Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Citoyenneté

  • L’irresponsabilité sanctuarisée

    Militante_saoudienne ou une vraie femme, puisque c’est bien connu, on ne naît pas femme on le devient


    Code Gortyne - VIIè siècle avant notre ère, avant que les monothéismes les plus radicaux ne viennent polluer nos sociétés

    Si éloignée de la loi de Gortyne
    " Une femme ne peut rien espérer devenir quand elle doit encore demander la permission à un homme ". - Manal al Charif qui actuellement vit en Australie, elle fut emprisonnée en 2011 pour avoir défié les autorités saoudiennes


    Loin de l’île des renards, facile trahison
    Comment bien trahir, sans effort, toutes ces femmes qui partout dans le monde réclame, exige la fin de la tutelle masculine, l’abrogation des lois et l’interdiction dans l’espace public de tous les symboles ( voiles ou burqa ) qui participent à l’infériorisation ou à l’abaissement du statut des femmes
    Citation : Incroyable mais vrai, certaines prétendues « féministes » s’opposent à la pénalisation du « harcèlement de rue », phénomène en pleine expansion et notamment dénoncé dans le quartier de la Chapelle à Paris. Raison de cette étonnante prise de position ? Une telle « pénalisation » serait « discriminante » car elle viserait des lieux essentiellement fréquentés par des populations « socialement et racialement stigmatisées »

     

    On a connu les « féministes » moins indulgentes vis-à-vis des comportements « machistes » et « insultants » vis à vis des femmes… Seulement voilà, cette fois les coupables le plus fréquemment impliqués dans ces faits de harcèlement ne sont pas des « beaufs français porteurs d’une vision patriarcale de la société » mais essentiellement des membres des « minorités migrantes », donc, pour les rédacteurs de cette tribune, des victimes innocentes par nature, toujours excusables.
    Ces féministes et « chercheurs sur les violences sexistes » s’opposent donc de ce fait à la pénalisation car elle vise « la rue, donc les populations qui l’occupent, lesquelles appartiennent souvent aux fractions paupérisées et racisées » et « maintient dans l’ombre celles qui, commises dans les beaux quartiers et les grandes entreprises, restent légitimes et irrépréhensibles. »

    Au nom d’un égalitarisme anti-discriminatoire poussé jusqu’au grotesque, les femmes du quartier Pajol-La Chapelle, comme de tant d’autres quartiers, pourront continuer à avoir peur de sortir dans la rue et à subir régulièrement insultes et agressions… Elles devront attendre que l’auteur de ces harcèlements soit un cadre supérieur blanc pour pouvoir espérer bénéficier du soutien et de la compréhension des sourcilleuses « féministes » de Libération - Extrait de la Une de Paris Vox datée du 27/09/2017

    Ce qu’il y a de nouveau dans cette politique de l’excuse, c’est qu’il n’y a rien de nouveau
    Ahurissant, certes, mais ce n’est pas vraiment nouveau de voir de prétendus féministes se distinguer dans les médias et plus particulièrement dans " Libération " ou encore par le biais d’organes tels que le MRAP ou SOS Racisme qui, au fil des temps, sont pratiquement devenus les principaux organes de propagande du prophète dans le but, par tous les moyens de couvrir quoiqu’elle fasse de répréhensible une immigration majoritairement originaire des pays dominés par des musulmans, légale ou illégale au point d’aller, s’il le faut mécaniquement d’une circonstance à l’autre, jusqu’à mépriser ou de passer outre les " Droits de la Femme et de la Citoyenne "

    Athéniens. Que devez-vous faire, pour suivre sans embarras ma discussion sur l'illégalité ? Je vais vous le dire : Examinez à quelle classe appartient l'homme qui fait l'objet du décret. Est-il étranger, métèque ou citoyen ? Si nous l'appelons métèque, nous ne dirons pas la vérité. Si nous l'appelons étranger, nous aurons tort, car le bienfait du peuple qui lui a donné la qualité de citoyen constitue pour lui un droit acquis et irrévocable. Prenons-le donc comme citoyen et parlons de lui en conséquence. Extrait de Démosthène contre Aristocrate ( 476, avant notre ère )

    En réalité, il ne s’agit pas de féministes mais d’affidés de la crétinerie sans frontière spécialisés dans le déni de ces faits de société si dérangeants qui pourtant empoisonnent quotidiennement nos société au nom des pires idéologies phallocrates plutôt plus que moins sacralisées par une religion de l’irresponsabilité ( coran ) la plus sexiste d’entre toutes jamais, auparavant, inventée par des cerveaux fêlés ou asociaux – à tout prendre l’expression d’un mental figé aux antipodes de l’esprit et de la lettre susceptibles d’animer la pensée d’un Citoyen - CRAB

    Suites : Féminisme et laïcité en Juin 2017
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/06/feminisme-et-laicite-en-juin-2017.html

    Suites 1 : Thierry Pech ou le poison socialiste
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/01/thierry-pech-ou-le-poison-socialiste.html

    Suites 2 : Les autruches de l’islamisme
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/09/les-autruches-de-lislamisme.html

    Suites 3 : Êtes-vous « islamophobe » ?
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/09/etes-vous-islamophobe.html

    Suites 4 : La politique de l'excuse
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/01/la-politique-de-lexcuse.html

    Déroulé d’articles :
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/search/label/Elisabeth_Badinter

  • Le Mozart citoyen


    « Il savait jouir du plaisir du moment présent ; il évitait la souffrance que l'on rencontre lorsqu'on cherche à jouir des choses qui ne sont pas présentes. » Rappelait Diogène Laërce, dans " Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, II, 65 ", à propos de la philosophie d’ Aristippe de Cyrène

    La Clémence de Titus
    .

    La citoyenneté est le passage de la communauté à la société, c’est mettre en commun ce qui nous rassemble, elle a pour nom " Laïcité " ( le droit de ne pas croire ou de croire – entre-autres - ) ;
    la citoyenneté est-une valeur républicaine majeure très nettement au-dessus de la fraternité car par delà les différences qui parfois s’écartent des affinités électives pour sombrer dans l’esprit de secte, de clan ou dans les pires idéaux inégalitaires [ essentiellement, entre femmes et hommes ] qui font les marqueurs du communautarisme

    .

    L’inégalable Mozart
    Mozart qui a mis en scène la liberté dans '' L’Enlèvement au sérail '', l’égalité dans '' Les Noces de Figaro '', osera traiter avec audace de la fraternité dans '' La Flûte enchantée '', mais-aussi portera haut l’idée de la tolérance, ses dernières réflexion avant sa mort, dans son dernier opéra " La Clémence de Titus " - CRAB
    Vidéo – extrait :
    http://blvids.free.fr/Markus_Hinterhause_et_Mozart.mp4

    I

    Suites : Mozart et Da Ponte - Déroulé d’articles
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Mozart

    .

    Suites 2 : Féminisme et opéras -Déroulé d’articles
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Mozart&updated-max=2016-04-01T08:02:00-07:00&max-results=20&start=7&by-date=false

    .

    Suite 3 : L’Enlèvement au sérail
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/07/mozart-lenlevement-au-serail.html