Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

féminisme_universel

  • Les petites choses fragiles


    Élisabeth_Badinter et Fatiha_Agag-Boudjahlat

    Féminisme : « Le grand détournement » vu par Fatiha Agag-Boudjahlat
    République, féminisme, laïcité, Fatiha Agag-Boudjahlat décrypte les conséquences du communautarisme sur les idéaux féministes dans son livre « Le grand détournement », publié aux éditions du Cerf
    Aucune femme n’appartient à une communauté, elle s’appartient, un point c’est tout
    Une assignation presque comique digne d’un opéra bouffe, sans le moindre rapport avec la religion ni avec la croyance dans une divinité, la pudeur qui passe par le voilage des femmes est une valeur imposée par une partie de ces hommes qui, par peur de perdre leur virilité ou leurs bijoux de famille, n’ont jamais rien lu d’Aristophane, abusent avec la complicité ou le concours hyper-actif d’une partie hyper-religieuses de femmes qui n’ont jamais rien lu des livres ou n’ont jamais rien compris à la démarche d’Élisabeth Badinter* plus sûrement pondeuses émérites devant l’éternel, singulièrement insensibles à la loi commune et peu enclines à remiser le patriarcat dans les poubelles de l’histoire pour, à laide du phallocentrique coran, maintenir et persuader leurs enfants garçons et filles de la supériorité de l’homme sur les femmes
    * - Cela dit, à la décharge de ces si particulières musulmanes, ne manquent pas à l’appel certaines parmi les « féministes occidentales victimistes », et j’en connais des vertes et des pas mûres, certes plus nombreuses à faire leur miel aux Amériques du Nord qu’en France, qui n’ont rien compris au féminisme universel défendu bec et ongles par la " pas que féministe " Élisabeth Badinter

    Quand le féminisme universel s’en mêle porté par de vraies " pas que féministes "
    Fatiha Agag-Boudjahlat et Élisabeth Badinter considèrent avec justesse que les femmes ne sont pas des victimes, et rappellent que la « vitalité du patriarcat » ne serait plus d’actualité, et depuis longtemps, sans le concours actif d’un féminisme qui n’a plus rien d’universel dont les « porte-parole » Marlène Schiappa qui fait du tourisme à la Chapelle-Pujol sur les trottoirs élargis par Caroline De Haas pour protéger du harcèlement musulman les femmes émancipées de ce quartierbelles égéries des femmes blanches néo-féministes, grandes prêtresses de ce féminisme victimiste juchées sur le trépied des augures rien de bon - des intercetrices ou le ramage de l’une se rapporte au plumage de l’autre pour plus avantageusement communier la main dans la main dans la plus parfaite gémination avec l’Esprit-Saint de Clémentine Autin afin de, par le biaisé différentialisme, minimiser les violences faites aux femmes au nom d’une « culture religieuse orientaliste » qui dans toute l’histoire de l’humanité compose et impose la pire des négations du féminisme universel

    Il n’y a pas d’au-delà, donc pas de paradis ni d’enfer ni de purgatoire, la mort est absence de sensation, l’espérance d’une vie de soumission est vaine, et la vie s’écoule
    Il est des manques de rigueur qui altèrent ou transforment la notion de l’égalité en une relation perverse entre femmes-hommes, voire de rigueurs mortifères dès qu’il s’agit d'éviter la critique sans distinction des idéaux de de tous les patriarcats sacralisés par la religion
    Émanation d’un « féminisme blanc » ou non musulman si néfaste à l’émancipation de ces femmes « orientales » nées de l’autre coté de la voie ferrée dans le quartier Avicenne, Rue de la Lapidation ou Rue du Paradis des bien-heureuses Houris où coulent des rivières de lait et de miel ( heue, mille excuses, je voulais écrire des " rivières de spermes " ) se voient ainsi racialisées au nom du « le voile, c’est mon choix »
    Ce nov ou néo-féminisme initié par une poignée de femmes blanches ( en surface ), néanmoins très médiatisées, certes – certes, n’est rien de plus qu’une sorte de fumerolle numérique rayée comme un zèbre en carton peint et plastifié de fête foraine fixé sur la circulaire plate-forme d’un manège manigances tellement, tellement, tournant comme un vis sans fin babylonien et si bien venu, en ces temps suspendus quand la rumeur dans le jardin de l’actualité sucrée d’orge prime sur l’information, la rigueur de l’enquête ou encore à l’encontre de l’honnêteté intellectuelle, que l’essentiel de la substance ( genre barbe à papa ) est repris en boucle mais très nettement plus hystérisé dans les milieux musulmans car marqué, le plus souvent, de l’indélébile sceau de l’hyper religiosité de ces femmes dites musulmanes lesquelles vont jusqu’à voiler leurs fillettes qui ainsi que tous les enfants en bas âge croient ce que leur dit au quotidien leur mère ( ou parents ) peu portée sur le questionnement ou peu disposée à proposer de réfléchir, en famille, sur les grandes questions et plus tard de leur interdire de faire du sport à l’école - quand elles ne recommandent pas à leurs filles ou à leur garçons de dormir pendant le cours de science - CRAB

    Lire le livre de Fatiha Agag-Boudjahlat « Le grand détournement » paru aux éditions du Cerf

    Note de l’Éditeur : Le grand détournement

    de Fatiha Boudjahlat
    Égalité, mais aussi laïcité et encore droit, justice : ces mots, qu’on croyait universels, sont, chaque jour, détournés de leur sens. Les responsables de cet assaut porté à la langue française ? Les communautaristes
    de toutes obédiences. C’est pour décrypter leurs méthodes que ce livre a été écrit. Du « féminisme », au nom duquel le voile intégral devrait être autorisé, au «  patriarcat  » qui n’est combattu que lorsqu’il se présente sous les traits du «  mâle blanc  », en passant par la «  tolérance  », invoquée pour justifier l’excision, ou la « culture », qu’on évoque désormais contre la loi de la Nation, c’est l’histoire d’un détournement sémantique qui nous est ici contée. Indigènes réinventés, prétendus antiracistes, vrai-faux identitaires de droite comme de gauche, les nouveaux tartuffes sont démasqués! Un plaidoyer pour que l’écologie du langage serve à redonner voix à la politique et à la République fraternelle.
    Enseignante, cofondatrice du mouvement citoyen Viv(r)e la République, ex-secrétaire nationale du MRC en charge de l’Éducation, Fatiha Agag-Boudjahlat vit à Toulouse.


    Vidéo : Fatiha Agag-Boudjahlat
    http://blvids.free.fr/Feminisme_Fatiha_Agag-Boudjahlat.mp4

    Vidéo 2 : Musulmane ou femme « normale » ?
    http://blvids.free.fr/V%C3%A9nus_%20confessions.mp4

    Suites : Fausse route en 2018 – suite
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/02/fausse-route-en-2018-suite.html

    Suites 2 : Réaliser un féminisme libertin
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/03/realiser-un-feminisme-libertin_16.html

    4 commentaires:

    1. par Florence Rault
      Une Caroline de Haas « sur deux ou trois » dit n’importe quoi
      Non, la justice n’est pas « complice de crimes de masse que sont les viols »


      Impliquée dans l’affaire Darmanin, la néo-féministe Caroline de Haas a le vent en poupe. Pour mener sa guerre des sexes, elle n’hésite pas à cracher sur la justice et l’Etat ou à affirmer « qu’un homme sur deux ou trois est un agresseur ».

      L’affaire Weinstein, qui au départ ne concernait que le très particulier milieu d’Hollywood dans ses liens avec le Parti démocrate américain, a débouché sur une déflagration qui secoue le monde anglo-saxon et l’Europe de l’Ouest. Ce qui fut présenté comme une « libération de la parole des femmes », confrontées à une violence masculine massive, a immédiatement embrayé sur une véritable « guerre des sexes » faisant voler en éclats non seulement la décence ordinaire mais mettant aussi dangereusement en cause des règles et des principes qui régulent une société démocratique et peuvent être très justement considérés comme des acquis de civilisation.
      Pour Caroline de Haas, l’Etat est « complice de crimes de masse »
      Tous ceux qui ont émis des réserves lors du lancement des campagnes #BalanceTonPorc et #MeToo ont été prestement disqualifiés, moqués, insultés. Et pourtant, comme la nuée l’orage, ces campagnes portaient en elles les catastrophes culturelles, sociales et liberticides auxquelles nous sommes confrontés. Cela va de la mutilation des œuvres artistiques à la façon des talibans, aux délires suédois qui font de l’acte sexuel un viol par définition jusqu’à la preuve « d’un consentement explicite ». En passant par les demandes gravissimes de responsables d’institutions publiques de renversement de la charge de la preuve en matière pénale. Comme Jacques Toubon, « défenseur des droits » demandant instamment que l’on viole ce qu’il est chargé de défendre ! Et l’utilisation de fantasmagories de charlatans, comme dans l’affaire Flavie Flament, pour justifier l’abandon de principes pénaux séculaires.
      A lire aussi: Affaire Darmanin: c’est la justice qu’on viole
      Comment s’étonner alors, lorsque la simple raison a déserté le champ du débat, que des gens comme Caroline de Haas ou d’autres militantes du néo-féminisme prédateur et violent se livrent à des débordements ahurissants. La cofondatrice d’Osez le féminisme a organisé avec l’affaire Darmanin une manipulation détestable, méritant peut-être que le parquet examine de plus près quel a été son rôle dans le dépôt de la plainte, désormais classée sans suite. Probablement inquiète pour la prospérité de son petit business, elle n’hésite pas, par ailleurs, à accuser l’État d’être « le complice de ces crimes de masses que sont les viols ». Comme d’habitude en assénant des statistiques fantaisistes selon lesquelles une femme sur deux aurait été agressée sexuellement, et un homme « sur deux ou trois » serait un prédateur sexuel !
      Ce sont ses sœurs de lutte qui, déchaînées par l’organisation d’un colloque plutôt favorable sur le phénomène #BalanceTonPorc à l’EHESS, appellent à empêcher sa tenue, y compris par la force – tout autre parole que la leur étant inacceptable – et, nervis excités, elles envahissent l’amphithéâtre pour s’y livrer à la violence et l’intimidation.

       
       
    2. Suite:
      Marlène Schiappa met un pied dans le plat
      Les inconséquences de Marlène Schiappa n’aident pas. Dans l’affaire Daval, elle est intervenue de façon tout à fait intempestive, en violation du principe de la séparation des pouvoirs, pour donner son avis sur la conduite d’un dossier judiciaire. Mais le plus grave n’a pas été relevé. La secrétaire d’Etat a contesté, dans leur principe, les moyens de défense développés par les avocats du mis en examen. C’est-à-dire qu’elle considérait comme intolérable la liberté du choix de leurs arguments. Elle s’indignait du fait que des considérations sur la personnalité de la victime aient été avancées par la défense, ce qui reviendrait, selon elle, à « légitimer les féminicides ».
      Quelle est cette folie ? En oubliant opportunément les incroyables mensonges du lobby féministe dans l’affaire Sauvage, pour excuser un meurtre en faisant de son auteur une victime, madame Schiappa veut-elle que l’on abandonne un des principes intangibles du droit pénal ? Ce principe, c’est celui de la personnalité des crimes et des peines : l’on juge des faits particuliers et des hommes (ou des femmes) particuliers. Il est du devoir du juge d’examiner tout ce qui lui est soumis, et notamment les circonstances dans lesquelles un drame a pu se dérouler, celles du passage à l’acte. Interdit de se défendre, interdit d’expliquer, et par conséquent interdit de comprendre ? Eh bien désolée, madame la secrétaire d’Etat, si on peut lyncher, dans ce cas il est impossible de juger.
      La délation appelle la délation
      Ces exemples le démontrent : l’entreprise de délation générale et particulière initiée par #BalanceTonPorc ne pouvait déboucher que sur cette catastrophe. J’ai beaucoup entendu, au début de la campagne, qu’il y avait peu de noms jetés en pâture et que la dénonciation serait pédagogique par son caractère général. Cela n’est pas sérieux. Dès lors que l’on fait de la délation un instrument d’ingénierie sociale, comment imaginer que l’on va se contenter de dire « moi aussi » sans aller plus loin ? Dans un tel mouvement collectif, avec ses effets d’entraînement, d’émulation et de surenchère, il faut désigner les coupables. D’abord un groupe, les hommes et leur patriarcat, puis des individus. Cela se passe toujours ainsi. Devenant un acte social valorisé, la délation appelle la délation. Sait-on que le plus grand nombre de lettres de dénonciation envoyées à la Gestapo pendant la dernière Guerre mondiale, l’a été pendant la dernière année d’occupation alors que la défaite de l’axe était inéluctable ?
      Le grand déballage, ensuite, ne pourra générer que de la frustration. Les méchants sont désignés et, par conséquent, il faut les punir. L’envie de pénal qui traverse nos sociétés, nous confronte pourtant sur les questions de sexe à une énorme contradiction. La justice pénale obéit à des objectifs et des règles qui font que l’appréhension d’une partie de ce qui relève de la « délinquance sexuelle » est extrêmement difficile. Dans ce domaine, il faut d’abord rappeler que prétendre que les viols ne sont pas sanctionnés par la justice est une baliverne. Désormais, grâce aux progrès de la police scientifique, les principales infractions peuvent être établies et sanctionnées, et ce en respectant les règles du débat contradictoire. Il faut savoir aussi que les crimes de viol occupent actuellement la moitié des sessions d’assises dans notre pays, et font l’objet d’une répression sévère.

       
       
    3. Suite:
      Le gloubi-boulga néo-féministe ne rend ni service ni justice
      En revanche, ce dont on nous parle aujourd’hui, avec d’ailleurs des degrés de gravité variables, ce sont les zones grises, celles « du parole contre parole », de la subjectivité, de la culture et de ses évolutions. Et ce sont ces situations particulières que le néo-féminisme veut à tout prix criminaliser, en amalgamant harcèlement et agression sexuels avec le crime de viol. L’abandon des échelles de gravité, pourtant prévues par le code pénal, permettant toutes les manipulations. Il faut donc être clair, on ne peut pas s’en remettre uniquement et de cette façon à la justice pour traiter ce qui relève d’autres modes de régulation sociale. Essentiellement pour deux raisons :
      – Donner à la justice l’objectif d’assouvir la haine des hommes et la volonté de pouvoir du néo-féminisme, est une impasse démocratique car cela ne peut se faire que par l’abandon des principes fondamentaux des libertés civiles. Les magistrats sont là pour veiller au contraire à leur respect, les accuser pour cela de « complicité avec des crimes de masse » est simplement une ignominie.
      – Ceux qui sont victimes d’accusations infondées sont particulièrement désarmés. Ils sont d’abord soumis à des lynchages médiatiques terriblement violents, dont aucune procédure judiciaire efficace ne peut préserver. L’action en « dénonciation calomnieuse » à l’encontre des accusateurs est simplement un leurre. Quant aux interminables procédures de diffamation, elles ne débouchent, au mieux, que sur des réparations symboliques, et ne peuvent en aucun cas être dissuasives. Pierre Joxe et Gérald Darmanin vont en faire l’expérience. David Hamilton ne pourra pas, âgé de 83 ans et poussé au désespoir, il a préféré se suicider.

       
       
    4. Suite:
      Game of thrones
      Mon amie Marcela Iacub a identifié une partie du problème : « Ils (les néo-féministes) pensent que les femmes sont des êtres différents et que leur émancipation passe avant tout par des sanctions pénales et civiles appliquées contre les hommes. Pour eux, il n’y a pas d’autre horizon politique que la violence institutionnelle ».
      L’enjeu n’est pas l’émancipation Marcela mais, comme d’habitude, le combat pour le pouvoir, et ce qui l’accompagne. Avec des méthodes dont on sait très bien sur quoi elles peuvent déboucher…

  • Fausse route en 2018 – suite

     

    « Fausse route » d'Elisabeth Badinter

    Vous m’écrivez que je suis à contrecourant, grand bien me fasse de m’y maintenir en référence à certains de mes articles qui reflètent tout le mal que je pense, depuis bientôt près de trente ans, du féminisme victimaire ( doloriste, aujourd’hui devenu porcin et j’en passe ... )
    Accuser de viol 10 ou 20 ans après un homme, à mes yeux n’est pas acceptable car ne pas porter plainte aussitôt après le crime [ avéré ] c’est mettre en danger de nombreuses femmes – par conséquent, ainsi que je l’ai déjà écris à plusieurs reprises sans jeter la pierre à ces délatrices je n’ai nulle envie de les soutenir dans cette démarche d’autant plus que dans de nombreux cas le silence est le reflet d’un égoïsme inacceptable – je me tais, je ne dénonce pas mon agresseur violeur, ma carrière passe avant... et tant pis pour les autres...
    Parler publiquement après tant d’années passées de viol me paraît, dans bien des cas, difficilement crédible

    Bien sûr une grande partie de la presse ou des grands médias qui depuis plus de trente ans ont pris l’habitude de faire du remplissage au lieu d’informer n’a pas manqué de remplir ses colonnes ou écrans notamment en invitant sur les ondes ou sur les plateaux essentiellement des représentantes de mouvements « féministes victimaires »

    Il n’y a pas de masculinité universelle, mais de multiples masculinités, comme il existe de multiples féminités
    Autant d’organisations « féministes » qui prétendent défendre les femmes ( et pire, parlent au nom de toutes les femmes ) dont Élisabeth Badinter, dans son livre " Fausse route " publié en 2003, montrait prophétiquement que bon nombre de ces « féministes » sont tentées par l’instauration d’un nouvel ordre moral guère moins totalitaire que le temps de la suprématie sacralisée de l’homme sur les femmes - qu’il s’agit pour l’essentiel de dérives et d’un conformisme tranquille plus susceptible de freiner la marche vers l’égalité et de renouer avec le séparatisme

    Malaise à l’égard de la condamnation « en bloc » d’un sexe qui ressemble à du sexisme
    Changer l’homme au lieu de lutter contre les abus de certains hommes, il est notable d’observer que les quatre ou cinq principales organisations idolâtres d’un « féminisme » binaire des plus dangereux qui dans le plus grand mépris de la complexité du réel au profit de schémas simplistes et contraignants veulent changer l’homme – un féminisme à la base victimaire ( doloriste et porcin ) a refusé, agissant ainsi que dans les « meilleures théocraties », de publier mes articles sur leur site ou leur Facebook, quand d’autres féministes ont eu l’extrême délicatesse de me dire qu’Élisabeth Badinter avait tout compris vingt ans avant tout le monde

    Reflet de l’esprit de secte, " la honte doît changer de camp "
    Aux lieu de désigner exclusivement les violeurs, il suffit de lire " le viol est une humiliation, une appropriation, une domination des hommes sur le corps et le sexe des femmes et des filles ", pour appréhender une tentative par de pseudo féministes d'essentialiser les hommes – sans même poser la question : qui transmet dans notre société cette « culture » sacralisée par la religion de la déshumanisation des femmes ou de l’abaissement du statut des femmes susceptible d’impacter une partie des hommes avec le silence ou l’activisme complice d’une partie des femmes ?
    Nous savons ( statistique à vérifier ) qu’une femme sur 10 a été violée ou le sera au cours de sa vie – ce qui signifie ( fort heureusement ) que 90 % des femmes ne seront pas violées - certains parmi ces criminels sont des violeurs en série, il convient donc de retenir que moins de10% des hommes ont un comportement criminel - mais c'est bien dérangeant n'est ce pas de rendre compte de la complexité ?

    Rappel : Dans notre pays on ne tue pas une femme parce qu'elle est une femme, confondre des faits inhérents à la condition humaine pour les apparenter à un féminicide est tout simplement grotesque - il me paraît utile, une fois de plus, de rappeler qu’en 2016, 126 femmes ont été tuées par leur « compagnon » ou leur ex et 34 hommes l’ont été par leur « compagne » - - et d’insister sur le fait que si 126 femmes ont-été tuées, 44 des auteurs de crimes se sont aussitôt donné la mort - - c’est, non pas un féminicide, mais le triste bilan de la face peu reluisante de la condition humaine - CRAB


    Citation : Le féminisme au masculin
    « Quelles qualités rares a-t-il fallu aux quelques hommes qui ont voulu dépasser l’image traditionnelle de l’épouse dévouée, gardienne du foyer et mère admirable, pour penser à elle comme à une personne indépendante, un être humain à part entière ? » Pour beaucoup d’entre nous, le féminisme a toujours été une affaire de femmes. Mais on oublie qu’il s’est trouvé, à toutes les époques de l’Histoire, des hommes éclairés ayant profité de leur influence pour défendre le deuxième sexe. Y aurait-il une loi de la nature réservant spécifiquement la cuisine, le ménage ou l’éducation des enfants aux femmes ? Comment accepter ce « marché » qui fait des jeunes filles des objets exposés dans les bals jusqu’à leur acquisition par un mari ? Que faire pour que le mariage cesse d’être le tombeau de la femme, et le moyen légal de son asservissement ? Ces questions, de rares hommes les ont posées, et c’est à ces libres-penseurs courageux, écrivains ou hommes politiques des siècles passés, que Benoîte Groult rend hommage ici. Adoptant une perspective inédite, elle redonne voix aux premiers féministes, et met à l’honneur des hommes qui, comme Condorcet, Stuart Mill ou Fourier, ont eu la force de secouer les préjugés, de s’élever contre l’injustice et de dénoncer la prétendue infériorité de la femme comme le résultat d’un abus de pouvoir. Une manière éclatante de montrer qu’il ne faut plus confondre féminisme et haine des hommes.
    Benoîte Groult - Editeur - Grasset


    Suite : Fausse route en 2018
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/02/fausse-route-en-2018.html

    Suite 2 : L’esprit de la Suède
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/02/lesprit-de-la-suede.html

    Suite 3 : Le féminisme porcin
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/01/le-feminisme-porcin.html

    Féminicide ?
    L’indignation des nov-féministes est à la démocratie et à l’État de Droit ce qu’une théocratie est à la liberté de conscience et d’expression
    Le seul féminicide commis dans notre pays, assassinées parce qu’elles sont des femmes, deux femmes ont été égorgées par un terroriste musulman Gare Saint-Charles à Marseille – on a pas vu les nov-féministes ni se répandre sur les ondes ni montrer leur indignation dans toutes les bonnes feuilles féministes - Suite :

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/02/feminicide.html

    Suite 5 : les ravages causé à autrui au nom de la crétinerie sans frontièresuite :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/02/presumes-innocents-2017.html

    4 commentaires:

    1. Les femmes ne sont pas des victimes. Élisabeth_Badinter, Fatiha_Agag-Boudjahlat

       
       
    2. Vidéo : Barbara
      http://blvids.free.fr/Barbara.mp4

       
       
    3. Réaliser un féminisme libertin
      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/03/realiser-un-feminisme-libertin_16.html

       
       
    4. Vous me dites qu’Élisabeth Badinter soutient le bien fondé de l’expression " la honte doit ou change de camp ", bien sûr, mais c’est du camp des violeurs dont elle parle, parce que ce camp se croit tout permis, mais pas de l’ensemble des hommes – je n’appartiens pas à un clan ni au « clan des hommes » et c’est en tant que citoyen d’un pays démocratique que je condamne sans réserve le crime de viol

  • CONDORCET

      
    Vivre dans une république laïque est pour tous le plus précieux des privilèges

     

    À l’attention du Président Macron soucieux d’organiser une réflexion sur la laïcité ( nous dit-on ), si toutfois, il veut bien se souvenir que la laïcité n’est pas un vieux texte ( loi de 1905 ) ni une spécialité exotique et obsolète, ni une croyance, encore moins une religion, mais un outil politique d’avenir à portée universelle à la disposition de tous !
    Elle est ( la laïcité ) un principe d’émancipation, d’affranchissement de toutes les tutelles
    Il n’existe qu’une seule question, le Président Macron a t-il l’intention, avec toutes les personnes de bonne volonté, de rétablir la laïcité dans la France des Lumières ? - CRAB

    Lorsque la Révolution commence, le marquis de Condorcet occupe une situation privilégiée dans la société. Mathématicien célèbre à vingt-cinq ans, secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences à trente-deux ans, il est membre de l'Académie française et inspecteur des Monnaies. Ami de Voltaire et d'Alembert, il apparaît comme le dernier des encyclopédistes. Il est célèbre dans toute l'Europe des Lumières et lié aux plus brillants esprits du temps. Disciple de Turgot, il a vécu à ses côtés ses réformes et sa disgrâce. Enfin il est le mari heureux de la belle et spirituelle Sophie de Grouchy.

    Cet homme comblé est aussi un homme passionné de justice. Il s'est élevé contre toutes les erreurs judiciaires de la fin de l'Ancien Régime. Ami des Noirs, il lutte contre l'esclavage et la traite. Ami des Protestants et des Juifs, il milite pour la reconnaissance de leur citoyenneté. Adversaire de la peine de mort, il soutient la cause de l'abolition. Et il est le seul à réclamer pour les femmes l'égalité entière des droits.

    Dès le début de la Révolution, cet intellectuel s'engage dans la lutte politique. Sous la Constituante, il se prononce parmi les premiers en faveur de la République. Député à la Législative, il propose son célèbre plan d'Instruction publique qui inspirera un siècle plus tard les fondateurs de l'Ecole républicaine. Député à la Convention, il refuse par conviction abolitionniste de voter la mort du Roi et rédige le projet de Constitution le plus démocratique qu'on ait élaboré jusqu'alors. Partisan de l'union des républicains, il se détache de ses amis Girondins sans pour autant rallier les Montagnards. Décrété d'accusation en juillet 1793, il se cache à Paris jusqu'en mars 1794. Il écrit alors l'Esquisse d'un tableau des progrès de l'Esprit humain, son oeuvre maîtresse. Pour ne pas compromettre la sûreté de celle qui l'héberge, il quitte son refuge. Arrêté, il est trouvé mort dans sa cellule le 29 mars 1794.

    Telle fut la vie de cet intellectuel engagé qui connut l'échec politique mais dont la pensée, selon le mot de Jean Jaurès, fait partie du patrimoine de la République.
    Robert Badinter et Elisabeth Badinter


    Le discrédit jeté sur l’universel au nom du « respect » des particularismes, a été souvent le prélude à de sombres temps.
    Les « Lumières » ont représenté un effort pour rechercher ce qui par-delà les espaces et les temps peut libérer, épanouir et réunir  tous les hommes. L’idéal laïque ne fait qu’incarner dans un dispositif juridique de séparation des églises et de l’Etat, cette aspiration naturelle et universelle à s’émanciper de toutes les tutelles. Pour développer cette capacité à se gouverner soi-même, à juger par soi-même, sans directeur de conscience, l’éducation doit occuper une place centrale, primordiale, afin de « rendre la raison populaire ».
    En ce sens, saisi tout particulièrement par la passion pédagogique, certes caractéristique du «  siècle des Philosophes », Condorcet ne fait pas que dégager les principes d’une éducation libératrice, il met en place concrètement les bases de ce que doit être une Ecole de la République. Avec lui, les Lumières ne sont pas seulement « une audace de la pensée » mais aussi « une audace de l’action ». Clément Stora, professeur de philosophie.


    Je pense, donc je suis, et je n’ai nul besoin de croire pour exister
    À notre époque il faut, plus que jamais auparavant, veiller à ce que les enfants comprennent bien les mathématiques et les lois de la physique, il est bon de rappeler que nulle personne ne naît avec une appartenance religieuse, il faut toujours avoir à l’esprit qu’une personne s’appartient, elle n’appartient pas à sa communauté - CRAB

    Suite :

     

    Suite 1 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=%C3%A9cole

    Suite 2 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=accompagnateurs+scolaires

  • Fausse route en 2018

     


    Piqûre de rappel : Jeannette Bougrab, dont la parole avait si peu compter aux yeux de la midinette Clémentine Autin

     
     
    troactif : les « Courriers du cœur » au cœur du sujet
     

    Amicalement, A.....e N....n - je n’y peux rien, j’abhorre le féminisme doloriste ( victimaire ) et depuis bientôt plus de vingt ans j’insiste, j’insiste, j’insiste, persiste et signe
    Je me préserve du " romantisme fleur bleue " de Céline Dion pour ne pas attraper des boutons ou pour prendre l’accent canadien " des boudions " - et, sans hésitation, je me défie simultanément des lunettes roses de l’ex dauphine de la miss du Chemin du Nord, la norvégienne Éva Joly ( pas jolie, jolie, jolie du tout ) qui jugeait, en faisant référence à Femen que montrer ses seins c’est indécent – alors, alors...
    .
    À l’attention de R......e V.....n - Désolé de vous décevoir, cette loi reflète cette idée préconçue comme quoi ces femmes agiraient sous la contrainte ou seraient victimes de trafics
    Sinon pour certains des féministes « plus finauds que les autres » c’est de considérer, parce qu’elles se prostituent, que ce sont des femmes malades - ainsi ce sont donc des âmes perdues qui auraient besoin de soins psychiatriques - ben voyons -


    En réalité en Suède, en Norvège, au Canada et en France cette une loi typiquement paternaliste qui prétend protéger les femmes - qui cherche à « protéger la sexualité des femmes » - qui veut contrôler la sexualité des femmes car en théorie les femmes ne peuvent pas s’intéresser au sexe, seuls les hommes le peuvent, c’est pour ça que, généralement, « nos braves féministes doloristes » ont moins de problèmes quand il s’agit des hommes qui se prostituent


    Ce n’est rien de mieux qu’une bonne vieille mesure patriarcale pour dénigrer les femmes et leur sexualité – au final cela revient à cette idée – et, si je puis dire, c’est très « amusant » que ceux qui maintiennent cette structure patriarcale se revendiquent féministesbien amicalement -

    Citation : « Quant au féminisme, il est vraiment coupé en deux, et depuis les années 1980, le féminisme naturaliste, différentialiste, victimaire, s'est peu à peu imposé à la société occidentale. Le thème de l'indépendance économique des femmes n'est plus tenu. Et le féminisme de conquête, celui qui défend l'égalité, est en sommeil »
    « Le patriarcat n'est pas un simple système d'oppression sexuelle. Il est aussi l'expression d'un système politique qui a pris appui, dans nos sociétés, sur une théologie.» - Élisabeth Badindter

    Aux antipodes de l’esprit des Lumières le nov-féminisme ( doloriste – victimaire ) est une totalité qui ne peut que sombrer dans l’idolâtrie et causer des ravages
    Fraternisme et sœurorisme islamiste (ouma ) sont les deux mamelles d’une totalité dont se rapproche dangereusement idéologiquement le nov-féminisme
    L’indignation méthodique des nov-féministes qui fait de toutes les femmes des victimes des hommes ou de la suprématie sur les femmes par le mâle blanc est à la démocratie et à l’État de Droit ce qu’une théocratie est à la liberté de conscience et d’expression.


    L’unique féminicide commis dans notre pays, assassinées parce qu’elles sont des femmes, ce sont ces deux femmes qui ont été égorgées par un terroriste musulman Gare Saint-Charles à Marseille – étrangement, les nov-féministes partisans d’une loi féminicide ce sont cantonnées dans un silence assourdissant, que faut-il en déduire ?

     

    Le nov-féminisme est au féminisme universel ce que la phallocratie est à l’égalité femme-homme
    Quand la liberté recule pour une catégorie* de femmes, elle recule pour toutes les femmes - j'ajoute, elle recule indirectement pour tous les hommes
    * Rappel, le voile est le symbole le plus visible de l'abaissement du statut des femmes.

    La nov-féministe Clémentine Autin n’est rien de plus que la caricature de ce féminisme doloriste ( victimaire ) - une midinette sublimant une immigration qui pour une large part se contrefout des valeurs républicaines laïques

    De Haas et Autain le palindrome du nov-féminisme, spécialistes d’un « féminisme victimaire, doloriste... » qui méconnaît la force et la puissance des femmes – à présent l’une et l’autre adeptes nourricières d’un « féminisme porcin », cette sorte de Tribunal à deux vitesses -

    De Haas n’avait pas manqué de tenter de museler les femmes de la Chapelle-Pajol à Paris ainsi que, avec toute la bande du nov-féminisme, deux ans plus tôt de dénaturer ou minimiser les agressions sexuelles commis par des migrants ou par des individus originaires de pays dominés par des musulmans en Gare de Cologne pour, dans l’actualité la plus récente, se déchaîner exclusivement sur Weinstein et/où sur « balance ton porc » pour se livrer à la traque du blanc seul coupable de violences sexuelles dans des sociétés occidentales où curieusement les femmes n’ont jamais étées aussi libres – chercher l’erreur - Crab

    Suites : L’esprit de la Suède
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/02/lesprit-de-la-suede.html

     

    Commentaire:

    1. La secrétaire d'État Marlène Schiappa considère que "parler d'une agression sexuelle pour la première fois doit pouvoir se faire dans un cadre sécurisé, pour le bien de la victime, auprès de personnes formées ou empathiques qui n'ont aucun intérêt personnel à l'orienter vers tel ou tel point". "De surcroît, comme je l'ai toujours dit, la justice se rend dans les tribunaux, pas les médias" -
      C’est ce qu’il faut retenir. CRAB


  • La laïcité sans adjectif ajouté

     

     


    Janvier 2018 : le Président Macron doit s’exprimer sur la Laïcité

    Piqûre de rappel : Le principe de laïcité et de neutralité religieuse consubstantiel à la République s'applique à l'État, à ses services publics et à ses agents
     
    Les personnes laïques sont presque systématiquement accusées de « racisme » ou de « faire le jeu de l’extrême droite »
    La laïcité serait-elle un tabou ?

    Citation : " En tant que féministe, je considère que la laïcité est un principe émancipateur essentiel même si certains à l’extrême droite s’en emparent par xénophobie (et le déforment), et d’autres le rejettent (au nom de l’antiracisme) car ils font de leur religion un porte-drapeau identitaire. La notion d’ « islamophobie » est un piège, je n’accepte pas l’assimilation qui est faite entre le racisme et la critique de l’Islam.

    J’ai le droit et même le devoir de critiquer toutes les religions dès lors qu’elles sont hostiles à la libération des femmes.
    Les religions monothéistes se référent en effet à des textes sacrés considérés comme l’expression directe des paroles de Dieu ou comme leur retranscription à plusieurs voix (masculines).
    Résultat, elles ont figé dans le marbre un moment de l’histoire de l’humanité.
    Toutes affirment une hiérarchie entre les hommes et les femmes et confinent la sexualité des femmes à sa fonction reproductrice au nom de la complémentarité biologique entre les sexes.
    D’où l’importance de faire en sorte que les lois échappent à l’influence des religions.
    Certes, on nous dira que plusieurs interprétations sont possibles, mais en attendant que tous les croyants se mettent d’accord et que les savants aient extrait des textes sacrés les mauvaises interprétations, mieux vaut s’en prémunir en les conservant à distance." - Anne Sugier

    À l’adresse de F...e G....e : Votre remarque est juste - en effet pour moi, tous les militantismes y compris le militantisme féministe ont une face sombre, donc contre-productive, c’est pour cette raison que j’apprécie hautement les analyses ou positions émanant de personnes " pas que féministes "- elles sont les animatrices pertinentes d’un féminisme démocratique, donc universel

    Barbie voilée : parler du voile islamique comme d’un signe ostensible religieux, c’est pourtant ce qu’il n’est pas, car les voiles islamiques ne sont pas des signes ostensibles religieux, mais les marqueurs de l'abaissement du statut des femmes ou le pire des signes d'infériorisation des femmes

    Ici, il n’est pas vain de rappeler qu’objecter que le " port du voile est une liberté " est aussi lâchement hypocrite de prétendre que c’est une liberté d’exciser une fillette ou de marier une jeune fille de force
    En outre il n’est pas superflu de mentionner que dans les régions du monde dominées par des musulmans, les premières victimes ou persécutés dans ces société sont les athées, les femmes insoumises, les homosexuels et les apostats - que cela se passe dans l’indifférence d’une très large majorité des populations peuplant ces pays soumis à l’islam

    La neutralité de l’École est un principe de la laïcité dans notre pays
    L’obligation de neutralité du corps des enseignants et personnels de l’Éducation Nationale concerne également les accompagnants ou accompagnantes des sorties scolaires qui, au même titre que tous les agents de l’Institution, participent à l’exécution de ce service public

    Les anachronismes macronien
    « c'est la République qui est laïque, pas la société » dixit Emmanuel Macron
    Oui la République est laïque mais la société n’est pas que religieuse puisque plus de 60 % de nos compatriotes sont sans religion - ils ont mille fois raison de défendre bec et ongles la Laïcité sans adjectif ajouté et de s’inquiéter de ce délire macronien - CRAB

    Suite : Le bouffon de la République
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/le-bouffon-de-la-republique.html

    Suite 2 : Laïcité et campagne présidentielle
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/laicite-et-campagne-presidentielle.html

    Suite 3: déroulé d’articles sur la laïcité
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=La%C3%AFcit%C3%A9

  • Madame de Tancin et les autres

     


    dieu est un homme comme un autre
    " À la façon dont il nous a traitées, on voit bien que dieu était un homme ". Madame de Tancin - 1682 – 1749 -
    Elle s’opposera par tous les moyens tant à la tutelle parentale qu’aux coutumes du temps – très jeune, elle s’attellera à vaincre les résistances, dont plus particulièrement l’hypocrisie de sa phallocrate de mère
    Sa ténacité portera ses fruit, placée de force dans un couvent elle s’en sortira pour venir à Paris ouvrir le salon, très réputé, des « beaux esprits »

    Les vraies et vrais " pas que féministes " savent parfaitement depuis toujours que l’invention du monothéisme est à la fois la racine du pire des sectarismes et l’expression malsaine du grand dessin d’hommes misogynes sans autres ambitions que de sacraliser les patriarcats
    Elle savait l’importance de l’indépendance financière pour une femme - n’en déplaise aux moralistes à deux balles, madame de Tancin ne fit la chasse à l’or que pour plus sûrement rester maître de son destin bien qu’elle dû le faire par procuration compte tenu de l’injustice de l’époque qui cantonnait la femme dans un rôle d’animal domestique
    Il est remarquable qu’à notre époque d’observer que des « féministes » de quatre sous ne se privent pas de trahir la cause des femmes en jalousant la vraie pas que féministe Élisabeth Badinter pour sa fortune personnelle - CRAB

    Suites : déroulé d’articles
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=F%C3%A9ministes

  • Féministes - si vous le dites

    Aliénor d'Aquitaine

    Son intelligence n'avait d'égale que sa beauté. Elle ne s'est pas cantonnée à son rôle d'épouse de Louis VII et d'Henri II, mais a grandement influé sur la géopolitique européenne. On dit qu'elle fut la première femme de pouvoir de l'Histoire.
    Petite-fille du notoire troubadour Guillaume d’Aquitaine, Aliénor hérite d’une écrasante succession. Propulsée à la tête du plus beau duché d’Occident, elle est déjà femme quand son père agonisant, le duc d’Aquitaine, la place sous la protection du roi de France, Louis VI. Elle épousera son fils, le futur Louis VII, réputé pour avoir été le monarque le plus morose de son époque. C’est le couple le plus mal assorti qu’on puisse imaginer. Tous les hommes sont amoureux d’elle, excepté le roi son époux, qui a des apparences et des mœurs de moine.

    Le samedi 25 novembre 2017 à 08 : 20 -0500, S...... a écrit :
    Vous semblez régler vos comptes avec certaines féministes dans une sorte de fourre-tout qui affaiblit votre argumentation.
    D’abord merci de me faire part de votre observation, mais je ne suis pas d’accord car je ne règle pas de comptes - avec qui que ce soit - je ne m'intéresse qu'aux faits ( en toutes circonstances ) - et j'entends bien rester entièrement libre de dire ce que j'ai envie de dire aussi souvent que possible sans me préoccuper de plaire ou de déplaire
    .
    L’important n’est pas d’être " féministe " mais " pas que féministe "
    Je n’y peux rien si des féministes de boudoir, à l’image de Caroline De Haas, d’un genre assez spécial, propose d’élargir les trottoirs pour permettre aux femmes de circuler sans être importunées par une population d’hommes pour la plupart musulmans dans le quartier de la Chapelle-Bourbon à Paris - ceci rappelé, ce qui me dérange et me blesse bien plus encore que son bon niveau de crétinerie, c’est d’observer que les « grands médias » s’empressent de lui tendre leurs micros - c’est écœurant -

    De même, je ne peux accepter ni excuser ni minorer au nom d’un différencialisme venant de personnes autoproclamées « féministes » qui au nom d’une prétendue lutte antiraciste nient la loi commune pour minorer les agressions sexuelles commises récemment en Gare de Cologne
    De toutes façons je considère suspectent les personnes qui se disent féministes pour leur préférer les personnes qui n’ont pas besoin de démontrer qu’elles ne sont " pas que féministes ", elles concourent à ne pas dissocier le féminisme de la citoyenneté ou de la loi commune qui considère les femmes comme des personnes, des citoyennes en inscrivant dans les esprits le principe majeur de l’égalité femme-homme afin de prévenir toutes les formes d’oppressions entretenues par le biais des convictions culturelles/religieuses véhiculées intrafamilial obligeant les femmes à vivre sous-servitudes, quand, comble de l’ironie, certaines minorités religieuses, dans l’actualité, pour la plupart musulmanes, vont jusqu’à demander aux mères de transmettre à leurs enfants les idéaux sacralisés du patriarcat

    Pour que les ouistiti-moustachus en prennent plein les yeux et les oreilles
    Quand au célébrissime ouistiti-moustachu ( Edwy Plenel ) admirablement caricaturé par Coco ( dessinatrice à Charlie ) il est au féminisme ce que vaut la liberté des femmes dans une théocratie – inutile de s’étendre sur le cuir de l’animal aux fesses dégarnies car il a, depuis longtemps déjà, tombé le masque dans la mesure puisqu’il est favorable déclaré au communautarisme, ce qui signifie pour lui que la citoyenneté est sexuée
    Hors, la laïcité sans adjectif ajouté garante de la liberté de la pensée prime sur les tentatives, par le biais d’assauts théocratiques pour la plupart musulmans plus vénaux les uns que les autres, de fragmenter notre société dans l’objectif de totalement l’enpatriarquer à nouveau sur des bases culturelles/religieuses d’un autre âge, et comptant parmi les plus inégalitaires

    Excusez-moi du peu mesdames et messieurs de préférer Éléonor d’Aquitaine, Ninon de Lenclos, Émilie du Châtelet, Francesca Bruni, Olympe de gouges, Georges Sand, Marie Curie, Amélia Earhart, Peggy Gouguenheim, Anne Sinclair ou Élisabeth Badinter à Simone de Beauvoir qui, durant l’occupation, a travaillé à Radio Vichy

    N’en déplaise aux innocents toute parole peut-être aussi douteuse ou vénéneuse que celle de chacun des sept évangiles
    Le viol auparavant n’était qu’un simple délit, plus jeune j’ai participé ainsi que beaucoup de personnes de ma génération ( mais pas seulement ) à criminaliser le viol - cependant quand Marlène Schiappa dit " Il faut croire la parole des femmes " j’invite à la prudence en rappelant que durant l’occupation allemande de nombreuses femmes, pour se débarrasser de leurs maris ( surtout s’il est infidèle ), les ont dénoncés par lettres signées adressées à la police française en les faisant passer, entre-autres, pour des communistes ou de virulent opposants au régime de Pétain - 1 -, donc il faudra dans les diverses institutions susceptibles d’accueillir les femmes des personnes bien formées pour valider une parole assurément vraie dans l’absolue majorité des cas - CRAB

    1Notes :
    Il était plus facile d’envoyer une lettre de délation que d’entamer une procédure de divorce - ( ...des hommes ont fait exactement la même chose pour se débarrasser de leur femme ou de leur maîtresse )

    Durant l’occupation allemande, citation : Une autre forme de collaboration, c’est la dénonciation. Les femmes ( cela ne va pas vous faire plaisir mesdames ) ont beaucoup plus dénoncé que les hommes. Les lettres de dénonciation, majoritairement, sont écrites par des femmes.
    Qui dénonce?
    Pourquoi dénoncent-elles?
    Ce sont des femmes comme vous et moi, elles ne sont pas engagées dans la Résistance. Elles sont jalouses d’un voisin, de la réussite du fils d’un ami et elles vont dénoncer. [ .../... ] Une autre femme n’aime plus son mari et décide de le dénoncer. Il était chef d’un réseau de Résistance, tout le réseau va tomber. Très peu reviendront. [ … ] Source : Isabelle Soulard ( auteure de " Les femmes sous l’occupation " )

    Suites : VIOLS et EXCISIONS en 2017
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/viols-et-excisions-en-2017.html

    Une minute de silence – pour qui ?

    N’en déplaise à la pseudo-féministe Caroline De Haas, la minute de silence du Président Macron est symbolique de l’hystérie qui, en rapport avec l’actualité dite « de la parole libérée des femmes », s’est emparée des femmes et des hommes féministes de boudoirs dont principalement le concept avancé de féminicide repris par de nombreux médias ou au cours de débats radios et de la télévision est des plus absurde, car dans la face sombre de la condition humaine, sans rien minimiser, les femmes ne sont pas assassinées parce qu’elles sont des femmes ;

    dans notre pays, les faits sont là, la violence ne vient pas exclusivement des hommes, en 2016, 126 femmes ont été tuées par leur « compagnon » et 34 hommes l’ont été par leur « compagne »

    Compte tenu de l’hystérie qui parcoure le milieux des féministes de boudoirs, il me paraît nécessaire de rappeler d’autant que ce microcosme se garde bien d’exposer sur la place publique que de source judiciaire si 126 femmes ont-été tuées, 44 des auteurs de crimes se sont aussitôt donné la mort – mais certains diront que je règle des comptes.... alors que je ne fais que m’appuyer sur les statistiques qui comptent

     

    Quand à Plenel ( dit le ouistiti-moustachu ), pour répondre à une question qui m’a été posé, il n’est qu’un néo stalinien adoubé dans les milieux ou la maladie d’illusions fait citoyenneté sexuée pour le plus grand bonheur de Caroline De Haas porte parole d’un caricatural féminisme victimaire

     

     

     

  • L’écriture inclusive

    L’écriture inclusive est une « agression de la syntaxe par l'égalitarisme» qui donne « des mots illisibles », et fustige « une réécriture qui appauvrit le langage » - Raphaël Enthoven

    Raphaël Enthoven n’hésite pas à évoquer la novlangue dans le roman 1984 d’Orwell : car dans les deux cas « c’est le cerveau qu’on vous lave quand on purge la langue ». Pour lui, la langue est une « mémoire dont les mots sont les cicatrices » et il serait donc vain de s’imposer « un lifting du langage qui croit abolir les injustices du passé en supprimant leur trace ». Lu dans la presse

    L’intelligibilité de la langue
    Tout vocable devra comporter sa double nature, « une subtilité » qui ne concerne pas le féminisme universel car en matière de sexisme le langage n’est pas, loin de là, la première des agressions
    La féminisation des titres doit relever de l’usage et non de l’inesthétique codification
    j’écrirai toujours et toujours, n’en déplaise aux féministes de boudoirs – une écrivain – elle est une écrivain d’un immense talent – madame la Ministre - …. la ministre la plus populaire du.... - à madame la Procureur, ajouter un [ e ] n’apporte rien en revanche j’aime lire non pas « les hommes de bonne volonté » mais « les personnes de bonne volonté » - écrire « ceux-là et celles-là qui se dressent... » est carrément stupide car ceux-là [ femmes et hommes ] est neutre de genre – elle est Ambassadeur de France – elle est Préfet du département de … elle est la Maire de la ville de....et non la Mairesse de …. elle est ébéniste – elle est urbaniste – elle est architecte – elle est paysagiste ou ingénieur-paysagiste – une estafette ou une ordonnance est un métier d’homme dans l’armée qu’il faudrait masculiniser ? - et j’en passe... et des meilleures
    École d’ingénieur.e.s - c’est une trouvaille pas vraiment ingénieuse pour ( tenez-vous bien ) un Conservatoires des Arts et métiers - - au fait métier, « c’est masculin ou féminin » – profession « on sait pas »
    Franchement, où est le problème.... poursuivre ce débat ? - Non merci - pour moi, je m’arrête à cette page - je laisse le soin de s’y employer à ces « féministes de la classe de Caroline De Haas préoccupés » par l’élargissement des trottoirs dans les quartiers où des phallocrates d’un autre âge entendent interdire aux femmes de circuler librement
    c’est un peu comme l’écriture inclusive, les trottoirs y sont un peu trop étroit d’esprit, mais, dans ce petit monde très médiatisé qui manifestement semble ignorer que le français n’est pas tant un problème de structure que d’usagemieux encore : qui sait vraiment dans ce microcosme d’absolutistes si peu artistes que ce ne sont pas les cheminots qui parfois font grève, mais les trains ? - quand, sorti d’on ne sait d’où, ce n’est pas un camion fou qui a renversé un piéton ou encore quand une personne me téléphone par erreur et s’excuse de s’être trompée, je lui répond toujours que pour se tromper il faut ( au moins ) être deux, mais que plus vraisemblablement elle a faire une erreur de numéro – enfin, bon le politiquement correct a encore de beaux jours devant lui, mais ce sera sans moi
    Fausse route
    L’écriture inclusive est au féminisme ce quune théocratie est à la liberté de la pensée – CRAB

    Suites : déroulé d’articles
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=f%C3%A9minisme+universel

  • Louvre Abou Dhabi

    Attendu que dans ces régions, hantées par des peuples premiers et tribaux totalement empartriarqués, dominées par les islamistes - à ce point culturellement Abou Dhabitudes qu’il n’est même pas pensable, pour le commun des mortels, qu’une femme puisse prendre un homme dans ses bras ?


    Abou Dhabitudes autant que de préjugés sur les femmes, ils sont les peuples morts-vivants de ces mondes désincarnés normés par un passé désormais obsolète - seules bon nombre de femmes et les quelques trop rares hommes lucides sont à plaindre - mais en ce qui concerne l’avenir de notre pays - rien n'est perdu, bien au contraire, ennemie du corps A l'idéologie islamiste disparaîtra aussi vite qu'elle est apparue dans notre société

    Ce ne sont pas les appels aux meurtres lancés urbi et orbi par Edwy Plenel et ses sbires qui détourneront du devoir républicain laïque ni de nos valeurs ou de notre humanité toutes les personnes de bonne volonté qui combattent le racisme, l’antisémitisme, le sexisme, l’athéophobie ou encore l’homophobie observé plus particulièrement aggravé dans des « textes sacrés » qui font du coran et de ses annexes par excellence la religion de l’irresponsabilité ( licite-illicite ) et la plus sectaire de tous les monothéisme 1 car les femmes insoumises et non voilées en Occident ainsi que un peu partout dans le monde sont toujours plus nombreuses bien décidées à s’émanciper de ces patriarcats sacralisés par la religion pour disposer de leurs corps ou de leur quotidien - partant : faire ce qu’elles veulent quand elles veulent A1CRAB
    1 – L’invention monothéiste est la racine du pire des sectarisme, donc il ne s’agit pas, pour autant ici, de dédouaner les monothéismes antérieurs à l’islam

    A Vidéos ( 2 ) : La sincérité têtue de l’anti-star
    http://blvids.free.fr/Isabelle_Adjani_extrait.mp4

    A1 Confession extrait
    http://blvids.free.fr/V%C3%A9nus_%20confessions.mp4

    Suites : Edwy Plenel - un cas de genre
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/edwy-plenel-un-cas-de-genre.html

    Suites 2 : Femme = séduction = diable
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2011/08/femme-seduction-diable.html

     

  • Fawzia Zouari et les autres

    Fawzia Zouari .jpg

    Cet avant-propos s’adresse à tous ceux qui n’aiment pas certaines des commémorations que devrait proposer la Nation
    Depuis le jour du massacre de la rédaction de Charlie hebdo, la barbarie islamiste a précipité dans le rouge sang le seuil de saturation des Français
    L'emploi du terme « islamophobie » est une arme qui vise très directement la liberté d'expression et la réintroduction de la condamnation du blasphème, à défaut d'avoir réussi à en faire un délit
    Rappel : le blasphème est la quête de nouveau - CRAB

    Extraits d'interviews premiers qui auraient dû marquer ou faire l’essentiel de l’actualité
    Il est interdit de mélanger islam et islamiste. Mais il est fortement recommandé de confondre populaire et populiste.
    « Dès qu'aujourd'hui, on veut lier le présent avec le passé, on est réactionnaire. Donc on est réac, donc on est facho, donc on est vichyste, donc on est pétainiste, et donc c'est Adolf Hitler…», ironise Michel Onfray

    Fawzia Zouari était l'invitée d'Anne Sinclair

    " Nous voulons rentrer dans le champ de la parole ". " Vous avez d'un côté, un discours français, un peu paternaliste, et une gauche qui se fait passer pour nos avocats d'office et qui veut parler à notre place et qui dit que tout va bien dans notre monde ", dénonce la romancière au sujet de la controverse soulevée par l'analyse de Kamel Daoud dans sa tribune " Cologne, lieu de fantasmes ". " Nous voudrions parler, pour dire ce qui ne va pas chez nous, pour dire qu'on ne se complaît plus dans la position et dans la posture de la victime, nous voulons rentrer dans le champ de la parole et dire ce qui ne va pas chez nous ", développe Fawzia Zouari qui incite, au nom des musulmans, des femmes musulmanes, " à un autre discours, à changer de posture ".
    Or, estime-t-elle, cette parole n'est pas acceptée et trop vite taxée " d'islamophobe " . Mais " nous parlons de l'intérieur du monde musulman ", insiste-t-elle. " Nous avons des tares, nous avons une situation des femmes déplorable dans certains pays, et nous voulons le dire ", s'agace-t-elle.

    " Un rapport pathologique " à la sexualité. Fawzia Zouari partage cette idée qui a fait tant couler d'encre, avancée par Kamel Daoud dans son texte. Le journaliste y parle de " la misère sexuelle du monde arabo-musulman " et du rapport " malade à la femme, au corps et au désir ". Jeune, Fawzia Zouari n'a d'ailleurs jamais vu ni le corps ni les cheveux de sa mère. " Je suis dans une société, où le tabou est de voir le corps de la femme nue ". Dans sa famille, elle serrait la main à ses sœurs : " chez nous, on ne s’embrassait pas. Le baiser est quelque chose d'impudique. La bouche ne sert qu'à manger ", se souvient-elle. " Nous traînons en nous, en nos corps, dans nos mentalités, un rapport à la sexualité qui est difficile, voire pathologique ", juge Fawzia Zouari qui appelle à " se mettre dans la peau des femmes du monde musulman ". Fin des extraits

    Notes : Qui transmet la phallocratie ou les patriarcats sacralisés par l’islam aux enfantsserait-ce exclusivement le fait des pères ?
    Citation : La vie de Fawzia Zouari bascule le jour où elle voit ses grandes sœurs terrorisées quand leur mère décrète qu’elles n’iront pas au collège. Elles resteront à la maison en attendant qu’on leur trouve un mari

    Elle raconte la scène dans une réponse à Diam’s, l’ancienne rappeuse qui plaide, avec désinvolture, pour le port du voile, et revendique une vie épanouie entre quatre murs : «Mon oncle a forcé la porte derrière laquelle mes trois sœurs s’étaient retranchées. Il les a trouvées recroquevillées, vêtues de leur tablier d’écolière, serrant leur cartable sur le cœur. Elles suppliaient au nom de tous les saints et pour l’amour du Prophète. Je revois mon oncle vider les cartables et jeter, un à un, les crayons, les buvards, les encriers, les gommes, les règles en bois. Jusqu’à leurs livres de classe, dont nous aimions toutes parcourir les images.» Quelques années plus tard, quand l’heure de Fawzia sonne, son père, Brahim, tranche : « Elle ira au lycée.» Fin de citations


    La ressemblance de genre
    Citation : A Tunis, Fawzia Zouari s’autorise une remarque désagréable quand elle tombe sur une femme voilée. A Paris, elle s’agace quand elle en croise une dans le métro. Fin de citation

    Rappel : Le voile n’est pas un signe ostensible religieux, mais le pire des signes de l’infériorisation des femmes – il est légitime, démocratique, au nom de la ressemblance de genre, d’exiger de la République de faire respecter par l’interdiction du voile dans l’espace public l’égalité femmes-hommes -

    Plus de 63 % de nos compatriotes, pour une large part d’entre-eux inspirés par la spiritualité athée, sont sans religion et sans autres préoccupations que la recherche permanente de l’éthique dans tous les domaines d’activités de la société - CRAB

    Suites : Edwy Plenel - un cas de genre
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/edwy-plenel-un-cas-de-genre.html

  • Féminisme universel en Octobre 2017

    Pour victimiser*1 sans partage toutes les femmes au lieu de les considérer majeures, certains voudraient remettre en cause la ressemblance de genre, hors le féminisme universel ne nie pas pour mémoire les différences entre les femmes et les hommes
    *1 : quand une femme poignarde les autres femmes dans le dos en portant volontairement un des voiles islamique ou la burqa, fait-elle partie des victimes … ?
    Rappel : Le voile n’a pas d’autre fonction que de servir d’emballage à la musulmane comparée à un objet sexuel
    Le féminisme universel est l’efficace antidote du " « féminisme » musulman " qui s’appuie sur les différences entre les femmes et les hommes ( et non sur l’égalité des droits ) ainsi que sur le différentialisme culturel vise à ethniciser le « combat féministe » dans le dessein de maintenir en l’état l’inégalité entre les femmes et les hommes ;
    ce « féminisme » musulman n’a pas d’autre objectif que de pérenniser la substantielle moelle des patriarcats car ne peuvent résister à l’examen les effets de ces tentatives d’imposer, plus particulièrement policés ou pervers, ressentis par les habitants de certains des quartiers de nos villes ainsi que dans toutes les régions du monde dominées par des musulmans et que dénoncent, sans relâcher, les femmes émancipées ou insoumises frappées par cette interdiction de vie publique et d’autonomie qui caractérise les idéologies musulmanes
    Au regard de ce que nous savons des mondes totalitaires, donc pour la plupart dominés par des musulmans, au moment du référendum en Turquie, peut-on oublier ou ne pas tenir compte des visées coloniales d’Erdogan s'adressant à ces compatriotes vivant en Europe ? : Ne faites pas trois enfants mais cinq parce que vous êtes l’avenir de l’Europe qu’il faut raccorder à ses déclarations précédentes, cette fois-là en 1998, quand il était Maire d’Istanbul : " Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants nos soldats."
    Ce qui grave, et extrêmement irresponsable, surtout d’une lâcheté effarante dans la mesure ou la presse française n’en a dit mot, dont en tête de pont le pontifiant journal " Libération " qui a pris l’habitude, certes à géométrie variable ignorant superbement la symétrie axiale, de se prendre pour le défenseur attitré des " Droits de l’Homme " - quitte à me répéter c’est tout aussi irresponsable de laisser un Edwy plenel se répandre, sans contradicteurs, dans les médias pour asséner que " les premières victimes des totalitarismes se réclamant indûment de l’islam sont les musulmans eux-mêmes " - hors, c’est archi-faux, les premières victimes des islamistes que la grande majorité des musulmans laissent, sans lever le petit doigt, assassiner ou emprisonner sont les athées, les femmes insoumises, les apostats et les homosexuels - CRAB -

    Suites : L’islamosphère
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/lislamosphere.html

    Suites 2 : Déroulé d’articles sur la critique de l’islamisme
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Islam

    Suites 3 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Edwy+Plenel

  • Lauren Bacall

     

    Les hommes qui aiment les femmes
    Je travaillais sur le scénario du " Port de l’angoisse ". Bacall était une novice, elle n’avait rien fait auparavant. Je tenais beaucoup à soigner ses débuts à l’écran. Howard Hawks

     

     

    Lauren Bacall, un sex-symbol ?
    Oui, mais, mais comme toujours, seulement pour les imbéciles qui ne voient jamais rien venir
    Pour réaliser ses désirs, Lauren Bacall compte parmi ces femmes dignes d’éloges qui depuis l’Antiquité ce sont démarquées pour ignorer le rôle de femme réduit exclusivement à celui de mère ou de femme au foyer
    Aux antipodes de l’idéologie ambiante répressive qu’imposaient à leurs filles la majorité des femmes et des hommes, elle fut élevée par une mère exceptionnelle « simple secrétaire » qui l’encourage à apprendre la danse et la comédie car elle voulait pour sa fille un autre destin que celui de la voir se résigner, ainsi que la plupart des femmes, à survivre sous la dépendance économique d’un mari
    Sans théoriser ni fréquenter le Café de Flore, le plus naturellement du monde Lauren Bacall fait partie de ces femmes ou de ces hommes qui, très tôt, et à toutes les époques, ont compris que le plaisir est la racine de la morale ;
    et de, le plus simplement de suivre ses envies, sans angoisse de maintenir son cap, en ignorant avec beaucoup de justesse les fondamentaux d’une société qui globalement cherchait à cloner les esprits non pas sur des valeurs humanisées, mais sur les codes douteux ou gravement insipides qu’inspirent aux totalitaires les textes infantiles et égoïstes des patriarcats plus ou moins sacralisés par les mortifères religions du monothéisme
    Ainsi naquit et vécut sur la scène publique une grande actrice, mais aussi une femme émancipée comme il en manque beaucoup trop encore car à notre époque c’est plus particulièrement inquiétant d’observer ce fait asocial dans certains des quartiers de nos villes où la régression du statut des femmes est en marche, sans réaction, pire dans le plus grand mépris ou déni émanant pour une large part de l’élite politique ou d’« intellectuels » très médiatisés de la société civile - CRAB -

     

     Vidéo, extrait de " Lauren Bacall, ombre et lumière ", film diffusé par arte le 23/09/2017 : une façon de dire ses répliques avec insolence, mais sans en être irritante. Howard Hawks
    http://blvids.free.fr/Lauren_Bacall_ombre_et_lumi%C3%A8re.mp4

    Vidéos 2 :
    http://blvids.free.fr/Lauren_Bacall.mp4


    Suites : Barbra Streisand ou le triomphe de l’individualisme
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/04/le-triomphe-de-lindividualisme.html

    Suite 2 : Amours
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/04/amours.html

    Suite 3 : Peggy Guggenheim
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/11/peggy-guggenheim.html

     

  • Fausse pudeur

    Les nourritures terrestres des « bons commandements » du dogme ou des rituels de l’obscurantisme
    Comment contre la démocratie se nourrit le terrorisme dont au quotidien les assauts théocratiques islamistes contre la laïcité, contre les principes de la démocratie, contre la citoyenneté, contre la culture, contre notre humanité en France ou partout ailleurs dans les sociétés occidentales ?
    Pour bien appréhender ces faits d’actualité, surtout si l’on se propose d’assumer le plus possible d’humanité car l’autonomie fait peur en particulier si on y voit un appel au désordre, il suffit de se référer à la question de savoir ce qui fait le plus peur aux islamistes ou à la grande majorité des musulmans dits modérés, à laquelle répond Tahar Ben Jelloun, citation : « La liberté d’expression, le doute, la liberté de conscience, le fait de croire ou ne pas croire. […] Or, il est clair qu’elle [la liberté] est rejetée par une partie des musulmans de France. C’est peut-être d’ailleurs à cause de ce rejet […] que certains ne s’intègrent pas. […] Le débat, le simple débat sur la laïcité y est impossible. […] Pas de laïcité, cela veut dire pas […] de doute, pas de contestation. L’islam est sacré. On n’y touche pas. Cela témoigne aussi de ce que les musulmans, dans leur grande diversité, se sentent vulnérables. » Quant à la modernité, elle est « difficile à faire entrer dans les mentalités et dans les comportements. Or la modernité se mesure d’abord par la place qui est faite à la femme dans le système social. La modernité, c’est aussi la reconnaissance de l’individu. Or, dans les sociétés arabo-musulmanes, […] c’est le clan, la famille, la tribu qui priment, ce n’est pas la personne. D’où l’absence de progrès social, d’où l’attachement à l’islam en tant que référence commune à toutes les couches sociales, devenant aussi une morale, une culture et un refuge identitaire. » - Fin de citation

    libellés : burqa,féminisme_universel,féminité,golshiftech_farhani,islam,laïcité,religions,voile,voiles_islamique

     Le déni

    Le voile ou couverte de pieds en cape n’est pas un signe ostensible religieux – ne pas dénoncer ce signe de soumission sans le moindre rapport avec le féminisme universel, au nom du refus de je ne sais « quel paternalisme féministe occidental - blanc - qui entend occidentaliser les musulmanes » est une aberration car bon nombre de femmes et quelques trop rares hommes courageux originaires des milieux ou régions du monde dominés par des musulmans ne se privent pas de déconstruire l’hyper sexualisation du corps de la femme dite « musulmane » - elles - ils le font au grand jour et très très bien, ce qui démontre parfaitement que le féminisme est universel ou n’est pas ( dit autrement, il n’existe pas de féminisme musulman ni chrétien ni noir ) ;
    en fait, le paternalisme féministe blanc occidental, au même titre que le terme islamophobie, est une expression inventée de toute pièce destinée à couvrir le plus parfait déni des réalités sur l’essentiel : à savoir les tentatives constantes de l’inquisition musulmane d’imposer l’islam par le biais du carcan de l’accoutrement islamique, un code vestimentaire qui ne permet pas ne serait-ce que de se déplacer ou courir librement dans la rue pour ne pas rater son bus, de faire du sport, de la danse ou de jouer ( par exemple ) les pièces les plus célèbres de notre répertoire théâtral, etc. etc.
    Rappel : le voile islamique est le pire des signes de l’infériorisation de la femme ou de l’abaissement du statut des femmes
    Écrasés par cette incapacité à brûler en soi les livres dits sacrés, sans vergogne, ( hélas ) avec la complicité de femmes « voilées volontaires ou couvertes de pieds en cape », l’enjeu majeur plus politique, que les exigences de la moyenne des musulmans, étant pour les islamistes, sans faire preuve de la moindre retenue, au nom d’une notion fausse de la pudeur, d’installer ou de concrétiser la société des hommes - CRAB -

     

    Une iranienne à Paris
    « Et à Paris, j’ai réalisé que c’est tellement joli d’être une femme. Parce qu’ici on a des droits, mais surtout, on n’est jamais coupable. » Golshiftech Farhani

     

    Suites :
    http://democrite-epicure.hautetfort.com/archive/2017/03/27/couvertes-de-pieds-en-cape-5926023.html
    ou sur la page :
    http://democrite-epicure.hautetfort.com/archive/2017/03/27/couvertes-de-pieds-en-cape-5926023.html

  • Insoumission – Soumission

    C’EST L’ÉTÉ

    Insoumission - Soumission.png

    Insoumission - Soumission
    I

    Le NU, c’est l’animal humain dans sa plus belle robe - en France " mode islamique " est-un oxymore " -
    Porter « volontairement » le voile ou couverte de pieds en cape n’est pas seulement le révélateur d’un état mental malsain ou le reflet d’un comportement de femme sous-servitude, c’est le propre de l’impudeur et le comble de l’hypocrisie de revendiquer ou de sacraliser le port du pire des signes l’infériorisation des femmes - CRAB

    I

    Tenues islamiques : Commentaires

    .

    Kernoa
    L'islam est une religion ignoble. Il n'y a rien d'autre à dire sonon de recommander aux citoyens d'en prendre connaissance en profondeur et de ne pas se satisfaire des propagandes bisounours qui tendent à prouver le contraire.
    Une religion et ses adeptes, (ses adhérents comme il est dit dans le Cran et les Hadithsd) ne se jugent pas pour ce qu'elle est ou se prétend être (comme tout le monde de pauvres humains qui tentent de survivre) mais par ce qu'elle enseigne et ordonne dans ses textes sacrés fondateurs. C'est pour cela que l'islam se distingue de la religion chrétienne et des autres religions.
    Cette pauvre femme, avec son esprit bisounours cultive l' anaphore en revendiquant la liberté de la femme tout en arborant le voile de la soumission islamique, une religion qui ordonne la lapidation de la femme adultère et ordonne aux musulmans d'aller labourer leurs femmes à chaque occasion.
    Tout cela est d'un pathétique ridicule.
    On ne pourra jamais réconcilier l'eau et l'huile. Quand les bisounours européens auront compris cela, alors ils prendront les mesures qui s'imposent.

    .

    Dullier
    Nous sommes en face d'une nouvelle intox et tentative de manipulation de l'opinion publique. Elle parle de travailler sur les textes de la loi islamique et de les modifier pour les rendre "présentables" aux valeurs occidentales ce qui est impossible vu le caractère religieux intouchable de la charia; en réalité cette mascarade permettrait de rendre la charia "acceptable" et l'égale de la loi civile et c'est là que veulent arriver les fondamentalistes religieux qui par ailleurs ne cesseront de faire pression sur les membres de la communauté musulmane qui se sont éloignés des valeurs islamistes du fait de l'influence des mœurs occidentaux.
    Soit cette femme est une manipulatrice soit c'est une naïve !!!

    .

    AliceB
    Les propos et l'action de Shirin Musa sont un bel exemple de takkiya (mensonge stratégique) car embrasser un non musulman, faire comme le kouffar sont proscrits par le coran et accusés d'être un pas vers l'apostasie qui est punie de mort. La réalité est qu'une musulmane ne peut pas se convertir au christianisme, au judaïsme ou à une autre religion et que si elle embrasse sans être mariée, c'est une putain. Quant aux enfants éventuels ils devraient être élevés dans l'islam. La démarche de Shirin Musa n'est qu'une action de plus pour redorer l'image de l'islam et enfoncer un clou de plus en faveur de l'islam civilisationnel. Elle ne convaincra que les naïfs déjà islamisés.

    .

    Crab2 Crab
    Le Paradis d’Allah - Réédition
    Coran: avoir toujours présent à l’esprit qu’Allah est-un dieu raciste, il tient l’homme supérieur à la femme -CRAB
    https://laicite-moderne.blo...

    .

    NICO.FR Crab2 Crab
    Cela est bien vrai Crab, la Haute Science de l'Islam a inventé la greffe de l'hymen et en a fait profiter à toutes ses souris, pardon à toutes ses houris!

    .

    NICO.FR
    Prôner la liberté et l'égalité avec un voile sur la tête c'est comme prôner le bikini en burkina ou enfoularder Marianne. Les islamistes eux même n'y croient pas autrement elle aurait une charia sur elle. Quelle hypocrisie!

    .

    A mon humble avis
    Ces affiches ne servent à rien d'autres qu'à faire parler de Shirin Musa, militante inconnue d'une association inconnue qui veut inciter les musulmanes à porter le voile comme si c'était une preuve de liberté, et en se prétendant féministe.
    L'exemple de Malala est mensonger: vivant au Pakistan, il lui est interdit de sortir tête nue.
    Enfin, j'aimerais bien avoir des exemples de l'humanisme dans l'islam, sachant qu'il n'y a pas "des éléments hérités du judaïsme et du christianisme", mais que le coran reprend les croyances antérieures en les déformant dans le but de se créer une légitimité et forcer à se convertir.

    .

    Crab2 Crab
    Le Paradis d’Allah - Réédition
    Coran : avoir toujours présent à l’esprit qu’Allah est-un dieu raciste, il tient l’homme supérieur à la femme –
    CRAB https://laicite-moderne...

    .

    Boomer Crab2 Crab
    Vous voulez plutôt dire qu'Allah est un dieu sexiste...

    .

    Crab2 Crab Boomer
    Racisme, définition : l'autre est inférieur - donc en l'occurrence le dieu musulman est raciste puisqu'il considère les femmes inférieures aux hommes

    .

    Alex Tevelyan Crab2 Crab
    N'importe quoi... C'est là qu'on voit que vous n'avez jamais lu voire compris le Coran...

    .

    Crab2 Crab Alex Tevelyan
    Le coran parle des femmes à la troisième personne et s'adresse directement aux hommes - d'autre part le coran n'est fait que d'une succession d'injonctions, ce qui interdit tout jugement personnel et la liberté de conscience: pas de '' je '', pas de '' moi '', il n'y a de place que pour le '' nous '' obligeant les personnes, dont plus particulièrement les femmes à "vivre" sous le regard du clan
    Le coran, je l'ai certainement mieux lu que vous, et sans rencontrer la plus petite difficulté
    Exemple de sourates gratinées extraites du coran :
    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/06/01/la-sourate-dite-les-lumieres.html

    .

    Suites 2 :
    https://laicite-moderne.blo...

    .

    bu2bu Alex Tevelyan
    Fous-nous la paix avec ton coran pourri, ton bédouin pédophile et ta religion grotesque, violente, stupide, archaïque, totalitaire et obscurantiste à l'extrême. Ça nous fera des vacances!

    .
     

    Crab2 Crab QUIDAM II
    Épousée forcée ( mariage forcé ) à 6 ans, et à 9 ans il lui inflige un premier rapport sexuel - mais-on nous dit qu'entre 6 et 9 ans notre pédocriminel jouait à la poupée avec Aïcha - en outre on nous raconte que si Allah l'a donné si jeune ( fillette ) à Mahomet, c'est pour qu'elle devienne la mémoire du prophète – cette dépersonnalisation d’une fillette [ femme en devenir ] est-à vomir -

    .

    QUIDAM II Alex Tevelyan
    Le coran contient tout et son contraire : des paroles de paix, mais autant ou plus de cris de haine…
    Par ailleurs, Mahomet a épousé Aïcha quand elle avait (selon les auteurs) 6, 7 ou 9 ans. Le mariage n’aurait été consommé que quand elle a eu 12 ans.
    Cela est-il tout à fait exemplaire du respect de la liberté des femmes ?…

    ..

    Crab2 Crab QUIDAM II
    63% des sourates sont des incitations à la haine des non-musulmans et les athées sont particulièrement visés – à notre époque, assassinés et emprisonnés - sans compter les sourates sexistes et homophobes - même le verset '' point de contrainte en religion '' ne signifie pas que l'on tolère l'athéisme ni les autres religions mais rappelle tout simplement '' si tu n'as pas le temps de faire tes prières à 14 Heures fais-en le double à 17 Heures "

    .

    Monge
    Shirin Musa, qui ne comprend pas Geert Wilders car s'il veut mettre des amendes aux femmes voilées il ne souhaite pas en faire de même pour les hommes chrétiens (je cherche encore les chrétiens couverts ?) à donc du mal à saisir que l'Islam est par nature incapable de vivre en harmonie dans un pays qui n'est pas musulman.
    Or là est tout le problème, à la fois insoluble et grave.
    Ce que vivent les pays occidentaux est une tragédie mais "ils n'auront pas notre haine", un peu comme le mourant dans le suicide assisté.
    Bien sûr Shirin Musa à raison dans son combat mais il est perdu d'avance. Son discours est un oxymore, accepter l'autre c'est la tolérance et la tolérance ce sera la fin de l'islam.
    Les musulmans sont contre le suicide, fût-il assisté !
    Enfin, comme elle est sympathique et qu'elle défend des valeurs honorables, il faudrait lui demander si elle ne craint pas de subir le sort de Pim Fortuijn, dont l'assassin a été libéré très peu de temps après son crime.
    Comme l'islam ne peut accepter d'être tolérant sous peine d'en mourir il doit lutter contre toutes les attitudes déviantes qui le menacent.
    Promouvoir cette tolérance est un appel au meurtre.

    .

    Crab2 Crab Monge
    Le voile est le pire des signes d'infériorisation des femmes - porter volontairement le voile ou couverte de pieds en cape c'est poignarder dans le dos toutes les autres femmes, dont plus particulièrement les femmes insoumises ou celles qui dans les milieux ou pays dominés par des musulmans refusent de se soumettre à la loi islamique du clan - voir suites 2 -

    I

    Suites : déroulé d’articles
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search/label/Changelejeu

    .

    Suites 2 : Couvertes de pieds en cape
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/couvertes-de-pieds-en-cape.html

     

  • Couvertes de pieds en cape

    Féminité, Féminisme_universel, Islam, Laïcité, Présidentielles_2017, religions,voile, voiles_islamiques

    Policières de la terreur

    I

    Mettre ou ne pas mettre les voiles islamiques en Iran

    Ce sont près de 4 millions de femmes couvertes de pieds en cape pour un peu plus de 77 millions d’habitants qui, en Iran, ont la charge de défendre la morale ou plutôt l’immoralité des mollahs ;

    couvertes de pieds en cape ce sont ces policières des mœurs, de la terreur devrais-je plutôt dire, qui arrêtent les vraies femmes de ce pays qui prennent parfois un peu trop de risques pour ne pas porter le voile ;

    et ce sont ces mêmes « femmes » affublées d’un linceul mortuaire qui se chargent de l’exécution de la sentence islamique : 80 coups de fouets* pour leur « faire entendre raison »

    .

    L’égalité des droits, c’est l’humanisme

    En France, aucun des candidats ou candidates à la Présidence de la République ne peut revendiquer l’égalité femmes-hommes sans proposer d’interdire le port de tous les voiles islamiques

    * Dans cet Iran, cette « grande civilisation » ainsi qu’aiment tant à le rappeler nos « grands-islamophiles » français-es, s’ils se font prendre par la police des mœurs les homosexuels se voient infligés 91 coups de fouets

    Mais nos gentils « antiracistes » ne manqueront pas de nous rappeler que la France n’a pas de leçon à donner ni de souligner que porter le voile est-un droit alors que les voiles islamiques n’ont pourtant absolument rien-avoir avec la laïcité, ni ne sont-en rien une prescription religieuse mais sont bien les pires signes de l’infériorisation de la femme - CRAB

    .

    Vidéo, extrait ARTE Reportage :

    Iran_police-des-moeurs.mp4

    I

    Suites : Contre ce que femme veut tous les dieux sont-impuissants

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/contre-ce-que-femme-veut-tous-les-dieux.html

    I

    Suites 2 : Laïcité et campagne présidentielle

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/laicite-et-campagne-presidentielle.html