là, « incapables de prendre acte de la réalité ». « Elles ont largué le droit des femmes au passage, c’est cela qui est impardonnable. »
    « On ne naît tout de même pas terroriste. On le devient. Pourquoi certains le deviennent-ils*2 et pas d’autres ? » " - Fin de citation
    *1 : surtout gardons-nous bien de rappeler que les pays dominés par les musulmans ont été les pires pays esclavagistes (...et ce n’est pas terminé ) et que la conquête de l’Algérie a mis mis un terme définitif aux attaques en mer et aux razzias sur les cotes européennes

    I
    L’égalité femmes-hommes est la racine de la civilisation
    Ce qui différencie la civilisation des mondes soumis à de moyenâgeuses idéologies patriarcales sacralisées par la religion est l’égalité femmes-hommes
    *2 : Le coran, la charia et la vie exposée jusqu’à la plus totale désinformation dans les médias sur la réalité des textes « sacrés » et sur l’histoire sublimée d’un prophète criminel de guerre et pédocriminel, sont autant de références sans-autres destination que de maintenir la suprématie des hommes sur les femmes
    Sans que nul ne puisse l’ignorer, la solidarité féminine ça n’existe pas puisqu’il y a des femmes pour s’affubler volontairement de l’accoutrement islamique, donc la vraie question c’est plutôt de se demander pourquoi cette trahison, pourquoi ce coup de poignard des-unes dans le dos des-autres femmes ?
    I
    Point de civilisation sans l’égalité femmes-hommes
    " Le voile n’est pas plus aliénant que la minijupe " dit-elle, hors, non seulement je me méfie beaucoup et invalide, sans la plus petite hésitation, ce genre d’argument - ou encore de lire : '' On vit dans une société où les corps des femmes sont sexualisés, « objectivés » partout autour de nous '' l’argument massue que nous livrent, depuis toujours, les pudibond-e-s que ce soit ou non au nom d’une religion ;
    néanmoins pour la plupart, ils sont issus de mouvements religieux ou d’associations pseudo-féministes plus ou moins impactées par les mortifères religions monothéistes, tous et toutes bénéficiant du soutien sans faille des hiérarchies monothéistes qui ne manquent jamais de se servir de cet-argument - car ils-entendent éradiquer le sexuel dans la société jusqu’à interdire plus particulièrement et surtout aux femmes le droit de jouir sexuellement ( cela va... jusqu’à la mutilation génitale ) ;

    ils se servent de ce type d’argument porter atteinte aux libertés des femmes car nous ne pouvons oublier que la minijupe à été inventé par la styliste anglaise Mary Quant au début des années 1960 pour permettre aux femmes de courir plus vite ne serait-ce que pour attraper un autobus -

    I

    Jouir sans se nuire ni nuire à autrui - Épicure
    Aimer et voir un petit rat ou une danseuse étoile de l’Opéra danser gracieusement est-un moment privilégié il est clair, car on ne peut-imaginer, en tous cas difficilement, Esther Benbassa interpréter " La mort du Cygne " - et ne lui en déplaise ainsi qu’aux aux-apôtres boutonneux de la vertu ou chantres de la fausse pudeur, en France, depuis 1867, quand Johann Strauss décide pour la première fois, sans la partie chantée, de ne faire jouer que la musique de son " Beau Danube bleu " sa valse devient une danse universelle aussitôt jouée partout dans le monde occidental une valse qui ne se danse pas les hommes entre-eux et les femmes dans la pièce d’à coté
    Placer au même niveau le voile et la mini-jupe, c'est donner raison à tous les fanatiques religieux ou puritains de toutes obédiences qui ne veulent pas du sexuel dans la société - bien évidemment dans cette affaire c’est-essentiellement le corps de la femme qui est visé et qui se traduit par le refus, voire la négation totale d’un quelconque érotisme la « meilleure » des façons d'investir et de pourrir le champ politique

    I
    De 1974 à 2015, il aura fallu six lois pour contrecarrer et maîtriser la malhonnêteté intellectuelle des anti-IVG ;
    est-ce que les meilleurs voeux que, les-uns et les-autres, nous-aimons nous adresser chaque début d’année nouvelle suffiront à mettre fin aux agissements de ces-esprits malins dont la parole ex-cathedra n’en finit jamais, dans nos sociétés, de propager la peste ou le choléra ? [ …? ]
    I

    Il faut beaucoup plus d’esprit pour faire l’amour que pour faire la guerre. - Ninon de Lenclos
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/02/elements-de-reflexion.html

    I

    Déroulé d’articles :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=voiles+islamiques
    CRAB

     

  • La femme de Loth

    LUI ( de ) ; ce qui n'est pas lui...

    La femme de Loth.jpg

    Sodome et Gomorrhe (1)

     

    Dans l’Ancien Testament, le roman historique, et non le récit de l’histoire, de la destruction de Sodome et Gomorrhe reflète le sectarisme ainsi que la justification sacralisée de la pire violence destructrice d'autres populations émanant de la volonté et de la toute puissance d’un dieu totalitaire qui par la suite caractérisera tous les monothéismes chrétiens et musulmans ;

    le « texte sacré » raconte l’histoire, que l’on pourrait qualifier aisément, d’une idée profondément sectaire qui possède l’esprit d’une tribu et de ses chefs

     

    Préambule

    Sodome et Gomorrhe, deux villes situées en plein milieu du territoire de Canaan ;

    deux agglomérations représentant un enjeu stratégique et militaire pour les futurs occupants de la région

    Mais...

    […]

    Yahvé dit; "Puis-je cacher à Abraham ce que je vais faire ? "

    […]

    Yahvé dit : " la clameur comme elle est grave, le péché comme il est grand,

    " Je vais descendre " et voir s'ils ont

    agit en tout suivant la clameur qui est venue jusqu'à moi, s'il

    n'en est pas ainsi, je le saurai "

     

    Première remarque

    '' il descend d'en haut '' - Donc il vient d'en haut ??? A pied ou à cheval ???

    ...il vient voir, cela indique clairement que '' d'en haut '' il ne voit pas tout ni n'entend pas tout et ne peut savoir tout - il doit descendre pour voir de près.

    Dans ce cas, comment pourrait-il être la pensée universelle ???

     

    Pourquoi '' auxquels cas les rumeurs qui circulent sont fondées '' est-il obligé '' pour se renseigner de descendre lui-même pour évaluer la situation de près '' ???

    Donc, '' d'en haut '' il ne voit ni n'entends pas tout...

    D’autre part, pourquoi a-t-il créé un homme aussi nettement '' imparfait '' ???

    I

    La justification

    Là, émerge l'idée destinée à justifier la destruction des deux villes qui par leur situation bloquait l'installation des cohortes venues d'Égypte pour s'établir en pays de Canaan

    I

    Prétexte ou alibi

    Abraham dit à Yahvé - « Est-ce que vraiment tu feras périr le juste avec le méchant...» - « S'il n'y avait que deux justes, épargnerais-tu la ville ...»

    I

    Pas assez de justes, le compte n'y est pas, et ce sera la destruction de Sodome et Gomorrhe

    Que peut bien signifier '' trouver deux justes '', quand '' on '' sait qu'en général les habitants d'une ville sont en moyenne pour moitié des enfants???

    Ce dieu, si bon, si juste, qui voit tout, sait tout, « ce grand créateur » ignorait que les enfants par définition sont innocents

    Les adultes habitants de Sodome et Gomorrhe étaient-ils tous des clones ??? ou encore tous immoraux, du moins selon la moraline attribuée à Yahvé [ ...sous-entendu '' moraline de scribes '' ]

    En fait il s'agit, ni plus ni moins, de justifier à l'époque de la conquête un nettoyage ethnique, d'un génocide organisé sous le fallacieux prétexte d'une différence de mœurs, dans le but guerrier de spolier des cananéens de leur territoire – peu importe que ce soit la réalité historique ou non ce qui est à retenir c'est la signification de ce passage de la bible -

    Ce n'était pas, dans l'histoire de l'humanité, vraiment nouveau, sauf que là, d’un siècle à l’autre cet événement est présenté aux croyants comme l’acte d’un dieu juste...et bon

    Comment ce '' si bon '' dieu a t-il pu inventer Satan ??

    I

    Yahvé aime-t-il les femmes ?

    Mais-il se fait que ce dieu est juge juge et partie... ( Et puis une femme; qu'est-ce que ça peut bien valoir ??? )

    Donc, ce dieu plein d'amour est tellement bon, pensez donc, et parce que la femme de Loth ( 2 ) avait eu le courage de lui désobéir ( elle laisse derrière elle sa maison ainsi que ses filles aînées ) ;

    la femme de Loth pressent l'horreur du drame qui va se jouer, elle '' se retourne '' - '' ou peut-être veut-elle s'en retourner '', dans le premier cas elle est pétrifiée, dans le deuxième cas victime des radiations il n'en restait qu'un petit tas de sel

    Que peut valoir l'avenir ( son avenir ) quand la femme de Loth voit son passé brûler ???

    I

    Un récit aux sources de l'humanisme

    Il ne fait-aucun doute que l’on doit croire et obéir aveuglément à son dieu, hors la femme de Lot, un personnage né très probablement de la mauvaise conscience d'un des idéologues parmi les rédacteurs de la bible d’autant que pour l'idéologue pur et dur, très normalement elle doit périr

    I

    Ainsi que tous les dieux des principales religions du monothéisme, ce dieu du Sinaï est une construction fondée sur le principe simpliste du fonctionnement mental de n'importe quel primaire qui se veut à la fois juge et partie ;

    dans le jardin d’Éden Ève voulait se connaître au plus profond d’elle-même pour plus forte accéder aux savoirs, elle est punie, la femme de Loth atrocement châtiée à mort parce qu’elle ne voulait pas perdre ni renier tout ce qui avait fait son identité

    I

    À l’encontre de la visée totalitaire voulue par les idéologues rédacteurs ou scribes, à leur insu, selon l’interprétation qui en est faite, l’histoire de ces deux femmes par leur volonté de savoir, de connaître, voire de transmettre, par leurs actes, éclairent de leurs lumières et porte les valeurs de l'humanisme, de l’Homme pensant...

    La femme de Loth, c'est l'autre regard porté sur l'Homme - une vision non binaire des natures des êtres humains

    I

    (1) Pourquoi un texte de plus sur Sodome et Gomorrhe?

    Simple remarque; sur les sites christicole '' fleurissent des textes '' dont l'objet est de maintenir le croyant de base dans l'idée que l'invention dieu ''est celle d'un un être'' qui ne peut en cas être considéré mauvais ni injuste

    Sodome et Gomorrhe étaient deux des villes d'une pintapole, soit un groupe de cinq villes qui se trouvent en plein milieu du territoire de Canaan

    I

    (2) Son « grand tort », c'est d'avoir souffert que ses filles puissent-être sacrifiées au nom d'une idéologie, celle de Lot et de la plupart des nomades '' au nom de l'hospitalité '' - recevriez-vous chez vous Ben Laden ? Cette négation de la réalité constitue toujours la base des idéologies eth-no-religieuse et particulières générées par les principaux monothéismes

    Noter qu’elle n'est pas nommée par son prénom, mais comme la femme de...

    I

    Dans les religions monothéistes misogynes et sexistes les femmes sont toujours '' la femme de ''

    [ noter au passage que le coran aggrave les idéologies sexistes contenues dans les textes monothéistes le précédant en ne parlant des femmes qu'à la troisième personne ]

    I

    Piqûre de rappel, rappeler que l'univers n'est pas une création, l'univers à une histoire et son histoire se poursuit ( expansion de l'univers...) - faute de création il ne peut y avoir de créateur, donc pas de dieu car la fin d’un processus est toujours le début d’un autre, et puis nous savons qu’il ne peut y avoir ni de Paradis ni d’Enfer puisque la mort est absence de sensation

    I

    Pour mémoire, l'Évolution n'est pas une théorie mais un FAIT, l'être humain est la nature et en même temps une toute petite partie de la nature ou de l'univers

    I

    Suite :

    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/41-les-diktats-musulmans/

    CRAB, publié le 22.04.2009 et mis à jour le 12.12.2016

     

  • La Traviata - le Parfum de l’Art

    Vivre est un art,

    vivre n’est pas exister, vivre, c’est être, vivre est la chose la chose la plus rare au monde, vivre est suivre les sentiers des plaisirs parce que le plaisir est la racine de la morale car il est vain d’espérer de la mort puisque la mort est absence de sensation

    La spiritualité est la vie de la conscience,

    en ce sens les religions monothéistes n’en n’ont jamais-eu le monopole car sans prendre part, pour le bien et dans le Droit commun à la recherche de l’éthique elles n’ont jamais-eu d’autre objectif - c’est leur genre - que de tuer le sexuel pour, contre la nature des choses, idéaliser et installer des sociétés exclusivement hyper hétérosexualités ;

    loin des préoccupations métaphysiques de ceux ou de celles qui consacrent, sacralisent la défaite du corps et s’enrobent, se barbouillent de la foi pour exister, nul besoin de se prendre au sérieux, seul compte jouir sans se nuire ni nuire à autrui, nul besoin de renier son passé, nul besoin de se repentir, le repentir n’est qu’une idée de bigots comptant parmi les plus nuisibles à l’entendement humain car la seule chose qui compte est de ne pas se mentir ;

    le repentir est prélude à l’injonction-interdiction de jouir de la vie, sanctifie à travers l’énoncé religieux le devoir de renoncer à la volupté dans notre bien trop courte existence : les moments savourés de bonheurs, les moments heureux d’impression extrêmement agréable donnée au sens que l’on se plaît à goûter en parfaite plénitude ;

    en réalité, interdire ou s’interdire le plaisir, refouler, salir le désir par les mots, les discours d’un obscurantisme forcené ainsi que Savonarole qui, en pratique le fit si bien, en imposant, pendant plusieurs années à la société florentine, mu par la violence du fanatique sa vision aseptisée de la soumission au surnaturel ;

    inévitablement, à un moment ou à un autre l’ennui surgit et le couple naturellement s’étiole, mais de la séparation, du respect réciproque, naît ou se substitue à la passion une tendre amitié ;

    hors, de nos jours, ce dieu plus grand que grand persiste, tricheur n’a de cesse de sublimer la fidélité conjugale quand vêtu de son costume civil il œuvre, sans relâche, pour satisfaire, pérenniser la reproduction de l’espèce, ( si chère à ses nov-prêtres prédicateurs-prescripteurs, je veux parler de « nos pin-pans économistes pro-européens » ), avec à la clé la promesse d’une croissance démographique non sans effets « positifs » sur une croissance économique peu créatrice d’emploi car en réalité une croissance économique qui dépend essentiellement de la peu réjouissante robotisation de l’activité de production ;

    un dieu de désamours qui compte pour deux, un peu comme un homme compte pour deux femmes dans le coran - un dieu schizophrène, obstiné dans cette prétention contre nature d’encrer pour toute morale cette idée déstructurante, nuisible, toxique de s’approprier le corps de l’autre ou d’exiger de l’autre la fidélité conjugale pour fabriquer ce couple sclérosé, rigide jusqu’à la frigidité, névrosé pour définir Le « modèle universel » fondé essentiellement sur le déni, le rejet de l’attirance sexuelle et ainsi de le situer dans le temps et l’espace aux antipodes des amours aimables et naturels, le sel de la vie

    I

    Il mérite le mépris celui qui ose, même dans la colère, insulter une femme

    En d’autres temps, il s’agissait de perpétuer la propriété, les biens, les rentes transmises de mâle en mâle dans un monde où le mariage arrangé avait force loi ;

    venue de « nul part » La Traviata touchée, affectée, percée au plus profond d’elle, culpabilisée, finalement manipulée par le père de son nouvel aimant, peut-être le dernier de ses amours, pour elle le premier, qu’importe la durée des amours, renonce à sa passion, à la joie, au plaisir de s’abandonner à son désir à vivre peut-être le dernier moment de sa vie de grande amoureuse, au moment ou la maladie inexorablement la rapproche de la mort, désemparée, renonçant à un meilleur destin, à une meilleure fin, pour sauver « l’honneur » de l’étriquée, la mondaine et presque vulgaire famille d’Alfredo, elle se sacrifie sur l’autel des doctrines d’un milieu qui n’aura été le sien que l’espace d’un instant – une famille enpatriarquée jusqu’au bout des ongles ( comme il en existe encore ), enfin de s’effacer pour une cause qui n’est pas la sienne, et ce, quand bien même, grand musicien parmi les plus grands, mais aussi « bon apôtre » Verdi terminera la fin de son dernier acte sur une note, à mon goût, un peu trop chrétienne quand, devant le père et le fils bourrés de remords - du moins me semble t-il , Violetta persiste à se flageller, mais combien, ô combien admirablement chanté par l’incroyable soprano Francesca Dotto magnifiquement entourée de chanteurs et de chanteuses lyriques de grands talents dans une sublime mise en scène de Sofia Coppola dont les remarquables costumes, véritables œuvres d’art, ont été créés avec la maison Valentino

    I

    Quand sur le dernier acte se referme le rideau, un long moment je m’en veux, oui je m’en veux beaucoup car je ne pas trouve les mots pour exprimer, pour dire combien j’ai tellement aimé, tellement aimé, tellement aimé cette version de la Traviata – Merci, merci, mille fois merciClaude Bouvard dit Crab - 03 Octobre 2016

    I

    Vidéo : Présentation, l’Odeur de la Sueur n’est pas le Parfum de l’Art

    http://blvids.free.fr/La_Traviata.mp4

    I

    Suites :

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/07/mozart-lenlevement-au-serail.html

    I

    Suite 2 :

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/01/la-reine-de-la-nuit.html

    I

    Suite 3 : Genre - une théorie ?

    François, pape des pauvres d’esprits a encore frappé, c’est son genre

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/02/genre-une-theorie.html

    I

    Rappel : La Traviata diffusée sur Arte samedi dernier - France 2 avait quelques temps auparavant diffusé cet opéra de Verdi

    I

    Notes :

    Au printemps 2016, la cinéaste Sofia Coppola dévoilait sa première mise en scène lyrique à l’Opéra de Rome : une Traviata sur son trente et un, avec des costumes conçus par la maison de couture Valentino.
    En digne héritière de son père, Francis Ford Coppola, dont la filmographie est infusée d’art lyrique, la réalisatrice de
    Lost in translation et Marie Antoinette connaît l’opéra. Si, par le passé, elle a décliné la mise en scène de Così fan tutte, c'est Verdi qui a convaincu Sofia Coppola de fouler pour la première fois le plateau du Teatro dell’Opera di Roma. Son attrait pour les personnages féminins égarés a certainement joué, autant que la perspective de travailler avec la maison Valentino. Alors que ses successeurs, Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli, ont habillé les rôles secondaires, Valentino Garavani a repris du service et dessiné quatre robes haute couture, tout en étoffes éclatantes et crinolines éblouissantes, épousant les variations psychologiques de la malheureuse héroïne de Verdi. - Source arte

    I

    Diffusé sur arte :

    " La Traviata " par Sofia Coppola & Valentino

    Avec :

    Francesca Dotto - Violetta Valéry

    Antonio Poli - Alfredo Germont

    Roberto Frontali - Giorgio Germont

    Anna Malavasi - Flora

    Andrea Giovannini - Gastone

    Roberto Accurso - Il Barone Douphol

    Andrea Porta - Il Marchese D'Obigny

    Graziano Dalla Valle - Il Dottor Grenvil

    Chiara Pieretti - Annina

    I

    Direction musicale : Jader Bignamini

    Costumes : Valentino Garavani

    Choeur : Coro del Teatro dell'Opera di Roma

    Chorégraphie : Stéphane Phavorin

    Composition : Giuseppe Verdi

    Décors : Nathan Crowley

    Lumière : Vinicio Cheli

    Mise en scène : Sofia Coppola

    Orchestre : Orchestra del Teatro dell'Opera di Roma

    Réalisation TV : Francesca Nesler