Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

religions

  • La religion, c’est le clonage des esprits


    Le déni de la réalité
    Un petit garçon se demande si son papa athée est au paradis. La réponse bouleversante du Pape.
    Le Pape l’invite alors à le rejoindre sur son estrade, discute quelques instants avec lui, avant de s’adresser à la foule :
    [ … ] Alors, Emanuele, voici ta réponse : bien sûr que Dieu est fier de ton père, parce que c’est plus facile de faire baptiser ses enfants lorsqu’on est croyant que lorsqu’on est athée. Et Dieu a dû beaucoup aimer ça, c’est évident. [ … ], telle fut la réponse du Pape
    Source : + POSITIVR

    Pourquoi duper les enfants ?, sinon pour conserver le pouvoir sur les esprits, les enfants sont parfaitement capables de comprendre que la mort est absence de sensation, qu'il importe, le plus longtemps possible, de jouir sans se nuire ni nuire à autrui, que les moments de bonheur, c'est quand on est pas malheureux, que penser de temps en temps à des proches disparus fait partie de la vie dans une société émancipée où le plaisir est la racine de la morale ? - CRAB


    Suite : déroulé d’articles

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=ath%C3%A9isme+libertaire

  • Obscurantisme


     
    Une étude du CNRS observe une inquiétante tentation pour la radicalité chez les lycéens musulmans
    Après deux ans d'enquête auprès de 7.000 lycéens issus en grande partie de quartiers populaires, les sociologues Anne Muxel et Olivier Galland rendent leurs conclusions dans "La Tentation radicale". La radicalité, qu'elle soit religieuse, politique ou culturelle, atteint des proportions inquiétantes, notamment chez les jeunes musulmans. Les lycéens de France sont-ils tentés par la violence et la radicalité religieuse ? C'est la question que se sont posée les sociologues du CNRS Anne Muxel et Olivier Galland, au lendemain des attentats de novembre 2015. Les chercheurs publient leurs travaux ce mercredi 4 avril aux Presses universitaires de France (PUF), dans un ouvrage intitulé La Tentation radicale. Et leurs conclusions sont plutôt inquiétantes.
    L'échantillon choisi n'est volontairement pas représentatif : les questionnaires ont été adressés à 7.000 jeunes de 14 à 16 ans, fréquentant des régions où des "manifestations de radicalité" (émeutes, bagarres avec la police, blocages de lycées) ont eu lieu : quartiers nord de Marseille, région lilloise, ville de Créteil en banlieue parisienne... l'académie de Dijon a été ajoutée pour apporter de la diversité à l'étude. Reste que celle-ci a interrogé 39% de jeunes scolarisés dans des lycées populaires, et 26% de musulmans, bien davantage donc que dans l'ensemble de la population lycéenne. Le but avoué de l'enquête était en effet d'analyser la prégnance des idées radicales chez les jeunes issus de milieux modestes et de confession musulmane. Les auteurs ont défini la radicalité par "un ensemble d'attitudes et d'actes exprimant a minima une protestation et pouvant aller jusqu'à la contestation frontale du système politique ainsi que des normes sociales et culturelles dominantes". Des idées qui peuvent s'exprimer de manière religieuse, politique ou culturelle, et dans certains cas mener à la violence.

    "Combattre les armes à la main pour sa religion"
    Certains résultats interpellent : si 11% des adolescents interrogés pensent qu'il y a "une seule vraie religion" et que celle-ci "a raison contre la science", ce chiffre passe à 32% chez les musulmans, dont 81% estiment que "c'est plutôt la religion qui a raison sur la question de la création du monde". Un décalage également constaté en ce qui concerne la tolérance à la violence : pour 25% des jeunes de l'étude, il est acceptable de voler un scooter, de dealer de la drogue ou d'affronter la police... c'est le cas pour un tiers des jeunes musulmans. D'après Anne Muxel et Olivier Galland, ceci s'explique par le fait que les lycéens de confession musulmane habitent souvent dans des quartiers sensibles où la violence est devenue banale.

    Le cocktail le plus explosif est constitué par les lycéens qui sont à la fois tolérants envers la violence et radicaux dans leur vision religieuse : parmi ceux-là, 70% ne condamnent pas les auteurs des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Des extraits de l'enquête publiés par Le Monde font état de nombreux témoignages de lycéens qui estiment que les journalistes de Charlie "l'ont cherché" ou "un peu provoqué", en contraste par rapport aux victimes du Bataclan. Autres chiffres pour le moins alarmants : 10% des lycéens estiment qu'il peut être acceptable de "combattre les armes à la main pour sa religion", et ils sont 20% parmi les jeunes de confession musulmane interrogés. En parallèle, la religion de ces derniers les amène à tenir des positions pour le moins rigoristes : l'homosexualité n'est pas "une façon comme une autre de vivre sa sexualité" pour 64% d'entre eux, et 69% sont hostiles à l'interdiction de porter le voile à l'école.

    Un "effet islam prépondérant"
    Pour expliquer ces données, Anne Muxel et Olivier Galland évoquent plusieurs facteurs qui se cumulent et s'associent : les éléments économiques, évidemment, ces jeunes vivant dans des conditions sociales bien plus dures que la majorité de la population ; un sentiment de discrimination, deux fois plus fort chez les jeunes musulmans ; mais également un phénomène spécifique à l'islam. "Les musulmans reviennent fortement à une pratique religieuse, à l'inverse d'un mouvement de forte sécularisation des autres jeunes", note Olivier Galland dans un entretien au Monde. Il existe selon les sociologues un "effet islam prépondérant" d'adhésion à la radicalité religieuse, qui peut se conjuguer avec un attrait pour la violence.
    Publié dans Marianne le 03/04/2018

    Merci à la gauche, les français reconnaissants
    Une gauche qui s’enlise avec les grands frères de Mitterrand, mais aussi depuis Jospin dont l’esprit fut brouillé d’un voile persistant, mais encore ces gauches dites islamo-gauchistes ou pro-palestiniennes sans nuance appuyées sans réserve par quelques « intellectuels » très médiatisés plus irresponsables les uns que les autres du genre Edwy Plenel, Aymeric Caron, Claude Askolovitch, Pascal Boniface, Daniele Obono, Clémentine Autin ou encore Emmanuel Todd lesquels, sans relâche, sans sourciller, n’ont jamais renoncé à minimiser les assauts théocratiques musulmans contre la laïcité ainsi que toutes les tentatives de l’inquisition musulmane dont la marque de fabrique est le refus de la mixité, de s’efforcer de faire passer pour des libertés individuelles tous les interdits faits aux femmes pour les effacer de l’espace publique sans compter certains mouvements qui sans le dire explicitement défendent l’excision tout simplement en évitant de la condamner publiquement
     
    Le combat intellectuel
    Près de 40 années passées par les gauches et les droites au pouvoir dont la marque de fabrique « padalmagame » traduira le refus d’admettre que l’islam est incompatible avec la démocratie
    En se référant ( plus récemment ) à « l’exemple tunisien » où, dans ce pays, la démocratie si elle gagne un peu de terrain c’est justement contre l’islam – ce fut le cas en France ou toutes les libertés individuelles et lois progressistes ont été obtenues sans exception contre les religions
     
    Ces gauches qui au pouvoir finiront par décréter l’enseignement du fait religieux à l’école sans prévoir en contrepartie l’enseignement du fait athée mais toujours dans ces œuvres soutenues plus ou moins discrètement par une partie des droites et des centres...
     
    Pour ma part je n’ai jamais cessé, ainsi que nombreux lanceurs d’alertes ( dont l’auteur des ‘’ Territoires perdus de la République ‘’ ) , de rappeler que prime le combat intellectuel contre les religions du monothéisme et prioritairement contre les atteintes aux libertés individuelles, à la liberté de la pensée indissociables des idéologies antidémocratiques véhiculées par le coran ou la sharia
     
    Il n’est pas vain, une fois encore, de rappeler à nos gouvernants qui, par le biais des attentats, affectent de ne pas admettre la guerre qui nous est déclarée alors qu’aux antipodes de l’obscurantisme la majorité des françaises et des français sans recourir à la violence se déclarent à 63 % sans religion et fait de société récent 64 % des jeunes de 16 à 29 ans se déclarent non croyants – CRAB -
     
    Suite, déroulé d’articles :
     

    Commentaires :
    1. Ce ne sont pas les athées qui dans le passé ont inventé l'inquisition chrétienne ni dans l'actualité l'inquisition musulmane.
      .
      On a assez entendu "pas d'amalgame, pas d'amalgame, pas d'amalgame" - une grosse partie de la «population musulmane» de France est «extrémiste» et surtout antisémite.
      .
      Ha, ha, comme c'est bien dérangeant la résurrection de l'État juif - Les antisionistes racistes bon teint peuvent toujours brailler ou baver, Israël c'est le sens de l'histoire démocratique de l'humanité. Dans ce pays la liberté de la pensée est une réalité et j'en passe...
      .
      Ahurissant! Accords entre Gérard Collomb et le ministre Algérien Mohamed Aïssa. «Ce n’est pas un canular! Mais 100 imams algériens vont être envoyés pour officier en France pendant le ramadan.» dit Jeannette Bougrab, qui en matière d’inquisition musulmane sait de quoi elle cause.

       
    2. Citation : Le statut de la femme tunisienne, avec les récentes avancées, suscite la jalousie de plusieurs autres pays arabes et, parfois, la haine. Une haine provenant, surtout,  de l’organisation terroriste Daech qui voit d’un très mauvais œil ces progrès.
      Dans le journal qui lui est dédié, le groupe terroriste a fustigé la démocratie tunisienne qu’il considère comme une insulte à Dieu. L’égalité successorale a naturellement été dans le viseur de Daech, puisqu’elle a été longuement critiquée et dénoncée. L’organisation terroriste a aussi critiqué les institutions élues de l’État tunisien et attaqué de front le Code du Statut Personnel. « Les coupables sont les partis politiques », a souligné l’organisation.
      Daech perd du terrain dans le monde et en Tunisie, les coups dur qu’il reçoit s’enchaînent grâce à l’exploit des forces armées et des sécuritaires tunisiens. Les critiques visant le statut de la femme tunisienne ne seraient qu’une manière désespérée pour l’organisation de rappeler qu’elle est toujours là, malgré ses échecs.
      Les chiens aboient, la caravane passe. Fin de citation.

       
    3. 64% des jeunes Français se déclarent non-croyants
      http://www.sudouest.fr/2018/03/21/religion-64-des-jeunes-francais-se-declarent-non-croyants-4300394-4834.php

       
    4. Réponse à P...e P.....r : Les motivations des islamistes comme de Daech tiennent en une seule phrase : asseoir la suprématies des hommes sur les femmes partout dans le monde.

       
    5. Peut-être aurait-il mieux fallu tenir compte de cet article ( IMPERATRIX )rédigé en 2014 pour avec quelques probabilités éviter en 2015 l'assassinat des Charlie par deux musulmans.
      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/09/imperatix.html

  • Croire ou croire autrement - reédition -

    c'est quif quif ?

     


    Rappel : Avicenne - Averroès
    Le matérialisme progresse : pour Avicenne, Dieu était justifié par la métaphysique, et la métaphysique justifiait la physique. Mais dans la pensée d'Averroès, Dieu est justifié par la physique, et non par la métaphysique
    Averroès une sorte de pré-matérialiste croyait bien en « Dieu », mais sa pensée est déjà semblable à celle de Baruch Spinoza, le « Dieu » n'étant qu'un simple moteur sans personnalité du monde éternel
    Préambule :
    En Seine Saint-Denis un hôpital est baptisé du nom du fanatique musulman Avicenne, curieusement aucun hôpital n'a été baptisé du nom de Jean Meslier
    Dispute entre Changelejeu, Averroès et Avicenne

    Avicenne et Averroès ont préféré amorcer la discussion avec Changelejeu, dans le jardin de la Maison de l'Athéisme, ne souhaitant ni l'un ni l'autre, entrer dans le Salon des Lumières

     

    Averroès

    Savez- vous que Malek Chébel a trouvé des lumières dans l'Islam ?

    Changelejeu

    Ça me paraît un exercice de haute voltige, bien difficile, mais je vois Avicenne votre coreligionnaire qui se joint à nous, c'est peut-être à lui qu'il faut le dire

    Avicenne
    Inutile, j'ai tout entendu, c'est encore une idée de mécréant, je suis sûr que les juifs et la CIA sont derrière

    Changelejeu
    Ce qui m'étonne le plus, c'est la naïveté* ( *ou la lâcheté ) des politiques qui ont baptisé Avicenne un Hôpital situé en Seine-Saint-Denis

    Averroès
    Oui, je conviens, je m'en étonne, c'est clair que demander à Avicenne de croire autrement, c'est parler à un mur sans oreilles !

    Avicenne
    Et puis quoi encore, je vous vois venir, la seule évocation d'un islam modéré est une insulte à l'islam

    Changelejeu
    En somme, vous voulez rester sur votre position de fondamentaliste, et ne pas admettre ni débattre de toutes les philosophies qui ne matérialisent pas la volonté de domination

    Avicenne
    C'est quoi encore ce truc, il n'y de dieu que dieu et sa parole ne se discute pas

    Averroès
    Je ne suis pas contre la philosophie, ni philosopher, je n'ai rien contre le principe du débat, mais pas sans dieu !

    Changelejeu
    C'est bien là, le seul point commun que vous avez tous les deux, l'un, complètement fermé genre Khomeini, l'autre, un peu à la turc, '' pas vraiment laïc ''

    Avicenne
    Si je n'étais en France, mais dans mon quartier du 9_3 '' cité du rêve islamique '' j'te lui ferais une grosse tête à celui-là !

    Averroès
    Ô, allons, allons, '' on '' se calme, ce n'est qu'une discussion, et qui plus est, nous sommes invités dans le jardin à la française de notre hôte

    Changelejeu
    Que veut dire, au juste, croire autrement ?

    Averroès
    C'est par exemple, adapter notre religion et son dogme aux '' droits de l'homme '', respecter la laïcité et être plus doux avec les femmes

    Avicenne
    Traite, t'as pas intérêt à te pointer, rue de la lapidation, au cœur mon quartier !!!

    Changelejeu
    Ne pensez-vous pas que l'ablation d'une grosse partie du livre s'impose, tout autant que l'égalité femmes-hommes ?
    Heureusement que le port d'arme est interdit ou soumis à autorisation spécifique dans notre pays, Avicenne fait glisser sa main le long de sa ceinture comme pour y dégainer un sabre

    Averroès

    C'est à dire ?

    Changelejeu
    Votre question me fait penser à Yves Calvi : quand, pendant plus d'une décennie, chaque fois qu'il a produit une émission sur la laïcité il invite des représentants des religions mais jamais, au grand jamais des représentants des incroyants et des agnostiques pourtant majoritaires dans notre pays

    Averroès
    Mais en quoi l'athéisme concerne la laïcité ?

    Changelejeu
    La laïcité, c'est le droit de ne pas croire ou de croire, mais pas seulement
    Changelejeu, coupé par Avicenne, ne peut terminer sa phrase
    En islam, comme aux États-Unis ou dans la Russie de Poutine les incroyants n'ont pas leur mots à dire sur aucun des choix de société

    Averroès
    Ça n'engage à rien de discuter avec eux

    Changelejeu
    C'est un principe, là où le débat d'idées est autorisé c'est la civilisation, la liberté d'expression des musulmans s'arrête là où commence le débat d'idées, dans ce cas la religion n'est qu'un voile destiné à brouiller l'esprit des croyants ?

    Avicenne
    Dieu c'est l'idée de toutes les idées, la liberté d'expression n'est que le reflet de la mentalité d'impies, tous des ennemis de dieu, nous les pendons ou les emprisonnons

    Averroès
    C'est vrai qu'une partie des sourates ne sont plus vraiment d'actualité !

    Avicenne
    Entendez-le, ce bouffon !!!

    Changelejeu
    Plutôt que d'essayer de croire autrement, ne serait-il pas plus simple de ne plus se référer aux expériences des autres pour se référer à ses propres expériences

    Avicenne
    Allo ! Il faut l'enfermer !

    Averroès
    Mais, alors que faites-vous de la transmission ?

    Changelejeu
    Justement, puisque vous mettez le doigt sur l'essentiel
    Changelejeu est interrompu, une fois de plus par Avicenne
    Qu'est-ce qu'il va encore nous sortir, ce suppôt de Satan ?

    Changelejeu

    En matière de transmission, il y a bien d'autres voies sans passer par la religion, d'autant plus que notre pays connaît une grave crise économique, il aurait bien besoin de moins d'irrationalité

    Averroès
    Par exemple ?

    Changelejeu
    Volontiers, pourquoi ne pas dire aux enfants que les grands scientifiques adorent ne pas savoir ?

    Averroès
    Je ne comprends pas [ ??? ]

    Avicenne
    Moi je comprends, il est pire que les juifs !!!

    Changelejeu
    Tiens il commence à trouver aux juifs quelques qualités
    Ne pas savoir, ne pas prétendre tout savoir ou détenir la vérité c'est faire preuve d'humilité, c'est la condition même du chercheur, dont notre société à tant besoin pour sortir de la crise économique et sociale

    Avicenne
    La science occidentale est une croyance de mécréants, toutes les vérités scientifiques sont dites dans le coran

    Averroès
    La science sans la religion
    Coupé par Avicenne
    Faut toujours qu'il la ramène, je vais te l'exclure de l'islam, vite fait bien fait, par ma barbe* (* salafiste ) j'en fait le serment !

    Changelejeu
    La science n'est pas une croyance puisqu'elle prétend ne pas savoir, ce qui n'est votre cas puisque vous prétendez tout savoir, le chercheur s'en tient aux faits

    Averroès
    Peut-être, mais une société sans religion, n'est plus que l'ombre d'elle-même

    Changelejeu
    J'y reviens, ne pas savoir ouvre la voie, en dehors de toutes idées préconçues, à la recherche ( commune ) de l'éthique dans l'option d'affiner toujours plus notre mode de vie ( nos modèles de vies ), et de rehausser notre niveau de civilisation

    Avicenne
    Allah est le plus grand et Mahomet son messager, Allah maudit celui qui maudit ses parents et Allah maudit celui qui assiste quelqu’un apportant une chose nouvelle [ dans la religion ]

    Averroès
    Là, c'est différent, ce que dit Changelejeu est en dehors de dieu et de la religion, mais je persiste à dire que l'on peut croire autrement !

    Changelejeu
    Dans ce cas, il ne reste plus qu'a vous demander, pourquoi croire, pourquoi faudrait-il croire ?

     

    Suites :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=French+corner

    Notes :
    Selon les circonstances, Changelejeu peut-être une femme ou un homme
    Crab 27 Septembre 2013

  • La Nuit antifasciste

     

     

    Réponse à un lecteur qui se réclame du « mouvement antifasciste »
    Raciste, parce que je critique l’islam, c'est ce que vous voudriez que je sois, hors - les femmes arabes, iraniennes ou originaires des pays dominés par des musulmans ( y compris dans certains quartiers en France ) non seulement font la même analyse que moi et ne mâchent pas leur indigestion de l'islam – vous repasserez... d’autant plus que je les ai publiées sur mes blogs, par dizaines chaque année...*1

    Quand à vos propos insultants à l’égard d’Élisabeth Badinter, ne me faites pas rire, non seulement elle a compris il y a plus de vingt ans avant tout le monde que le féminisme victimaire ( doloriste ) nuisait à la cause des femmes mais aussi à la citoyenneté parce que, un peu à l'image d'Olympe de Gouges, Élisabeth Badinter est une vraie républicaine qui en outre sait depuis toujours que le féminisme universel ne connaît pas la couleur de la peau

    À la différence des féministes victimistes ( doloristes ) Élisabeth Badinter aime les hommes et montre dans ses livres que des femmes transgressent tous les tabous quand d’autres ne sont pas moins responsables que certains des hommes de la transmission de valeurs masculines négatives – ce qui, pour le ou la militante de base et ses icônes est bien dérangeant, n’est-ce pas ? *
    * - Élisabeth_Badinter, ses livres :
    https://www.amazon.fr/Elisabeth-Badinter/e/B001HMRJ0O

    Laïcité et luttes féministes - silence radio ?
    Le combat intellectuel contre la barbarie générée par les idéologies véhiculées par le coran et la sharia passe par l'enseignement à l'école du fait athée en contrepartie du fait religieux - l'abrogation du Concordat religieux - de mettre fin au détournement de l'argent public en cessant de subventionner les écoles confessionnelles ( majoritairement catholiques ) - d'exiger du service public télévision une matinée réservée à l'athéisme en contrepartie de la matinée réservée aux religions le dimanche matin
    On ne peut oublier que les '' Droits des femmes'' ont tous été obtenus contre les religions - idem pour les libertés individuelles des citoyens et citoyennes - on peut ajouter pour les homosexuels le droit de se marier ou non, comme pour tout autre citoyen, là encore obtenu contre les bouffées de délires des représentants des hiérarchies monothéistes - mais chut, silence radio - CRAB

    *1 - :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search/label/islam

  • Mercuriale

     

     

    Liminaire
    Enfin une bonne nouvelle, 64% des jeunes Français de 16 à 29 ans se déclarent non-croyants – Source AFP – et si l’on se souvient que, dans notre pays plus d’un électeur sur deux, lors des dernières élections à choisi l’abstention, les minorités de braillards de toutes obédiences ( donc pas que religieuses ) n’ont plus qu’à bien se tenir car, sans recourir à la violence c’est, désormais, à court et moyen-terme la fin de leurs mondes

    Mercuriale - Citation : Au cours du XVIe siècle, les mercuriales furent réduites à une par trimestre, puis, finalement, à une par semestre ( ordonnance de Blois de 1579, art. 144 ). Le discours qu'y faisait le procureur général ou l'avocat général portait sur les devoirs des magistrats. La réunion avait lieu à huis clos. Parfois sévère à l'égard des magistrats, le discours prenait, dans certains cas, l'allure de réprimande. Ainsi s'explique la nouvelle extension du mot « mercuriale », employé pour désigner des remontrances privées. Les dix-neuf discours prononcés par d'Aguesseau en qualité d'avocat, puis de procureur général au Parlement de Paris entre 1698 et 1715 au titre des Mercuriales sont demeurés célèbres. Il y traite, dans un style un peu grandiloquent, des devoirs et des qualités des magistrats, de leur science et de leur sens de l'humain. Ces pages ont pris valeur de code du bon magistrat. Jean GAUDEMET

    Pourquoi Démocrite rit ?
    À des milliards d’années lumières du rire abrasif et solaire de Démocrite, plus épisodiquement, quand l’Avicenne Edwy Plenel sorte de Platon en construction prétend avec une ire sans pareille qu’il est le seul vrai journaliste de son époque et en même temps quelque soit l’affaire du jour le grand nettoyeur à la fois Procureur, Juge d’Instruction et Cour Suprême

    Tête de gondole d’un naturel anti-laïque il aimerait cloner tous ses confrères journalistes qui ont l’audace chronique de ne pas penser comme lui, sans compter cette opinion publique ( plus de 60 % de nos compatriotes sont sans religion et qui en ont ras le bol des religions dont la pire de toutes - la musulmane ), qui lui tient si bien tête sans jamais parvenir à la persuader que du bien contre le mal il a la conscience absolue - il ne décolère pas...il ne s’entend plus...

    Hors, dans son passé médiatique ou médiapartisan pas aussi simple qu’il veut bien le dire, assurément pas Charlie au bon moment, mais en bon , communicant ( du moins le croit-il ) d’autant que ça ne mange pas de pain, à retardement Charlie - - CRAB

    Suite : Pour les ouistiti-moustachus
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/01/pour-les-ouistiti-moustachus-suite.html

    Suite 2 :
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/04/blasphemer-ou-rire.html?showComment=1521651185788#c2623507192405094549

     

    Commentaire:

    1. Notes :
      Religion : 64% des jeunes Français se déclarent non-croyants
      A La Une Religion - Publié le .21/03/2018

      Une étude a été menée sur les croyances religieuses des jeunes Européens.
      AFP

      La France et la Grande-Bretagne sont similaires
      Le rapport se penche de manière plus approfondie sur la France et la Grande-Bretagne, qui affichent selon l’auteur des "similarités". 

      Les jeunes catholiques britanniques sont toutefois plus pratiquants que les français, avec 17% de la population concernée se rendant à la messe chaque semaine au Royaume-Uni, contre 7% en France. 

      Les Tchèques sont les plus sécularisés 
      L’auteur du rapport, le sociologue et théologien Stephen Bullivant, juge "remarquable" de constater que "les six pays les plus chrétiens sont historiquement des pays à majorité catholique", et non protestante ou orthodoxe, "et qu’ils comprennent aussi bien des pays d’Europe occidentale (Irlande, Portugal et Autriche) que d’Europe centrale (Pologne, Lituanie et Slovénie)". Ni l’Italie ni la Grèce n’ont été étudiées.
      Les deux pays où la jeunesse semble la plus sécularisée (la République tchèque à 91%, l’Estonie à 80%) et les deux où elle l’est le moins (la Lituanie à 25%, la Pologne à 17%) sont des "pays postcommunistes", relève l’étude.

  • Athéisme en Égypte

     

    Hypatie d’Alexandrie


    Les monothéistes ont toujours vécus dans la peur des livres dont-ils ne sont pas les auteurs - CRAB

    L’Égypte prépare une loi pénalisant l'incroyance. L'incarcération des athées deviendrait légale. Cela nous choque. Nous oublions que Platon y rêvait déjà, et Voltaire encore un peu. Notre incroyance ordinaire serait-elle une parenthèse dans l'Histoire ?
    Au Caire, la police a fermé le « Café des athées ». Et le parlement égyptien préparerait une loi pénalisant l'incroyance. Ainsi, demain, dans ce pays, peut-être sera-t-il possible d'aller en prison si l'on pense que Dieu n'existe pas, et qu'on refuse soit de mentir soit de se taire. Pareille éventualité se situe aux antipodes de tout ce que nous estimons normal, humain et juste.
    Trois bons siècles de droits de l'homme - élaborations de leurs fondements, mises en œuvre de leurs contenus - nous ont convaincus que les croyances sont à respecter et l'incroyance aussi. En outre, « ne pas croire » est devenu pour nous, désormais, si répandu, si banal et si familier que nous n'avons plus en tête combien ce fut longtemps scandaleux. Nous oublions que l'évidence inverse existe : en d'autres lieux, en d'autres temps, incroyance et athéisme sont objets de scandale et d'horreur.
    L'athéisme comme une menace
    Il ne faut donc pas considérer cette affaire égyptienne comme purement anecdotique. Elle l'est aussi : en période préélectorale, le régime du Président Al-Sissi souhaite visiblement adresser quelques signes, purement symboliques, à la rue. Simple question de politique locale, de tactique ? Pas seulement, car si l'on considère ce projet comme un symptôme, et qu'on ouvre grand la focale historique, ce qu'on observe est tout différent. La question de l'athéisme considéré comme menace à combattre, délit pénalisable, voire crime inexpiable n'est pas nouvelle, ni spécifiquement musulmane.
    Sans doute pensera-t-on d'abord à l’Église - catholique, apostolique et romaine - et à l'Inquisition, diabolisant le moindre doute, cultivant l'idée qu'un début de mise en cause de l'existence de Dieu signale une emprise du Malin sur les âmes. On aura raison, mais partiellement. Parce que ce sont des hérétiques qui se retrouvaient sur les bûchers, c'est-à-dire des gens qui croyaient à un autre dogme, et non des athées à proprement parler. Parce qu'être athée, au sens moderne, était pratiquement impossible dans le cadre mental du Moyen-Âge et de la Renaissance, comme l'a mis en lumière le grand historien Lucien Febvre dans une étude devenue classique (1).
    Peine de mort
    En fait, pour trouver exprimée la volonté explicite de jeter les athées en prison, il faut scruter en aval et en amont, avant et après la toute-puissance de l’Église, c'est-à-dire dans la Grèce antique et au siècle des Lumières. Dans l'Athènes classique, on ne saurait oublier que Platon, dans les Lois, son dernier dialogue, préconise le cachot pour ceux qui mettent en cause l'existence des dieux. Il prévoit même la peine de mort pour les récalcitrants qui persistent dans leur provocation et se révèlent impossibles à fléchir. Le motif : de tels esprits sont des ferments de discorde et de désorganisation, donc des dangers majeurs, aux yeux du philosophe, pour toute Cité juste.
    Il ne faut pas oublier non plus combien Voltaire, en plein combat pour « écraser l'infâme » (le clergé et son pouvoir, le fanatisme et les superstitions) ne cesse de s'en prendre aux athées, parce qu'il les suppose de s'affranchir de toute morale. Voltaire est libre penseur, mais ne juge pas que pareille liberté doive être partagée par tous. Il préfère que le peuple soit tenu en bride. Et pour cela rien de mieux que les freins de la religion et la crainte du châtiment divin. « Si Dieu n'existait pas, il faudrait l'inventer », écrit Voltaire. Cette formule célèbre anticipe sur le constat du Dimitri des Frères Karamazov de Dostoïevski : si l'homme devient « roi de l'univers », au nom de quoi sera-t-il encore vertueux ?
    Sécularisation du monde
    On voit que le symptôme égyptien est plus qu'une anecdote. Il débouche en fait sur une nuée de questions. Certaines ont été mille fois débattues. Par exemple : l'athéisme rendrait-il immoral ? Si ce n'est pas le cas, sur quoi donc se fonde exactement une morale sans Dieu ? D'autres commencent seulement à émerger. Ce qui nous paraît irréversible - sécularisation du monde, protection du droit de ne pas croire comme du droit de pratiquer une religion ou d'en changer, coexistence des credo - pourrait-il laisser place à une toute autre configuration ? Notre athéisme ordinaire ne sera-t-il, un jour, qu'une parenthèse dans l'histoire de l'humanité ? Dans quelle mesure un secteur carcéral réservé aux athées est-il ou non comparable, en miroir, aux quartiers pénitentiaires dédiés aux « radicalisés » ? Nous n'avons pas encore de réponses à ces questions. Mais nous devrions, au moins, avoir les questions. Et savoir les déjouer.
    (1) Lucien Febvre. Le problème de l'incroyance au XVIe siècle. La religion de Rabelais (1942, Rééd. Albin Michel, 2014)
    Roger-Pol Droit

     

    Le récit d’un Univers créatif nous apprend que nous sommes tous des poussières d’étoiles. Nous sommes des êtres interdépendants dont le bonheur dépend de celui des autres. Sachons ne pas l’oublier. Henri Génard

     

    « La spiritualité, c’est la vie de l’esprit, la vie de la conscience humaine qui s’affranchit de l’immédiat. .../..

    Un artiste qui crée des œuvres qui dépassent les limites du vécu immédiat, de l’utilité immédiate, fait œuvre spirituelle

    Un savant qui élucide les lois du réel ou un philosophe qui réfléchit sur les principes de la lucidité et de la sagesse font aussi œuvre spirituelle » Henri Pena-Ruiz

     

    Reflet de la pulsion de mort, le monothéisme est la racine du pire des sectarismes – son-invention dans les temps anciens avait signé l’acte de naissance du sectarisme

     

    La mort est absence de sensation [ Épicure ] - la meilleure façon pour le philosophe de rappeler qu’il ne peut-y avoir d’arrière-mondes* ( *: paradis - enfer ou ciel peuplé de...) - compte tenu d’une absence de sensation parfaitement vérifiable, par déduction, désormais, nous savons qu’il n’y a rien à craindre de la mort contrairement à ce qu’imagine un croyant monothéiste la personne athée sait qu’elle ne sera pas récompensée ni punie qu’elle ait fait, durant sa vie, bien ou mal

     
    La France n’est ni le pays de Platon ni celui de Voltaire mais de Démocrite, d’Aristophane, d’Ésope, d’Épicure, de Lucrèce, d’Hypatie, de Ninon de Lenclos, de La Fontaine, de Jean Meslier, d’Émilie du Châtelet, de Condorcet, de Mozart, d’Olympe de Gouges, de Georges Sand, de Marie Curie, de Jean Moulin, de Simone Veil, de Robert et Élisabeth Badinter - CRAB

    Suite : déroulé d’articles sur l’athéisme
     
    L’Égypte, elle fut martyrisée par les chrétiens, à présent elle set martyrisée par l’inquisition musulmane - Suite 2 : Lettre à Hypatie d’Alexandrie

     

  • Les petites choses fragiles


    Élisabeth_Badinter et Fatiha_Agag-Boudjahlat

    Féminisme : « Le grand détournement » vu par Fatiha Agag-Boudjahlat
    République, féminisme, laïcité, Fatiha Agag-Boudjahlat décrypte les conséquences du communautarisme sur les idéaux féministes dans son livre « Le grand détournement », publié aux éditions du Cerf
    Aucune femme n’appartient à une communauté, elle s’appartient, un point c’est tout
    Une assignation presque comique digne d’un opéra bouffe, sans le moindre rapport avec la religion ni avec la croyance dans une divinité, la pudeur qui passe par le voilage des femmes est une valeur imposée par une partie de ces hommes qui, par peur de perdre leur virilité ou leurs bijoux de famille, n’ont jamais rien lu d’Aristophane, abusent avec la complicité ou le concours hyper-actif d’une partie hyper-religieuses de femmes qui n’ont jamais rien lu des livres ou n’ont jamais rien compris à la démarche d’Élisabeth Badinter* plus sûrement pondeuses émérites devant l’éternel, singulièrement insensibles à la loi commune et peu enclines à remiser le patriarcat dans les poubelles de l’histoire pour, à laide du phallocentrique coran, maintenir et persuader leurs enfants garçons et filles de la supériorité de l’homme sur les femmes
    * - Cela dit, à la décharge de ces si particulières musulmanes, ne manquent pas à l’appel certaines parmi les « féministes occidentales victimistes », et j’en connais des vertes et des pas mûres, certes plus nombreuses à faire leur miel aux Amériques du Nord qu’en France, qui n’ont rien compris au féminisme universel défendu bec et ongles par la " pas que féministe " Élisabeth Badinter

    Quand le féminisme universel s’en mêle porté par de vraies " pas que féministes "
    Fatiha Agag-Boudjahlat et Élisabeth Badinter considèrent avec justesse que les femmes ne sont pas des victimes, et rappellent que la « vitalité du patriarcat » ne serait plus d’actualité, et depuis longtemps, sans le concours actif d’un féminisme qui n’a plus rien d’universel dont les « porte-parole » Marlène Schiappa qui fait du tourisme à la Chapelle-Pujol sur les trottoirs élargis par Caroline De Haas pour protéger du harcèlement musulman les femmes émancipées de ce quartierbelles égéries des femmes blanches néo-féministes, grandes prêtresses de ce féminisme victimiste juchées sur le trépied des augures rien de bon - des intercetrices ou le ramage de l’une se rapporte au plumage de l’autre pour plus avantageusement communier la main dans la main dans la plus parfaite gémination avec l’Esprit-Saint de Clémentine Autin afin de, par le biaisé différentialisme, minimiser les violences faites aux femmes au nom d’une « culture religieuse orientaliste » qui dans toute l’histoire de l’humanité compose et impose la pire des négations du féminisme universel

    Il n’y a pas d’au-delà, donc pas de paradis ni d’enfer ni de purgatoire, la mort est absence de sensation, l’espérance d’une vie de soumission est vaine, et la vie s’écoule
    Il est des manques de rigueur qui altèrent ou transforment la notion de l’égalité en une relation perverse entre femmes-hommes, voire de rigueurs mortifères dès qu’il s’agit d'éviter la critique sans distinction des idéaux de de tous les patriarcats sacralisés par la religion
    Émanation d’un « féminisme blanc » ou non musulman si néfaste à l’émancipation de ces femmes « orientales » nées de l’autre coté de la voie ferrée dans le quartier Avicenne, Rue de la Lapidation ou Rue du Paradis des bien-heureuses Houris où coulent des rivières de lait et de miel ( heue, mille excuses, je voulais écrire des " rivières de spermes " ) se voient ainsi racialisées au nom du « le voile, c’est mon choix »
    Ce nov ou néo-féminisme initié par une poignée de femmes blanches ( en surface ), néanmoins très médiatisées, certes – certes, n’est rien de plus qu’une sorte de fumerolle numérique rayée comme un zèbre en carton peint et plastifié de fête foraine fixé sur la circulaire plate-forme d’un manège manigances tellement, tellement, tournant comme un vis sans fin babylonien et si bien venu, en ces temps suspendus quand la rumeur dans le jardin de l’actualité sucrée d’orge prime sur l’information, la rigueur de l’enquête ou encore à l’encontre de l’honnêteté intellectuelle, que l’essentiel de la substance ( genre barbe à papa ) est repris en boucle mais très nettement plus hystérisé dans les milieux musulmans car marqué, le plus souvent, de l’indélébile sceau de l’hyper religiosité de ces femmes dites musulmanes lesquelles vont jusqu’à voiler leurs fillettes qui ainsi que tous les enfants en bas âge croient ce que leur dit au quotidien leur mère ( ou parents ) peu portée sur le questionnement ou peu disposée à proposer de réfléchir, en famille, sur les grandes questions et plus tard de leur interdire de faire du sport à l’école - quand elles ne recommandent pas à leurs filles ou à leur garçons de dormir pendant le cours de science - CRAB

    Lire le livre de Fatiha Agag-Boudjahlat « Le grand détournement » paru aux éditions du Cerf

    Note de l’Éditeur : Le grand détournement

    de Fatiha Boudjahlat
    Égalité, mais aussi laïcité et encore droit, justice : ces mots, qu’on croyait universels, sont, chaque jour, détournés de leur sens. Les responsables de cet assaut porté à la langue française ? Les communautaristes
    de toutes obédiences. C’est pour décrypter leurs méthodes que ce livre a été écrit. Du « féminisme », au nom duquel le voile intégral devrait être autorisé, au «  patriarcat  » qui n’est combattu que lorsqu’il se présente sous les traits du «  mâle blanc  », en passant par la «  tolérance  », invoquée pour justifier l’excision, ou la « culture », qu’on évoque désormais contre la loi de la Nation, c’est l’histoire d’un détournement sémantique qui nous est ici contée. Indigènes réinventés, prétendus antiracistes, vrai-faux identitaires de droite comme de gauche, les nouveaux tartuffes sont démasqués! Un plaidoyer pour que l’écologie du langage serve à redonner voix à la politique et à la République fraternelle.
    Enseignante, cofondatrice du mouvement citoyen Viv(r)e la République, ex-secrétaire nationale du MRC en charge de l’Éducation, Fatiha Agag-Boudjahlat vit à Toulouse.


    Vidéo : Fatiha Agag-Boudjahlat
    http://blvids.free.fr/Feminisme_Fatiha_Agag-Boudjahlat.mp4

    Vidéo 2 : Musulmane ou femme « normale » ?
    http://blvids.free.fr/V%C3%A9nus_%20confessions.mp4

    Suites : Fausse route en 2018 – suite
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/02/fausse-route-en-2018-suite.html

    Suites 2 : Réaliser un féminisme libertin
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/03/realiser-un-feminisme-libertin_16.html

    4 commentaires:

    1. par Florence Rault
      Une Caroline de Haas « sur deux ou trois » dit n’importe quoi
      Non, la justice n’est pas « complice de crimes de masse que sont les viols »


      Impliquée dans l’affaire Darmanin, la néo-féministe Caroline de Haas a le vent en poupe. Pour mener sa guerre des sexes, elle n’hésite pas à cracher sur la justice et l’Etat ou à affirmer « qu’un homme sur deux ou trois est un agresseur ».

      L’affaire Weinstein, qui au départ ne concernait que le très particulier milieu d’Hollywood dans ses liens avec le Parti démocrate américain, a débouché sur une déflagration qui secoue le monde anglo-saxon et l’Europe de l’Ouest. Ce qui fut présenté comme une « libération de la parole des femmes », confrontées à une violence masculine massive, a immédiatement embrayé sur une véritable « guerre des sexes » faisant voler en éclats non seulement la décence ordinaire mais mettant aussi dangereusement en cause des règles et des principes qui régulent une société démocratique et peuvent être très justement considérés comme des acquis de civilisation.
      Pour Caroline de Haas, l’Etat est « complice de crimes de masse »
      Tous ceux qui ont émis des réserves lors du lancement des campagnes #BalanceTonPorc et #MeToo ont été prestement disqualifiés, moqués, insultés. Et pourtant, comme la nuée l’orage, ces campagnes portaient en elles les catastrophes culturelles, sociales et liberticides auxquelles nous sommes confrontés. Cela va de la mutilation des œuvres artistiques à la façon des talibans, aux délires suédois qui font de l’acte sexuel un viol par définition jusqu’à la preuve « d’un consentement explicite ». En passant par les demandes gravissimes de responsables d’institutions publiques de renversement de la charge de la preuve en matière pénale. Comme Jacques Toubon, « défenseur des droits » demandant instamment que l’on viole ce qu’il est chargé de défendre ! Et l’utilisation de fantasmagories de charlatans, comme dans l’affaire Flavie Flament, pour justifier l’abandon de principes pénaux séculaires.
      A lire aussi: Affaire Darmanin: c’est la justice qu’on viole
      Comment s’étonner alors, lorsque la simple raison a déserté le champ du débat, que des gens comme Caroline de Haas ou d’autres militantes du néo-féminisme prédateur et violent se livrent à des débordements ahurissants. La cofondatrice d’Osez le féminisme a organisé avec l’affaire Darmanin une manipulation détestable, méritant peut-être que le parquet examine de plus près quel a été son rôle dans le dépôt de la plainte, désormais classée sans suite. Probablement inquiète pour la prospérité de son petit business, elle n’hésite pas, par ailleurs, à accuser l’État d’être « le complice de ces crimes de masses que sont les viols ». Comme d’habitude en assénant des statistiques fantaisistes selon lesquelles une femme sur deux aurait été agressée sexuellement, et un homme « sur deux ou trois » serait un prédateur sexuel !
      Ce sont ses sœurs de lutte qui, déchaînées par l’organisation d’un colloque plutôt favorable sur le phénomène #BalanceTonPorc à l’EHESS, appellent à empêcher sa tenue, y compris par la force – tout autre parole que la leur étant inacceptable – et, nervis excités, elles envahissent l’amphithéâtre pour s’y livrer à la violence et l’intimidation.

       
       
    2. Suite:
      Marlène Schiappa met un pied dans le plat
      Les inconséquences de Marlène Schiappa n’aident pas. Dans l’affaire Daval, elle est intervenue de façon tout à fait intempestive, en violation du principe de la séparation des pouvoirs, pour donner son avis sur la conduite d’un dossier judiciaire. Mais le plus grave n’a pas été relevé. La secrétaire d’Etat a contesté, dans leur principe, les moyens de défense développés par les avocats du mis en examen. C’est-à-dire qu’elle considérait comme intolérable la liberté du choix de leurs arguments. Elle s’indignait du fait que des considérations sur la personnalité de la victime aient été avancées par la défense, ce qui reviendrait, selon elle, à « légitimer les féminicides ».
      Quelle est cette folie ? En oubliant opportunément les incroyables mensonges du lobby féministe dans l’affaire Sauvage, pour excuser un meurtre en faisant de son auteur une victime, madame Schiappa veut-elle que l’on abandonne un des principes intangibles du droit pénal ? Ce principe, c’est celui de la personnalité des crimes et des peines : l’on juge des faits particuliers et des hommes (ou des femmes) particuliers. Il est du devoir du juge d’examiner tout ce qui lui est soumis, et notamment les circonstances dans lesquelles un drame a pu se dérouler, celles du passage à l’acte. Interdit de se défendre, interdit d’expliquer, et par conséquent interdit de comprendre ? Eh bien désolée, madame la secrétaire d’Etat, si on peut lyncher, dans ce cas il est impossible de juger.
      La délation appelle la délation
      Ces exemples le démontrent : l’entreprise de délation générale et particulière initiée par #BalanceTonPorc ne pouvait déboucher que sur cette catastrophe. J’ai beaucoup entendu, au début de la campagne, qu’il y avait peu de noms jetés en pâture et que la dénonciation serait pédagogique par son caractère général. Cela n’est pas sérieux. Dès lors que l’on fait de la délation un instrument d’ingénierie sociale, comment imaginer que l’on va se contenter de dire « moi aussi » sans aller plus loin ? Dans un tel mouvement collectif, avec ses effets d’entraînement, d’émulation et de surenchère, il faut désigner les coupables. D’abord un groupe, les hommes et leur patriarcat, puis des individus. Cela se passe toujours ainsi. Devenant un acte social valorisé, la délation appelle la délation. Sait-on que le plus grand nombre de lettres de dénonciation envoyées à la Gestapo pendant la dernière Guerre mondiale, l’a été pendant la dernière année d’occupation alors que la défaite de l’axe était inéluctable ?
      Le grand déballage, ensuite, ne pourra générer que de la frustration. Les méchants sont désignés et, par conséquent, il faut les punir. L’envie de pénal qui traverse nos sociétés, nous confronte pourtant sur les questions de sexe à une énorme contradiction. La justice pénale obéit à des objectifs et des règles qui font que l’appréhension d’une partie de ce qui relève de la « délinquance sexuelle » est extrêmement difficile. Dans ce domaine, il faut d’abord rappeler que prétendre que les viols ne sont pas sanctionnés par la justice est une baliverne. Désormais, grâce aux progrès de la police scientifique, les principales infractions peuvent être établies et sanctionnées, et ce en respectant les règles du débat contradictoire. Il faut savoir aussi que les crimes de viol occupent actuellement la moitié des sessions d’assises dans notre pays, et font l’objet d’une répression sévère.

       
       
    3. Suite:
      Le gloubi-boulga néo-féministe ne rend ni service ni justice
      En revanche, ce dont on nous parle aujourd’hui, avec d’ailleurs des degrés de gravité variables, ce sont les zones grises, celles « du parole contre parole », de la subjectivité, de la culture et de ses évolutions. Et ce sont ces situations particulières que le néo-féminisme veut à tout prix criminaliser, en amalgamant harcèlement et agression sexuels avec le crime de viol. L’abandon des échelles de gravité, pourtant prévues par le code pénal, permettant toutes les manipulations. Il faut donc être clair, on ne peut pas s’en remettre uniquement et de cette façon à la justice pour traiter ce qui relève d’autres modes de régulation sociale. Essentiellement pour deux raisons :
      – Donner à la justice l’objectif d’assouvir la haine des hommes et la volonté de pouvoir du néo-féminisme, est une impasse démocratique car cela ne peut se faire que par l’abandon des principes fondamentaux des libertés civiles. Les magistrats sont là pour veiller au contraire à leur respect, les accuser pour cela de « complicité avec des crimes de masse » est simplement une ignominie.
      – Ceux qui sont victimes d’accusations infondées sont particulièrement désarmés. Ils sont d’abord soumis à des lynchages médiatiques terriblement violents, dont aucune procédure judiciaire efficace ne peut préserver. L’action en « dénonciation calomnieuse » à l’encontre des accusateurs est simplement un leurre. Quant aux interminables procédures de diffamation, elles ne débouchent, au mieux, que sur des réparations symboliques, et ne peuvent en aucun cas être dissuasives. Pierre Joxe et Gérald Darmanin vont en faire l’expérience. David Hamilton ne pourra pas, âgé de 83 ans et poussé au désespoir, il a préféré se suicider.

       
       
    4. Suite:
      Game of thrones
      Mon amie Marcela Iacub a identifié une partie du problème : « Ils (les néo-féministes) pensent que les femmes sont des êtres différents et que leur émancipation passe avant tout par des sanctions pénales et civiles appliquées contre les hommes. Pour eux, il n’y a pas d’autre horizon politique que la violence institutionnelle ».
      L’enjeu n’est pas l’émancipation Marcela mais, comme d’habitude, le combat pour le pouvoir, et ce qui l’accompagne. Avec des méthodes dont on sait très bien sur quoi elles peuvent déboucher…

  • CONDORCET

      
    Vivre dans une république laïque est pour tous le plus précieux des privilèges

     

    À l’attention du Président Macron soucieux d’organiser une réflexion sur la laïcité ( nous dit-on ), si toutfois, il veut bien se souvenir que la laïcité n’est pas un vieux texte ( loi de 1905 ) ni une spécialité exotique et obsolète, ni une croyance, encore moins une religion, mais un outil politique d’avenir à portée universelle à la disposition de tous !
    Elle est ( la laïcité ) un principe d’émancipation, d’affranchissement de toutes les tutelles
    Il n’existe qu’une seule question, le Président Macron a t-il l’intention, avec toutes les personnes de bonne volonté, de rétablir la laïcité dans la France des Lumières ? - CRAB

    Lorsque la Révolution commence, le marquis de Condorcet occupe une situation privilégiée dans la société. Mathématicien célèbre à vingt-cinq ans, secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences à trente-deux ans, il est membre de l'Académie française et inspecteur des Monnaies. Ami de Voltaire et d'Alembert, il apparaît comme le dernier des encyclopédistes. Il est célèbre dans toute l'Europe des Lumières et lié aux plus brillants esprits du temps. Disciple de Turgot, il a vécu à ses côtés ses réformes et sa disgrâce. Enfin il est le mari heureux de la belle et spirituelle Sophie de Grouchy.

    Cet homme comblé est aussi un homme passionné de justice. Il s'est élevé contre toutes les erreurs judiciaires de la fin de l'Ancien Régime. Ami des Noirs, il lutte contre l'esclavage et la traite. Ami des Protestants et des Juifs, il milite pour la reconnaissance de leur citoyenneté. Adversaire de la peine de mort, il soutient la cause de l'abolition. Et il est le seul à réclamer pour les femmes l'égalité entière des droits.

    Dès le début de la Révolution, cet intellectuel s'engage dans la lutte politique. Sous la Constituante, il se prononce parmi les premiers en faveur de la République. Député à la Législative, il propose son célèbre plan d'Instruction publique qui inspirera un siècle plus tard les fondateurs de l'Ecole républicaine. Député à la Convention, il refuse par conviction abolitionniste de voter la mort du Roi et rédige le projet de Constitution le plus démocratique qu'on ait élaboré jusqu'alors. Partisan de l'union des républicains, il se détache de ses amis Girondins sans pour autant rallier les Montagnards. Décrété d'accusation en juillet 1793, il se cache à Paris jusqu'en mars 1794. Il écrit alors l'Esquisse d'un tableau des progrès de l'Esprit humain, son oeuvre maîtresse. Pour ne pas compromettre la sûreté de celle qui l'héberge, il quitte son refuge. Arrêté, il est trouvé mort dans sa cellule le 29 mars 1794.

    Telle fut la vie de cet intellectuel engagé qui connut l'échec politique mais dont la pensée, selon le mot de Jean Jaurès, fait partie du patrimoine de la République.
    Robert Badinter et Elisabeth Badinter


    Le discrédit jeté sur l’universel au nom du « respect » des particularismes, a été souvent le prélude à de sombres temps.
    Les « Lumières » ont représenté un effort pour rechercher ce qui par-delà les espaces et les temps peut libérer, épanouir et réunir  tous les hommes. L’idéal laïque ne fait qu’incarner dans un dispositif juridique de séparation des églises et de l’Etat, cette aspiration naturelle et universelle à s’émanciper de toutes les tutelles. Pour développer cette capacité à se gouverner soi-même, à juger par soi-même, sans directeur de conscience, l’éducation doit occuper une place centrale, primordiale, afin de « rendre la raison populaire ».
    En ce sens, saisi tout particulièrement par la passion pédagogique, certes caractéristique du «  siècle des Philosophes », Condorcet ne fait pas que dégager les principes d’une éducation libératrice, il met en place concrètement les bases de ce que doit être une Ecole de la République. Avec lui, les Lumières ne sont pas seulement « une audace de la pensée » mais aussi « une audace de l’action ». Clément Stora, professeur de philosophie.


    Je pense, donc je suis, et je n’ai nul besoin de croire pour exister
    À notre époque il faut, plus que jamais auparavant, veiller à ce que les enfants comprennent bien les mathématiques et les lois de la physique, il est bon de rappeler que nulle personne ne naît avec une appartenance religieuse, il faut toujours avoir à l’esprit qu’une personne s’appartient, elle n’appartient pas à sa communauté - CRAB

    Suite :

     

    Suite 1 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=%C3%A9cole

    Suite 2 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=accompagnateurs+scolaires

  • Le cannibalisme à l’épreuve du temps

    Rien de bien nouveau sous le soleil


    R....e S.....n, vous m’avez demandé, quelle différence faites-vous entre un athée chrétien et un athée libertaire ?
    Un athée chrétien *1 est un athée qui s'il n'est plus croyant reste néanmoins impacté par les '' valeurs '' dites chrétiennes - un athée libertaire est la plupart du temps éduqué en dehors des religions et vit plutôt dans un environnement social où la pensée critique est bien ancrée
    *1 - par exemple, Michel Onfray est un athée chrétien – dans son village natal, il a notamment été enfant de chœur - certes, je vous l’accorde, « un petit croyant » pas vraiment très convaincu...
    Néanmoins, c'est un plus difficile pour l'athée chrétien Michel Onfray de comprendre qu'une majorité athée libertaire parmi nos compatriotes sans religion ne nie pas le progrès social et au demeurant font plutôt preuve d'un optimisme lucide
    Suite : Les textes malveillants
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/01/ni-dieu-ni-maitre.html
     
     

    1 commentaire:

    1. Le matérialisme c'est accepter l'immanence, le monde réel, et partant de là, de se livrer à la recherche permanente de l'éthique – donc l’athéisme n’a rien n' à voir : ni avec le stalinisme ni au-delà de l'offre et de la demande avec les dérives libérales de toutes natures

  • Un objet sexuel peut en cacher un autre

    L’annonciation, façon musulman

    Le sexe des anges
    Reconnaissez, c’était malin et bien bien trouvé, Marie blonde au cheveux doux, pour échapper à la lapidation d’une voix argentine fait croire à son entourage et à tout le village qu’elle s’est fait, sans amertume, possédée par l’Esprit-Saint
    Question : si vous n’êtes pas d’accord avec cette vision des faits, dans ce cas, que dites-vous de l’instrumentalisation de la jeune fille par le dieu des catholiques qui en fait sa créature - un objet de pureté et de fécondité ?
    Morale de l’histoire - il ne s’agit pas d’entrer dans les églises pour vérifier si les anges ont un sexe, mais au contraire d’empêcher les croyantes et les croyants d’en sortir pour s’occuper du nôtre

    La lisibilité célébrée
    Citation : « L’interrogation désormais se déplace puisqu’il s’agit non d’opposer le réel et l’image mais de comprendre comment celle-ci s’est construite dans le bricolage des formes matérielles, iconographiques, textuelles et sonores qui figurent et rendent sensibles simultanément une réalité et son imaginaire. » - Daniel Roche

    Représenter, figurer ou symboliser, en un mot nommer les réalités est un exercice bien difficile
    La femme est un " objet sexuel " est une expression sacralisée dans le monde du " féminisme porcin " ou " doloriste " ( victimaire ), - une chimère simpliste qui participe à l’illisibilité des relations entre femmes et hommes – et la question peut être posée : l’homme n’est-il pas [ aussi ] un objet sexuel ?
    Ni pensez pas, même pas en rêve, attendu que se serait pour ces pseudo féministes admettre l’attirance sexuelle qu’éprouvent les femmes et les hommes entre-eux indifféremment de leurs orientations sexuelles

    Vidéo :
    http://blvids.free.fr/Le_mythe_de_Carmen.mp4

    Accéder à l’idée que les femmes et hommes sont des objets sexuels [ ici ] n’a pas pour intention de cautionner la misogynie ou la criminalité sexuelle qui est un fait, mais de faire comprendre qu’au regard de l’attirance sexuelle, la retenue est un principe car pour les personnes saines d’esprit prime le consentement – pour les autres, sorte de nov-iconographes du retour à " ordre moral ", majoritairement des bigots prédominent les idéologies de toutes celles ou tous ceux qui refusent le " sexuel dans la société " ;
    donc avant de parler d’objet sexuel pour le seul genre - pas faible du tout ( et c’est heureux ) - donc, y regarder à deux fois, et surtout de ne pas perdre de vue que si notre société a su laïciser Marianne la républicaine à travers des figures de « Mariannes » marqueurs de l’irruption de la modernité pour représenter tantôt la République, tantôt la Liberté, tantôt la France, certaines et certains n’en finissent jamais de protéger et d’aduler Marie qu’ils imaginent toujours " leur petite chose ", alors que dans l’authenticité de notre époque, sans prendre la peine de se cacher, allègrement, elle ne manquerait pas de leur rire au nez – puis, avec son amoureux du moment, car Marie aime les hommes, elle irait passer quelques jours à Cythère pour bonifier ses idées, suite :
    Ni patriarcat - ni pudibonderie
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2018/01/ni-patriarcat-ni-pudibonderie.html

    Suite 2 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/10/athees-et-sans-religions.html
    CRAB


    La " Liberté d’esprit " - vidéo :
    https://www.youtube.com/watch?v=XdaigSpxxFY


    La " Liberté d’esprit " - vidéo :
    https://www.youtube.com/watch?v=XdaigSpxxFY

  • Ni dieu - ni maître


    Les textes malveillants
    J’ai dû souvent, bien trop souvent, en rapport avec l’actualité mortifère, rappeler que l’invention monothéiste est la racine du pire des sectarisme

    Aux antipodes de l’idée religieuse de la soumission ou à la « morale » due à un présupposé être supérieur, désobéir est le propre de l’artiste ou du caricaturiste, la représentation fait sens car, quoiqu’en dise le théologien, une image vaut mille mots


    L’idolâtrie ou l’iconolâtrie est particulièrement redoutée par bon nombre de théologiens des trois religions abrahamiques, et pour les plus fanatiques d’entre les religieux de la condamner en recourant aux pires violences, le plus souvent dans les pays dits islamistes

    Hors bien mesurée l’idolâtrie ou l’iconolâtrie n’est que la conséquence de l’illustration de livres malveillants parce qu’il est possible, selon l’époque ou l’actualité, de modeler les « textes sacrés » à loisir pour exercer un certains pouvoir sur les personnes ou populations crédules

    À notre époque, afin de se livrer à ce jeu de dupes, rabbins, évêques, pasteurs, imams ou théologiens avec ou sans poil s’en donnent à cœur joie, en profitant de l’offre de médiatisation pour corrompre la société sans jamais devoir, mis au pied du mur, débattre avec des contradicteurs éclairés et connus pour leur efficacité à déconstruire les pommes de la discorde à l’origine des haines intra-religieuses sans oublier la persécution des non-croyants ou des apostats*1 car la religion n’est qu’un instrument de pouvoir
    *1 – essentiellement dans les mondes dominés par des musulmans

    Le monde des religions a tenté de confisquer " l’âme ", cependant « l’aboutissement n’est pas pour autant le commencement », et ce n’est point pour autant la fin de l’histoire car pour le plus grand désarroi de « nos apôtres » Psyché est sans religion, sa beauté est si déconcertante que les hommes viennent l’admirer, l’aduler mais aucun d’eux n’osent demander la merveilleuse demoiselle en mariage - preuve s’il en faut qu’Éros, l’auteur du plus célèbre des actes manqués de toute l’histoire de l’humanité, à sa vue tombe instantanément amoureux de cette belle désobéissante et intemporelle héroïne, cette « garce » qui n’accomplit jamais ce qui est attendu d’elle - mais in fine pour l’éternité, grâce à son incomparable façon d’être, tenace, curieuse, animée d’un esprit de contradiction inébranlable Psyché ne manquera pas de faire don à la multitude les plus délicieuses voluptés qu’engendrent les amours - lesquels ne se font jour que pour mieux transgresser toutes les interdictions - CRAB -

    Suites : Textes de références, plus particulièrement pousse-au-crime
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search/label/musique?updated-max=2015-01-10T06%3A11%3A00-08%3A00&max-results=20&start=11&by-date=false

    Suite 2 : Science et morales
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/12/science-et-morales.html

    Suite 3 : Éros
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/12/eros-reedition.html

     

    4 commentaires:

    1. J.......e B....n, vous me demandez : pourquoi avez-vous choisi le sacrifice d’Abraham, pour illustrer votre propos ?
      J’ai pris pour sujet les religions abrahamiques, et ce qui est marquant pour chacune des trois religions c’est l’épreuve de la foi - que ce soit dans la Genèse un ordre de dieu, ce sacrifice la préfiguration de la crucifixion dans le Nouveau Testament quand dans le coran il ne s’agit plus d’un ordre divin, Abraham rêve qu’il va immoler son fils
      Dans la Genèse et le coran dieu, au dernier moment, arrête la main d’Abraham, et dans le Nouveau Testament dieu n’intervient pas pour sauver son fils, mais ce ne sont pas ces différences qui m’intéresse - pas vraiment
      .
      Le plus important est d’observer que c’est le fils de l’homme Abraham, un garçonnet ou un adolescent et un jeune homme fils d’un dieu masculinisé qui sont proposés à être sacrifiés parce que dans ces trois religions l’homme est donné supérieur à la femme
      Dans cette scénographie misogyne le garçonnet ou l’adolescent est infiniment plus important que la fillette ou l’adolescente, c’est faire d’une pierre deux coups : montrer que la foi doit-être inébranlable puisque l’homme le chef de la femme, donc le chef de famille n’hésite pas à immoler ce qu’il a de plus cher, son fils - c’est ainsi que s’est construit la sacralisation des patriarcats pour asseoir la domination des hommes sur les femmes
      .
      Si j’écris dieu sans mettre un D majuscule, c’est parce que le sus-nommé n’est rien de plus qu’une invention...
      Mes meilleures salutations

       
       
    2. Alors que l’invention du monothéisme s’était limitée à sacraliser la misogynie, la civilisation s’est fondée sur le mythe de Psyché et d’Éros

       
       
    3. Psyché (Gr. Ψυχη) épouse d'Eros (Cupidon), est la personnification de l'âme représentée avec des ailes d'un papillon. Psyché est l'une des trois filles d'un roi, si belle que tous les habitants du royaume l'adoraient et qu'Aphrodite en était jalouse au point de vouloir tramer sa perte.
      .
      Elle envoya Eros avec comme mission de lui inspirer l'amour pour l'être le plus hideux de la terre. Mais tel est pris (épris?) qui croyait prendre: Eros tombe lui aussi sous le charme de Psyché. Il demanda à Apollon de donner un oracle au roi lui prescrivant d'exposer sa fille sur un rocher. Là vêtue de noir, soumise, elle attend la venue du monstre mais c'est le souffle léger de Zéphyr qui l'emporte vers un palais mystérieux. Elle est la seule habitante de ce palais merveilleux où les portes sont ornées de pierres précieuses et où le dallage du sol est d'or pur.
      Jamais elle ne peut voir le maître de céans mais il lui rend visite toutes les nuits, et lui promet que leur bonheur durera toujours, à la condition qu'elle ne cherche pas à voir le visage de son amant.
      Mais les sœurs de Psyché la persuadent qu'elle est aimée d'un monstre. Une nuit, elle allume une lampe. Tandis qu'elle contemple avec ravissement la beauté de son amant, une goutte d'huile tombe sur lui. Il se réveille et s'enfuit, alors disparaît le palais enchanté.
      .
      Commence pour Psyché une série d'épreuves, dont elle se tire grâce à l'appui secret d'Amour et la ténacité de son amour.
      Chassée de toutes parts, elle arrive finalement dans la demeure de sa rivale : Aphrodite.
      Cette dernière l'accable de mille tourments, la retient comme esclave et lui impose quatre épreuves réputées impossibles. Mais à chaque fois quelqu'un sera là pour l'aider.
      Ainsi, elle trie des graines mélangées de toutes espèces à l'aide de fourmis,
      elle rapporte la laine d'or de moutons féroces grâce à un roseau qui lui indique le bon chemin pour traverser la rivière
      elle puise l'eau inaccessible du Styx avec l'aide de l'aigle de Zeus.
      Pour la dernière épreuve, Psyché doit se rendre aux enfers demander à Perséphone un précieux flacon contenant une lotion de beauté; persuadée de ne pas pouvoir y parvenir elle est sur le point de se jeter du haut d'une tour quand la tour se met à lui parler et lui indique la marche à suivre; il lui est recommandé de ne pas l'ouvrir et de ne pas partager le repas de Perséphone.
      .
      Normalement, nul mortel ne pouvait se rendre aux enfers sous peine d'être dévoré par son terrible gardien : Cerbère. Pour passer la porte des enfers sans dommage, Psyché donne au monstre un gâteau trempé dans du vin drogué qui l'endormit.
      Elle n'avait pas oublié de prendre deux pièces de monnaie pour payer Charon à l'aller et au retour.
      .
      Mais au retour alors que s'est bien passé, Psyché est à nouveau perdue par sa curiosité; elle débouche le flacon, une fumée noire se répand et se dépose sur son visage qui devient hideux. En se regardant dans un miroir Psyché s'évanouit. Cependant, Eros ne l'a pas oubliée, il l'éveille d'une piqûre de ses flèches et lui rend sa beauté première.
      Enfin, Zeus intervient et Aphrodite pardonne:
      Zeus accorde son pardon à Éros et convoque les dieux pour célébrer l'immortalité de Psyché et le mariage du couple.
      Les jeunes mariés auront une fille : Hêdonê en grec ou Volupté pour les Romains. Fin de citation

       
       

    4. Jean de LA FONTAINE   (1621-1695)
      .
      Les Amours de Psyché - Éloge de l'Amour
      Tout l'Univers obéit à l'Amour ;
      Belle Psyché, soumettez-lui votre âme.
      Les autres dieux à ce dieu font la cour,
      Et leur pouvoir est moins doux que sa flamme.
      Des jeunes coeurs c'est le suprême bien
      Aimez, aimez ; tout le reste n'est rien.

      Sans cet Amour, tant d'objets ravissants,
      Lambris dorés, bois, jardins, et fontaines,
      N'ont point d'appâts qui ne soient languissants,
      Et leurs plaisirs sont moins doux que ses peines.
      Des jeunes coeurs c'est le suprême bien
      Aimez, aimez ; tout le reste n'est rien.
      .
      Les Amours de Psyché - Éloge de la Volupté
      Ô douce Volupté, sans qui, dès notre enfance,
      Le vivre et le mourir nous deviendraient égaux ;
      Aimant universel de tous les animaux,
      Que tu sais attirer avecque violence !
      Par toi tout se meut ici-bas.
      C'est pour toi, c'est pour tes appâts,
      Que nous courons après la peine :
      Il n'est soldat, ni capitaine,
      Ni ministre d'État, ni prince, ni sujet,
      Qui ne t'ait pour unique objet.
      Nous autres nourrissons, si pour fruit de nos veilles
      Un bruit délicieux ne charmait nos oreilles,
      Si nous ne nous sentions chatouillés de ce son,
      Ferions-nous un mot de chanson ?
      Ce qu'on appelle gloire en termes magnifiques,
      Ce qui servait de prix dans les jeux olympiques,
      N'est que toi proprement, divine Volupté.
      Et le plaisir des sens n'est-il de rien compté ?
      Pour quoi sont faits les dons de Flore,
      Le Soleil couchant et l'Aurore,
      Pomone et ses mets délicats,
      Bacchus, l'âme des bons repas,
      Les forêts, les eaux, les prairies,
      Mères des douces rêveries ?
      Pour quoi tant de beaux arts, qui tous sont tes enfants ?
      Mais pour quoi les Chloris aux appâts triomphants,
      Que pour maintenir ton commerce ?
      J'entends innocemment : sur son propre désir
      Quelque rigueur que l'on exerce,
      Encore y prend-on du plaisir.
      Volupté, Volupté, qui fus jadis maîtresse
      Du plus bel esprit de la Grèce,
      Ne me dédaigne pas, viens-t'en loger chez moi ;
      Tu n'y seras pas sans emploi.
      J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique,
      La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien
      Qui ne me soit souverain bien,
      Jusqu'au sombre plaisir d'un coeur mélancolique.
      Viens donc ; et de ce bien, ô douce Volupté,
      Veux-tu savoir au vrai la mesure certaine ?
      Il m'en faut tout au moins un siècle bien compté ;
      Car trente ans, ce n'est pas la peine.
      Jean de LA FONTAINE   (1621-1695)

  • Vœux 2018

    Macron n’aurait pas dit mieux, et pour nos très distingués économistes ( ceux-là même qu’on voit à la télé ) d’ajouter que " même travailler pour des clopinettes, vaut toujours mieux que de ne pas travailler "

    Pour bien commencer l’année :
    Conscient de l’impact d’une forme des plus détestables de la pudibonderie qui frappe le mental de milieux visiblement très médiatisés comptant parmi les plus nauséabonds, il me paraît opportun de rappeler que si l’ironie et l’impertinence sont un genre majeur de notre culture, il est humainement bien plus essentiel, attendu que la mort est absence de sensation, pour les femmes qui aiment les hommes et les hommes qui aiment les femmes d’avoir présent à l’esprit que le plaisir dans une société hautement civilisée est la racine de la morale ;
    cela s’entend de ne point accorder le moindre crédit à l'imagerie doloriste dessinée par le lamento de « féministes porcin ou de boudoirs » dont la peur irréductible du sexuel dans la société, sinon peut-être plus particulièrement le refus d’admettre la sexualité des hommes *1, ne se priveraient pas, pour toutes fins, de jeter les Amours dans les fosses septiques au profit de la procréation si chère à nos économistes patentés main dans la main avec la représentation des hiérarchies monothéistes en mal de croissance démographique quand au demeurant, nulle personne ne devrait pas vraiment ignorer qu’il n’est pas de vrai bonheur autres que jouir sans se nuire ni nuire à autrui ?
    *1 - bien que le rapport au sexuel des femmes et des hommes s’est considérablement rapproché, depuis la fin des années cinquante du siècle dernier, dû aux bien réelles libertés individuelles obtenues contre les religions et en suivant grâce à une meilleure maîtrise de la contraception -


    Durant cette nouvelle années, ne pas manquer une seule occasion de signifier urbi et orbi que le féminisme est envers et contre tout universel ainsi que tout bien pesé la laïcité sans adjectif
    - en convaincre Macron n’est pas gagné... ni auprès des partisans d’un grotesque statut de première dame de France, d’ailleurs -

    Ainsi prendra corps l'année nouvelle, elle n'en sera que meilleure à souhaits pour les incroyants ou les sans religion*2 tous, à des degrés divers ou d’Été, toujours et toujours en quête de nouveau
    *260 % de nos compatriotes sont sans religion -

    Néanmoins, dans un but humanitaire des plus louables, à seule fin de ne pas laisser les croyants nos meilleurs ennemis sur le bord des chemins bourrés de traîtresses ornières ni se perdre aux croisements des allées marqués par la solitude figée d’insidieux calvaires, rien n’interdit dans notre grande bonté de leur proposer, non pas, à l’orée des bois de bordures, de cueillir quelques-uns dans un ensemble affriandant de champignons vénéneux – mais de manière préférentielle, n’est-il pas concevable de dire distinctement à ces braves gens ( pas tous ) au lieu de se pétrifier dans de vains espoirs ou encore de se déposséder pour des lendemains incertains, de consacrer ainsi qu’une exigence première la volupté heureuse - de prendre un temps précieux pour se familiariser avec " L’œuf et la poule " ? - Suites :
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/10/luf-et-la-poule.html
    CRAB

  • Laïcité " entaché "

    Aurélien Taché


    Le président Macron n’a reçu aucun des représentants de l’athéisme ni aucun représentant des associations laïques ?
    60 % de nos compatriotes sont sans religions, c’est tout l’art de les prendre pour des andouilles, de les traiter avec le plus grand mépris quand le président Emmanuel Macron reçoit jeudi dernier ( 21 décembre ) à l’Élysée les représentants des cultes ( catholique, protestante, orthodoxe, musulmane, juive et bouddhiste ), devant lesquels il a affirmé que la « République est laïque » mais « non la société », et s’est dit « vigilant » face au risque d’une « radicalisation de la laïcité », ont indiqué à l’AFP deux d’entre eux.
    La société n’est pas que religieuse puisque 60 % de nos compatriotes sont sans religion, et c’est se moquer du monde de remettre sur le tapis l’enseignement laïque des faits religieux sans prévoir en contrepartie l’enseignement laïque du fait athéeest-ce ainsi que le président Macron entend lutter contre les discriminations ou le sectarisme ?

     
     

    Il ne risque pas d’être contredit par une gauche inexistante qui n’avait, au pouvoir, jamais cessé de trahir la laïcité, ni par une droite rétrograde que, dans l’actualité, représente Aurélien Taché, député LREM qui déclare à qui veut bien l’entendre : “ Certains confondent aujourd’hui laïcité et athéisme militant ”
    - mais lui que sait-il au juste de la laïcité sans adjectif définie par la loi de 1905 ?
    Il ne se soucie guère de la rétablir ou de la faire respecter ( suite 1 ) car suivant les « bonnes manières » en usages dans la classe politique habituée à nier les réalités de notre société, il s’essaie, à titre personnel, à faire passer les athées pour des crétins - hors, que sait-il au juste de l’athéisme ? Rien,
    mais inutile de s’étendre, pour, sur le champ, s’intéresser à une loi qui clairement ne privilégie ni les philosophies de l’athéisme ni les idéaux des religions du monothéisme ( et autres ) pour que prédomine sur les convictions intimes des uns et des autres la loi commune de l’État de Droit susceptible de garantir la liberté de la pensée et le principe du débat contradictoire - CRAB

    Suite 1 : Le bouffon de la République
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/le-bouffon-de-la-republique.html

    Suite 2 : Observatoire de la laïcité

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/09/observatoire-de-la-laicite.html

    Suite 3 : Contre les assauts théocratiques - suite 2

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/12/contre-les-assauts-theocratiques-suite-2.html

    Déroulé d’articles :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=La%C3%AFcit%C3%A9

  • Marlène Schiappa et les autres

    De l’audace, toujours de l’audace
    Emmanuel Macron, scandaleusement, hypocritement, lâchement silencieux tout au long des semaines de ce qui n’était pas une simple polémique entre Charlie Hebdo et Edwy Plenel, entendait, nous dit-on « dépassionner » le débat sur la laïcité quand il s’agit de la rétablir et de la faire respecterhors, sans langue de bois Marlène Schiappa, devant les franc-maçons du Grand Orient de France, a souligné elle que « la laïcité ne peut pas être une simple déclaration d'intention », « c’est un combat politique ! ».
    « la laïcité, point »
    « C’est parce que la République française est laïque qu’elle affirme que l’excision est une mutilation gravissime, jamais une coutume ni une tradition, et qu’il est impossible de pratiquer quelque acte que ce soit sur le corps des femmes en dehors de leur consentement, partout dans le monde, sans relativisme culturel ou religieux »
    « les institutions religieuses ne doivent obliger aucune femme, nulle part, jamais, à rien ».
    « Nous devons empêcher qu'au nom de la religion, on interdise dans la République française, à des garçons et des filles de se tenir la main à l’école, qu’on arrange des mariages, qu’on empêche des femmes de disposer librement de leur corps en culpabilisant le recours à l’IVG, qu’on séquestre des jeunes filles, qu’on enferme des corps dans des grilles de tissus ». Marlène Schiappa

    La république française est laïque, elle n’est pas incroyante ni croyante - CRAB

    « La laïcité, ce n'est pas l'œcuménisme.Ce n'est pas un gâteau que l'on partage entre les différentes religions, en distribuant un morceau aux non-croyants,, (…) C'est la laïcité qui permet d'éviter la communautarisation de la société. C'est elle qui fait que nous sommes une nation unique, un peuple unique, et pas un mille-feuille, les " Village People " ou une addition de communautés ». Marlène Schiappa


    Suite : Le bouffon de la République
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/le-bouffon-de-la-republique.html

  • La laïcité en Novembre 2017

    Liminaire

    Bien des choses pourraient changer ne serait-ce qu’en acceptant avec un minimum d’humilité l’idée que nos actes sont la cause de notre avenir car depuis Émilie du Châtelet femme des " Lumières " les progrès plus efficients de la science permettent d'expliquer le monde de manière de plus en plus satisfaisante ou convaincante sans recours à aucun dieu

    .

    La laïcité

    Cependant, sur les politiques préventives face à la radicalisation ou à l’inquisition musulmane

    " La laïcité n'est pas une déclaration de guerre aux religions ", déclare Bernard Cazeneuve

    Rappel :

    Décidément, l’ex-ministre, ainsi qu’avant lui ses prédécesseurs, mais aussi son successeur affecte d’ignorer que le voile 1 n’est pas un signe ostensible religieux mais rien de plus qu’un drapeau misogyne, que les prières de rues peuvent-être entièrement évitées - il suffit que les musulmans prévoient plusieurs offices quand la salle de prières est trop petite, mais aussi de prier chez-eux...

    1 Je ne devais pas le dire ni l’écrire : ce n’est pas-écrit dans l’Ancien Testament, ni dans le Nouveau Testament, ni dans le coran que le bikini est porté par les femmes – nul part il est-écrit que le bikini ne doit pas nécessairement être porté par les femmes - et donc le bikini les femmes le porte maintenant -

    .

    Béance sémantique

    Désinformer ou nier les réalités de notre société est l’art majeur de nos ministres qui finissent par croire qu’ils ont cueilli dans l’arbre toutes les pierres engendrées par la pierre de Inne afin d’oublier au plus vite que de 52 % de nos compatriotes ont choisi l’abstention lors des dernières élections ;

    en vérité, il n’y pas un ministre pour en rattraper un autre, attendu que dans notre pays laïque où plus de 60 % des populations sont sans religions ce sont les chefs ou représentants des hiérarchies monothéistes qui sont mécaniquement consultées dès qu’il s’agit, pour le Gouvernement, de réaliser un projet de loi sociétal – mais jamais ne sont invités les représentants d’organisations athées ou agnostiques

    Rappel : rien ne justifie que le Gouvernement d’un pays laïque consulte les chefs religieux – les convoquer, c’est bafouer le principe même de la laïcité qui par le biais de la loi de 1905 ne privilégie ni les incroyants ni les croyants

    .

    Tragi-comique

    Comble de l’indélicatesse ou de la malhonnêteté morale de « nos » gouvernants successifs l’histoire du fait religieux a été introduite par concussion dans les programmes scolaires par le Gouvernement précédent sans acter, en contrepartie, l’enseignement de l’histoire des philosophies de l’athéisme

    Qui peut dire si l’on verra un seul enseignant faire observer à ses élèves que le coran est un livre qui ne permet pas d’acquérir des connaissances puisque de la première à la dernière page le texte ne comporte que des injonctions ? - ce qui en outre en fait une religion extrême de l’irresponsabilité ;

    qu’en outre, il est impossible de trouver plus misogyne dans tous les « textes sacrés » puisque la « parole divine » de l’intransigible coran autorise la polygamie sans permettre pour les femmes l’équivalent ayant force loi -

    Une enseignante osera expliquer que Marie s’est faite violée par un soldat de passage et que sa famille à peine plus urbaine que la moyenne pour lui éviter la lapidation inventa la grossesse de leur fille par le Saint-Esprit, pas sûr qu’elle en trouve le courage

    Lesquels des enseignants feront observer que le dieu des croyants parmi les juifs fait de la femme une pécheresse et de l’homme à son coté un légume ?

    .

    Enfin qui, à l’école, dira aux écoliers que l’invention monothéiste est la racine du pire des sectarismes jamais inventé par des barbares totalement incultes – et que pour l’essentiel, les religions du monothéisme s’accordent ou se concurrencent pour écraser les femmes [ ??? ]

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/05/lectures-comparees_10.html

    .

    Chantre des simples d’esprits et plus accessoirement des « sans-dent » Martin Hirsch mériterait la palme d’or de l’abêtissement sacralisé au plus haut degré, " quand des Français de souche appelleront leur enfant Mohamed on pourra enfin parler d’intégration réussie " avait-il solennellement lancé urbi et orbi

    Problème : il y a au moins un chômeur dans chaque famille, par conséquent ce sont tous nos compatriotes qu’il faudra intégrer et vite, bref, rien qu’en métropole, ça fait beaucoup de Mohamedsans compter que ce bon samaritain féru de sacré oublie le plus naturellement du monde de prénommer les femmes – phallocratie sacralisée par le coran et la sharia oblige

    Pas du tout navré, je préfère les prénoms qui caractérisent à des degrés divers l’insoumission, soit pour les femmes : Salomé, Apolline ou Judith et pour les hommes : Axel, Floriant ou Carles – faudra vous y faire mon bon monsieur

    .

    Un procès d’intention des plus injustes a été fait à Manuel Valls interrogé sur l'appel à " rendre gorge " qu'il avait, avec juste raison, lancé à propos de Médiapart et du ouistiti-moustachu ( Edwy Plenel ) bien connu du milieu néo stalinien ou encore des mouvements déviants islamo-gauchistes, il a assuré " ne pas regretter de l'avoir dit " car " rendre gorge, c'est faire recracher les insultes qu'on vous jette au visage " - il faudra bien que l’opprobre change de camp mérite d’être ajouté...
    ( Néanmoins, et c’est bien regrettable, il n’a pas rétabli la laïcité quand il était Premier Ministre )

    Rappel : mercredi dernier ( 22 Novembre ), sur ce même sujet Christophe Castaner macronien de service avait subjugué Bourdin 2 en déclarant que " l’islam est une religion de bonheur comme la religion catholique "

    2. Sur le moment, j’ai cru que le bien-heureux Bourdin allait s’évanouir....

    .

    Suites : Aphorisme

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/aphorisme.html

    .

    Suites 2 : Le bouffon de la République

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/le-bouffon-de-la-republique.html

     

     

  • Prières de rue - 2017

    « Les convictions sont des ennemies de la vérité plus dangereuses que les mensonges » Friedrich Nietzsche - [ Humain, trop humain ]

    Dans notre République laïque plus de 60 % de nos compatriotes sont sans religion avec une majorité athée

    Prières de rues : on n’y coupe pas rebelote et rebelote
    Lâcheté ou manque de lucidité de la majeure partie de « notre classe politique » : Faut-il, sans cesse, rappeler que dans les pays musulmans ( modérés ? ) qui donc ne sont pas l'État islamique sont assassinés ou emprisonnés les athées et les homosexuels – que dans ces mondes dominés par des musulmans les femmes sont privées de liberté ?

    La laïcité, une fois de plus, bafouée
    Hier, un avocat défendeur des associations musulmanes convoqué pour débattre sur le plateau de BFMTV, sans que cette chaîne de télévision coutumière du fait n’aie recours à un contradicteur athée ou encore à un défenseur de la laïcité qualifié a donc monopolisé la parole pour justifier les prières de rue en avançant l’argument rabâché depuis plus de quinze ans, c’est-à dire : l’occupation de la rue est due à l’insuffisance de place dans la mosquée locale
    ( en attendant la construction d’une mosquée de remplacement dont en outre qu’ils aimeraient, ce qui est un comble et une atteinte à la laïcité, voir financer avec les deniers de tous les contribuables )
    De ce fait, personne pour faire observer à cet avocat sans contradicteur que c’est au musulmans de s’adapter en faisant plusieurs offices au lieu d’encombrer l’espace public sans omettre de parler des personnes chez-elles dans cette rue qui estiment ne pas avoir à subir devant leurs fenêtres chaque vendredi l’exhibition cultuelle d’une des minorités religieuses... quand, en outre, sur le fond, nulle personne ne peut ignorer que par le biais de ses « textes sacrés » cette religion place les lois de son dieu au-dessus des lois communes, d'où l'impossibilité d’exercer le culte tout en adhérant aux valeurs communes d’une Nation Laïque - CRAB

    En 2011 j’écrivais : Prières de rue et l'argent public
    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2011/03/30/0-prieres-de-rue-et-l-argent-public.html

    Suites 2 : Soad Baba Aïssa, la voix de la raison
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/la-voix-de-la-raison.html

    Suites 3 : Fawzia Zouari et les autres
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/fawzia-zouari-et-les-autres.html

  • The time to tweet - Saison 8 et +

    Tweets ou citations

    Athéniens. Que devez-vous faire, pour suivre sans embarras ma discussion sur l'illégalité ? Je vais vous le dire : Examinez à quelle classe appartient l'homme qui fait l'objet du décret. Est-il étranger, métèque ou citoyen ? Si nous l'appelons métèque, nous ne dirons pas la vérité. Si nous l'appelons étranger, nous aurons tort, car le bienfait du peuple qui lui a donné la qualité de citoyen constitue pour lui un droit acquis et irrévocable. Prenons-le donc comme citoyen et parlons de lui en conséquence. Extrait de Démosthène contre Aristocrate  ( 476, avant notre ère )

    L’athéologie est la langue de la pensée, l’athéisme est l’expression de la volonté de ne jamais cesser de penser - CRAB

    "Ce qu’il y a de grand dans l’homme, c’est qu’il est un pont et non un but : ce que l’on peut aimer en l’homme, c’est qu’il est un passage et un déclin. Nietzsche

    Rien ne naît de rien et rien n’a de fin attendu que « la fin d’un processus » est toujours le début d’un autre - CRAB

    Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert Einstein

    Pourquoi certaines personnalités très médiatisées, sans relâcher, s’évertuent à parler d’effondrement spirituel de notre époque alors que les religions n’ont jamais eu le monopole de la spiritualité ?
    La spiritualité, c’est la vie de la conscience, en tant qu’athée libertin-libertaire et non athée chrétien les religions ne me concernent que pour les détester ou les déconstruire ou encore, à leur dépends, me livrer en permanence à la recherche de l’éthique dans tous les domaines d’activités de notre société - CRAB

    Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou. Friedrich Nietzsche

    L'athéisme comme expérience, et exigence ultime, de la raison - CRAB

    Dieu a tout créé. Dieu a créé le sexisme. Mais Dieu a aussi créé l’anti-sexisme. Avec tout le respect que je lui dois, Dieu est un sacré fouteur de merde [ ? ]

    Par combien de périodes d’atermoiements faudra-t-il passer pour enfin obtenir dans les filières de la philosophie la place qui revient aux philosophes de l’immanent, dont, notamment, Épicure, Lucrèce, Casanova et Nietzsche ? - CRAB

    Dieu [ aujourd’hui, Macron ] a dit : " Je partage en deux, les riches auront de la nourriture, les pauvres de l'appétit." Coluche

    Le mot progrès n'aura aucun sens tant qu'il y aura des enfants malheureux.
    Albert Einsteinet des pauvres - CRAB


    L'Économie n’est pas une science exacte, sinon nous serions tous riches ! En revanche économiste est un bon gagne-pain - CRAB

    L’autruche, quand il faut voler, dit: « Je suis chameau » et quand il faut porter un fardeau, elle dit: « Je suis oiseau » : proverbe turc illustrant la paresse.
    Note : en turc, l’autruche se dit : l’oiseau-chameau.

    Dans toute l’histoire de l’humanité il n’y a jamais eu qu’un seul et même miracle : le chant lyrique, la musique et la danse
    Chanter est l’acte le plus impudique qui soi, c’est, pour l’artiste lyrique se montrer nu devant le public –
    CRAB


    Le blasphème est la quête de nouveau, un antidote à la perversion des relations entre femmes et hommes véhiculée par les religions monothéistes dont la pire de toutes est colportée par le coran et ses annexes – CRAB

    Nique la pudibonderie : Le NU, c’est l’animal humain dans sa plus belle robe – CRAB

    La pudeur, c'est faire preuve de retenue et non de s’exhiber en public affublée en tenues islamiques CRAB

    L’Islam n’est pas une identité mais une religion et qu’en matière de croyance, il n’y a point de place pour l’hérédité, même en Islam - CRAB

    Le voile n’a pas d’autre fonction que de servir d’emballage à la musulmane comparée à un objet sexuel - CRAB

    Voilée ou violée, telle est la devise de Tarik Ramadan - CRAB

    Rien n'est perdu, l'islam disparaîtra aussi vite qu'il est venu polluer nos sociétés. CRAB – Vidéos ( 2 ) :
    La sincérité têtue de l’anti-star
    http://blvids.free.fr/Isabelle_Adjani_extrait.mp4

    Confession extrait
    http://blvids.free.fr/V%C3%A9nus_%20confessions.mp4

    Affaire T.Ramadan : " Ce que dit Edwy Plenel est vraiment pathétique ". Riss

    Entièrement d'accord, c'est la fin de l'islamosphère - CRAB

    Tous les chats sont mortels. Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat. Ionesco idem le terroriste musulman est un martyr - CRAB

    " Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas ; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur ". Sénèque
     
    Depuis longtemps la majeure partie des gauches trahit la laïcité, mais du coup aussi Les Droits de la Femme et de la CitoyenneCRAB

    Ce ne sont pas les religions qui ont inventé le féminisme ni l’athéisme chrétien mais la spiritualité athée libertine-libertaire CRAB

    E=mc2

    Le verbe aimer est difficile à conjuguer : son passé n'est pas simple, son présent n'est qu'indicatif, et son futur est toujours conditionnel. Jean Cocteau

    Le mariage est le tombeau de l’amour et de la fortune. Olympe de Gouges

    Leur mariage étant le plus beau jour de leur vie - conséquence : divorcent au petit matin du jour suivant - CRAB

    L’infidélité, c’est la sincérité qui se déplace, la fidélité, c’est renoncer au sexuel pour sacraliser l’amour de la fourchette – CRAB

    Le patriotisme, c'est aimer son pays. le nationalisme, c'est détester celui des autres. Charles De Gaulle

    Dans notre société, quand un d'Ormesson raconte qu'avec Napoléon ( auteur d’un code civil hyper-misogyne ), c'est l'idée que la république monte sur le trône, cela donne une idée de la perte de sens ou des valeurs par une partie '' bien vieillissante '' d’une « élite » plus passionnée par une vision déiste de la mort que par la pulsion de vie qui imprime, en chacun de nous, le goût de la liberté - CRAB

    Suites :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/05/the-time-to-tweet-saison-7-et.html

  • L’œuf et la poule

    L’Homme n’est pas un but mais un pont. Nietzsche

    Toujours d’actualité :

    Ces hommes et ces femmes qui, depuis l’Antiquité à nos jours, participent à humaniser notre monde car, quelque soit la forme choisie, à travers leurs écrits en accord avec leur comportement individuel ils n’ont pas craint de transgresser tous les tabous qu’imposent tous les régimes totalitaires ou pudibonds qu’engendrent, selon les saisons, les mondes totalement empartriarqués

    CRAB.jpg

    Acrylique sur toile : CRAB

     

    Je suis un optimiste lucide - à vous de choisir : êtes-vous plus proche des idéaux du dessinateur mondain et bobo Plantu ou du réalisme et de l’humour du caricaturiste Charb ?

     

    Pour moi, c’est tout choisi :

    Plantu, non - Charb, oui -

    Platon, non - Démocrite, oui -

    Aristote, non - Ésope, Épicure et Lucrèce, oui -

    Holopherne, non - Judith, oui -

    Jean-Baptiste, non - Salomé, oui -

    Descartes, non - Locke, oui -

    Leibniz, non – Gassendi, oui -

    Antoine de la Furetière, non - La Fontaine, oui -

    Anne D’Autriche, non - Ninon de Lenclos et Christine de Suède, oui -

    Voltaire non - Émilie du Châtelet et Jean Meslier, oui -

    Kant, non - Casanova, Francesca Bruni, Mozart, Da Ponte, Darwin et Helvétius, oui -

    Hegel, non - d’Holbach, oui -

    Robespierre, Danton et Fouquier-Tinville, non - Olympes de Gouges, oui -

    Jésus Christ, non - Lou Salomé et Nietzche, oui -

    L’Église, non - Georges Sand, oui

    Sartre et Simone de Beauvoir, non - Albert Camus et Élisabeth Badinter, oui -

    Jean Coumaros, Maurice Georges et Flornoy, non - Neuwirth, oui -

    Jean Foyer, Michel Debré, Philippe Gosselin, non - Mai 68, Gisèle Halimi, Simone Veil et Axelle Lemaire, oui

    L’islam, Esther Benbassa et Dounia Bouzar, non - Hypatie, Karam Saber, Margot Wallström et Céline Pina, oui -

    Voiles islamiques et burqa, non - Élisabeth Badinter et Robert Badinter, oui -

    Christine Boutin et Ludovine de La Rochère, non - Laure Pora et Sérénade Chafik, oui – etc. ect. ect.

     

    Vidéo : L’œuf et la poule

    http://blvids.free.fr/Loeuf_et_la_poule_integrisme_religieux_et_intolerance.mp4

     

    Sérénade Chalik.png

     

    Suites 1 : Lectures comparées

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/05/lectures-comparees_10.html

     

    Suites 2 : Athées et sans religions

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/10/athees-et-sans-religions.html

     

    Suites 3 : Genre - une théorie ?

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/02/genre-une-theorie.html

     

     

  • Signes ostensibles religieux - suite

    " Dans le combat féministe, chaque geste du quotidien est un geste politique " - Titiou Lecoq ( romancière, auteure de Libérées – Ed. Fayard ) -

    Quand la religion s'invite dans l'entreprise par Denis Millard
    Un chauffeur manutentionnaire refuse, au nom de sa religion, de transporter de l’alcool. Un conducteur de bus n’accepte pas de toucher le volant si c’est une femme qui l’a précédé. Un autre ne veut pas leur serrer la main. Une aide à domicile met un point d’honneur à ne pas acheter la tranche de jambon pour la vieille dame dont elle s’occupe. 
    Voilà les cas concrets auxquels Denis Maillard,  spécialiste des questions sociales et des mutations du travail, dans un cabinet de conseil spécialisé dans la prévention des risques professionnels, doit faire face depuis quelques années. 
    Comment un patron doit-il réagir  ? Comment gérer ces comportements  sans stigmatiser l’employé  ? Quel rôle doit être celui des syndicats  ? Soutenir le salarié coûte que coûte au risque de laisser le religieux s’immiscer dans les relations internes à l’entreprise  ? Ou sembler l’abandonner  en prenant fait et cause pour le patron  ? La laïcité s’arrête-t-elle aux portes de l’entreprise  ? Ou, au contraire, y a-t-elle droit de cité  ? 
    C’est à toutes ces questions que Denis Maillard doit répondre dans un monde du travail de plus en plus instable. Au travers d’une myriade d’exemples, ce spécialiste offre une démonstration implacable. 
    La situation est aujourd’hui intenable et pose une question essentielle pour faire face aux revendications identitaires  : à quelles conditions peut-on encore travailler et vivre en commun  ? - éditeur - Fayard


    Trahison coutumière de la gauche au pouvoir ou dans l’opposition
    La religion s'invite dans l'entreprise, non c’est faux - c’est exclusivement le fanatisme musulman qui tente de s’imposer dans l’entreprise ainsi que dans toutes les collectivités ou institutions publiques de notre pays
    Laïcité vient du grec et désigne ce qui est commun
    Certifié par la gauche au pouvoir qui, depuis des décennies, n’en est pas à une première dans la trahison de la laïcité ou par électoralisme ne se prive jamais de brader l’égalité femmes-hommes au nom de la défense de ces pauvres hères venus d’ailleurs, d’une autre culture, et qui donc ne savent pas ces braves innocents ( grands esclavagistes devant l’éternel, mais avant tout ex-colonisés – n’est-ce pas, ça fait mieux - ) que la femme n’est pas inférieure à l’homme – à pleurer –

    Mais à présent, que fait Macron ?
    Hors, nul ne peut ignorer que le voile dit islamique n’est pas un signe ostensible religieux musulman mais est le pire des signes d’infériorisation de la femme - ce qui n’a pas empêché M. El Khomri ( née à Rabat au Maroc ) alors ministre du gouvernement d’Hollande de l’autoriser sous condition dans l’entreprise, ni ce même gouvernement d’en autoriser le port pour les accompagnatrices des sorties organisées par les écoles laïques J’insiste, persiste et signe : Mais à présent, que fait Macron ? - CRAB

    Suites 1 : Laïcité – Octobre 2017
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/laicite-octobre-2017.html

    Suites 2 : déroulé d’articles
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Signes+ostensibles+religieux

  • Laïcité – Octobre 2017

    Comble de l’indécence

    La mort est absence de sensation - mal agir ou bien agir, nul ne sera ni puni ni récompensé

    Piqûre de rappel : durant la période où elle était candidate à la présidence de la république, alors que dans notre pays 63 % de nos compatriotes sont sans religion et 61 % estiment que l’on accorde trop d’importance aux religions, Eva Joly, pas jolie-jolie du tout, dont les facultés de jugement sont quelques peu équivoques, voire peu honorables, et qui n’en n’est jamais à un oxymore près, avait proposé, un jour férié pour le judaïsme et l’islam, mais pas de jour férié pour l’athéisme ni pour l’agnosticisme

    Jean-Louis Bianco, éminent symbole de la trahison de la laïcité par la gauche est reconduit à son poste de directeur de " l’observatoire de la laïcité " ou jusqu’à présent « il n’a jamais rien observé » - sinon de fermer les yeux à tous les assauts théocratiques émanant pour le principal de milieux musulmans ce qui n’a pas manqué de laisser le champ libre aux prétentions de l’islamosphère
    Durant les années Hollande, Jean-Louis Bianco ne s’est jamais préoccupé de rétablir la laïcité dans notre pays, hors, les questions sont toujours les mêmes et sont toujours d’actualité :
    À quand, à l’école, l’enseignement du Fait Athée en contrepartie de l’enseignement du fait religieux ?
    À quand, à la télévision publique, une matinée réservée à l’athéisme en contrepartie de la matinée réservée aux religions ?
    La Présidente de la FCPE sur CNEWS ( ce matin ) déclare qu’enseigner à l’école l’histoire des religions est important - mais curieusement ne parle pas d’enseigner l’histoire des philosophies de l’athéisme [ ? ] - serait-elle croyante ?
    Pour établir ou rétablir la laïcité : à quand la suppression du Concordat religieux en Alsace-Moselle qui permet, à l’encontre de la loi de 1905, à l’État de salarier les ministres des cultes catholique, luthérien, réformé et israélite ainsi que, sur l’ensemble de nos territoires, mettre fin au aux subventions accordées à des écoles confessionnelles ? - CRAB -

    Suites : Au nom du ciel
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/02/au-nom-du-ciel.html