Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

féministes

  • MESSALINE

    Georges-Antoine Rochegrosse - 1916 -
    .
    Messaline, née le 17 de notre ère à Rome - décède exécutée en 48 dans les Jardins de Lucullus à Rome

    [ Elle n’eut pas la chance d’avoir pour avocat Hypéride. - CRAB - ]

    I

    Liminaire
    D’après Jean-Noël Castorio, Messaline, ainsi que Julie, Agrippine, ou plus tard Théodora, la figure par excellence de la concupiscence sans limites, du désir féminin incontrôlé et incontrôlable, et ne cessera de hanter l'imaginaire occidental à partir de la fin du Moyen Âge

    I




    Extrait de " Femmes Célèbres "
    Messaline vivait aussi dans un contexte où les orgies et les intrigues n’étaient pas rares, elle allait peut-être tout simplement un peu plus loin que les autres.
    Messaline avait une conception du libertinage très particulière : elle incitait les jeunes femmes à s’abandonner à leurs amants, au cœur même du palais impérial.
    Mais elle ne s’arrêtait pas là : elle obligeait leurs maris à assister à la scène.
    S’ils acceptaient, elles les récompensaient. Sinon, elle en faisait des ennemis mortels.
    Sans faire de la psychologie de comptoir, on peut quelque part admirer le courage et la conviction libertine de Messaline : en quelque sorte, elle humiliait les figures masculines par excellence, les maris qui retenaient en “otage” leur épouse dans le foyer familial…



    Souvent décrite comme nymphomane, Messaline était peut-être tout simplement une adolescente souhaitant vivre pleinement, une amoureuse passionnée à qui la vie a joué des tours… - Fin de l’extrait



    I

    Messaline mourra de ne pas-être la femme d’un seul homme
    les polissonnes sont des femmes libres et audacieuses qui, en dépit du péril dans une société machiste, osent tout ! - Pierre Lunel -

    I

    Mais ces femmes qui prennent leur place dans la communauté sociale et politique ne sont pas du goût de Caton qui demande aux hommes encore un effort :
    Romains, si chacun de nous avait eu soin de conserver à l'égard de son épouse ses droits et sa dignité de mari, nous n'aurions pas affaire aujourd'hui à toutes les femmes.»

    I

    Impératrice des sens : La femme ou « la petite louve » qui aimait les-hommes
    Qui savait mieux que Messaline que la mort est-absence de sensation, Elle qui n’a pas réussie à se suicider ?
    J’aime bien Messaline, car ainsi qu’Olympe de Gouges, je considère depuis mon plus jeune âge que le mariage est le tombeau de l’amour, donc si j’avais vécu en ces temps là, n’en déplaise à la grande famille des pudibond-e-s reliquat christiano-musulman de notre époque dont l’objectif central est d’éliminer le sexuel de la société, j’aurais sûrement fait parti - je vous laisse deviner
    Messaline incarne quelque chose de la difficile émancipation et surtout parce qu'elle a marqué son temps ainsi que le feront bien plus tard par exemple Ninon de Lenclos, Émilie du Châtelet, Olympes de Gouges, Georges Sand, Suzanne Valadon, Marie Curie, Susan Travers, Peggy Guggenheim, etc. etc.
    Messaline ne peut se réduire à cette figure de dévergondée et nymphomane que les « historiens » de l’antiquité dominés par leurs fantasmes et leurs convictions ont construit pour faire rire la galerie, car on ne peut-ignorer qu’ils avaient pour premier souci de distraire – donc des historiens plus amuseurs publics qu’historiens au sens où nous l’entendons de nos jours
    Hors, il est-un fait, toutes les statues de Messaline ont été détruites et son nom effacé des édifices publics et des documents après son exécution – il peut se voir là la preuve que la société patriarcale romaine, ( patriarcale, du moins une réalité, du point de vue juridique ), car la femme romaine était loin, au quotidien, d’être une « femme objet », dans la mesure où discrètement dans l’aristocratie l’infidélité bien partagée était-une constante du couple marié - cependant, cette société n’a pu admettre en son sein et surtout au pouvoir une femme émancipée, libertine qui scandaleusement osait être au vu de tous et de toutes - 01 - CRAB

    .

    Suites : Salomé
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/08/salome.html

    .

    01 : Dis-moi Vénus, quel plaisir trouves-tu à faire cascader la vertu. - la belle Hélène - Offenbach - Suite :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/03/realiser-un-feminisme-libertin_16.html

    .

    Suites 3 : articles citant Ninon de Lenclos
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Ninon+de+Lenclos

    .

    Suites 4 : Elle a un peu plus de seize ans, et elle est ...
    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2012/01/22/2012-l-egalite-femmes-hommes.html

  • Contre ce que femme veut tous les dieux sont-impuissants

    Contre les dieux, ce que femme veut, elle le prend pour le rendre à toutes les femmes - CRAB

    .

    Irak : une jeune femme à vélo brave les tabous à Bagdad

    Pour faire entendre la voix des femmes, une jeune Irakienne circule à vélo dans les rues de Bagdad.
    La petite reine de Bagdad. Au mépris des tabous, une jeune Irakienne de 25 ans s'est promenée ce lundi à vélo dans le centre de Bagdad, accompagnée de dizaines de jeunes, pour promouvoir les droits de la femme dans un pays pétri de traditions. «Assez de la peur : les femmes devraient faire valoir leurs droits et s'en servir, car nous sommes la société», a déclaré Marina Jaber en expliquant sa démarche, applaudie par de nombreux passants.

    .

    Se libérer du regard des autres
    En Irak, il n'est pas formellement interdit aux femmes de monter à vélo. Mais cette pratique est rare car socialement mal tolérée. «Nous revenons de Rachid street (une rue animé du centre-ville, ndlr) et la seule chose que nous avons entendue c'était "l'Irak va quand même bien", raconte la jeune artiste-peintre, diplômée en nutrition. «Je suis très heureuse, je réalise que notre société n'est pas si rétrograde, les gens nous encouragent», sourit-elle.

    Un succès fou sur les réseaux sociaux

    .

    Depuis quelques semaines, les photos de cette musulmane aux longs cheveux bruns déambulant à vélo dans les rues de Bagdad créent la sensation sur les réseaux sociaux. Le compte Instagram de Marina compte aujourd'hui plus de 29.000 abonnés.

    .

    Sur l'un de ces clichés, Marina dépasse un vieil homme à vélo qui lui jette un regard noir, visiblement choqué.

    Marina a fait des émules chez les jeunes femmes de Bagdad. Parmi elles, Mina, 25 ans, venue se joindre à la promenade de lundi, dans l'espoir de faire avancer les mentalités. «Quand j'étais enfant j'avais un vélo, j'en faisais toute la journée. Mais quand j'ai eu 10 ans, ma famille a commencé à me l'interdire, je ne comprenais pas pourquoi. Plus tard j'ai réalisé que c'est parce que j'étais une fille», confie-t-elle. Une bien triste réalité. - Sources : LAPARISIENNE

    I

    Suites : Les-audacieuses
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/les-audacieuses.html

     

  • 21 rue de la Boétie

    Chaque fois que l’art ou le regard porté sur l’art change, c’est que la société change, sinon, c’est que la société a profondément changé

    0-Renoir et Picasso.png

    Renoir et Picasso

    01_vigée lebrun et marie laurencin.png

    Louise-Élisabeth Vigée Lebrun et Marie Laurencin
    .

    Aimer Renoir c’est-aimer Picasso ou encore adorer Louise-Élisabeth Vigée Lebrun c’est adorer Marie Laurencin
    Au grand dam des « féministes » de pacotilles, des antisémites, des islamo-gauchistes ou encore des pro-palestiniens anti-sionistes, Anne Sinclair, petite fille de Paul Rosenberg marchand de tableaux, femme de culture a de bonnes raisons, en temps que citoyenne et républicaine, d’aimer son grand-père - dans ce même état d’esprit de citoyenne et de vrai républicaine, profondément démocrate digne héritière de la pensée d’Olympe de Gouges, Élisabeth Badinter, fille de Bleustein-Blanchet publicitaire de génie qui fit connaître de toutes les femmes la très créative invention du bas nylon et du collant sans couture, philosophe et femme de lettres aime son père ;
    voilà, n’en doutez point, qui fait beaucoup à encaisser pour nos très médiatisés démagos politicien-e-s ou représentants d’associations très fortement marqués d’un antiracisme des plus douteux , suivi de près par quelques-égaré-e-s qui au nom d’un « féminisme » de basse-cour en oublie régulièrement de se référer aux grands principes fondateurs de la démocratie pour obtenir la parité* ( * : voir plus bas sur la page )

    .

    Dans l’actualité la plus récente, l’excellent documentaire " 21 rue de la Boétie " préparé et commenté par Anne Sinclair* mériterait d’être, plus particulièrement, diffusé aux-affidés du mouvement politique « Les Républicains », sans-oublier les associations autoproclamées antiracistes ou islamo-gauchistes ni omettre de le présenter dans les officines « féministes » partisanes d’imposer la parité au nom de la loi, et qui dans leur détestation délirante d’Élisabeth Badinter ne comprendront jamais que féminisme se doit de rimer avec démocratie sous peine de ne pas s’attaquer au fond des problèmes, à savoir à titre d’exemple, notamment de fermer les-yeux sur la ressemblance de genre quand le « le monde féminin » en Pologne, dans ce pays si près et si loin de nous, on peut observer que les-enfants sortent le soir miso ou très sexistes de l'école alors que 99 % des enseignants sont des femmes – que dire, que dire, que dire... ? - CRAB
    * : Documentaire, " 21 rue de la Boétie " , diffusé sur France 5

    .

    Notes : Dans son livre « 21 rue La Boétie » (Grasset), Anne Sinclair retrace la vie de son grand-père, Paul Rosenberg. Ce marchand d'art fut l'intime des plus grands peintres du XXe siècle : Picasso, Braque, Laurencin, Matisse, ou encore Léger. Dans l'entre-deux-guerres, le 21 rue La Boétie s'impose à Paris comme l'une des galeries d'art les plus importantes d'Europe, grâce à l’œil de Paul Rosenberg. En 1940, l'homme fut obligé de s'exiler à New York pour fuir l'antisémitisme. A la fin de la guerre, de retour en France, il a découvert que la majeure partie de sa collection avait été volée par l'ERR, l'état-major nazi chargé de confisquer les biens artistiques des juifs. Source France 5

    Vidéo, extrait " 21 rue de...

    http://blvids.free.fr/Paul_Rosenberg_et_Anne_Sinclair.mp4

    I

    Suites : Odeurs d'égouts
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/05/odeurs-degouts.html

    .

    Suites 1 : Élisabeth Badinder sur la sellette
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/02/elisabeth-badinder-sur-la-sellette.html

    .

    Suites 2 : Présidentielles 2017 - suite
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/presidentielles-2017-suite.html

    .

    Suites 3 : x = un lapin rouge
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/x-un-lapin-rouge.html

  • Dieu est anti-laïque

    Suède.png

    « Féministes » suédoises

    I

    Hermès dans-un face à face avec Phaenna, mue par le plus-infernal des délires dont-il avait seul le secret n’aurait jamais pu imaginer ni raconter que des femmes qui s’autoproclament féministes du premier gouvernement féministe de Suède puissent déambuler voilées devant les mollahs et ministres Iraniens, et ainsi, sans scrupule, poignarder dans le dos toutes les-autres femmes en jetant les luttes féministes, le féminisme universel dans les poubelles d’une société théocratique musulmane qui n’a de cesse d’abaisser le statut des femmes

    I

    La cause des hommes

    L’homme inventa son Seigneur [ lire : son Saigneur ] à son-image, car il faut bien reconnaître que son dieu est plutôt un concept masculin ;

    L’homme fit de cette intelligence artificielle fruit de sa création un concept anti-laïque sans précédent - jamais-imaginé auparavant, ( que voulez-vous, faut ce qu’il faut ) ;

    L’homme dit de son dieu qu’il est si bon au point que l’on peut se demander, mais qui donc a bien pu inventer Satan [ ? ]

    .

    Extrait, du Faust de Berlioz – opéra de Paris, vidéo :

    http://blvids.free.fr/La_Damnation_de_Faust.mp4

    I

    La cause des femmes

    [ " le voile est un terrible signe d'infériorisation de la femme " - Gisèle Halimi ]

    Quand un voile brouille l’esprit des « féministes » majoritaire au sein du gouvernement suédois les mollahs jubiles, et la cause des femmes grâce à « nos grandes féministes suédoises » se trouve reléguée dans les poubelles du sexisme musulman ordinaire

    .

    Dans l’Orient simpliste, Michelle Obama, en 2015, Angela Merkel, en 2010, Madeleine Albright en 1999, toutes ces femmes ont refusé de porter le voile

    .

    Citation : « Le gouvernement suédois, qui s’est auto-proclamé « premier gouvernement féministe du monde », a rendu visite à un pays où des hommes brutaux dominent : la République islamique d’Iran », écrit l’ex- eurodéputé du LDD, journaliste et auteur Derk-Jan Eppink dans The Post Online – Fin de citation, source de l’article :

    https://fr.express.live/2017/02/22/suede-gouvernement-feministe-visite-iran/

    I

    Suites : Élisabeth Badinder et ses pourceaux d’Épicure

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/02/elisabeth-badinder-sur-la-sellette.html


     

  • Élisabeth Badinder sur la sellette

    Élisabeth Badinder.png

    Il n'y a pas deux visions de la laïcité, il n'y en a qu'une. Celle qui a été assise par la loi de 1905 - Élisabeth Badinter -

    I

    Non, Elisabeth Badinter n'a pas soutenu Marine Le Pen sur France Inter, la vraie républicaine et vraie féministe Élisabeth Badinter se voit une fois de plus diffamée par ses pourceaux et porcines d'Épicure

    I

    Le contexte
    Un article publié le 7 Février dernier par Marianne pour remettre les pendules à l'heure de la vérité contre la crétinerie sans frontière – extrait :
    Interrogée sur l’accession de Marine Le Pen au pouvoir
    Vraie républicaine et vraie féministe, telle fut sa réponse :" C'est peut-être une victoire du féminisme, c'est pas une victoire pour la démocratie."

    I

    Vérifier et réfléchir, est-ce à ce point, si dur ?
    Cette phrase pourtant limpide fut aussitôt sortie de son contexte par la légion de ses habituels pourceaux et porcines d’Épicure ou plus largement par des personnes de mauvaise volonté, toujours et toujours plus empressé-e-s les un-e-s que les autres à faire " fausse route ", au lieu de s’appliquer à prendre les chemins de traverses, certes semés d’embûches pour parvenir animé-e-s par le refus des discriminations de genre, tout en respectant les principes de la démocratie, à l’obtention dans les faits de l’égalité femmes-hommes

    I

    Source de l’article :
    http://www.marianne.net/non-elisabeth-badinter-n-pas-soutenu-marine-pen-france-inter-100249751.html

    I

    Tenir compte et réagir à la menace que fait peser sur le féminisme universel le différentialisme et le communautarisme
    Suites : Théologie apophatique de l’existence de dieu et du féminisme
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/01/theologie-apophatique-de-lexistence-de.html

     

  • Théologie apophatique de l’existence de dieu et du féminisme

    Elisabeth_Badinter.png

    Élisabeth Badinter
    I

    De « dieu » d’abord et des « féministes » dans la foulée
    Affirmer ainsi que l’écrit Simone Weil qu’il est enrichissant pour les non-croyants et croyants de parler ensemble de théologie apophatique ou négative de l’existence de dieu n’a pas vraiment de sens, car rien, en tous cas, ne servirait de nier « l’existence de dieu » puisque « dieu existe » à partir d’un concept inventé par des hommes et fabriqué étape par étape au fil des siècles par de « gentils théologiens » ;
    ce qui compte c’est de déconstruire l’invention dieu et de démontrer que le monothéisme est la racine du sectarisme ou que l’invention monothéiste signe l’acte de naissance du sectarisme le plus violent de toute l’histoire de l’humanité mais celles-et ceux des féministes qui se proclament ou encore se catégorisent « féministes » ( comme si une personne ne pouvait-être que féministe ) très généralement apprécient Simone Weil, mais-aussi se font bien souvent apologétiques de la politologue Hanna Arendt qui cependant et banalement veut, peut-être inconsciemment, faire oublier que le rôle du politicien ou de la politicienne c’est justement de faire de la morale* ( * : par exemple par la loi autoriser l’IVG ou encore le mariage pour tous ) ;
    Hanna Arendt se situe aux-antipodes du dire des penseurs de l’immanent qui justement ne sont pas philosophiquement des philosophes de pouvoirs, elle oppose sa propre métaphysique à d’autres métaphysiques dites platoniciennes dont-en réalité elle ne diffère guère que très vaguement à la marge puisque relativement proche des aristotéliciens qui eux comme Platon comptent parmi les philosophes de pouvoir ;
    ces deux figures historiques recueillent l’adhésion de bien trop nombreuses « féministes » dont l’un des passe-temps favoris consiste à dénigrer la bien dérangeante Élisabeth Badinter dont le combat cohérent et avec constance prône un féminisme universel ( ni oriental ni occidental puisqu’il est universel ) qu’elle explique parfaitement dans son livre " Fausse route ", un livre important comptant parmi les très nombreux ouvrages quelle a écrit pour défendre la cause des femmes ;
    elle est l’une des rares personnes qui refusent de s’aligner sur la ligne démagogique d’un « féminisme » qui n’en-a que le nom, mais nettement plus-apparenté ou plus proche de la pudibonderie la plus nocive, sorte d’émanation résiduelle de ce qui reste du judéo-christianisme avec, à notre époque, pour « valeur ajoutée » l’idéologie musulmane
    Hors, Élisabeth Badinter philosophe et femme de lettres à fait l’essentiel de sa lutte contre la victimisation du genre féminin, philosophie à laquelle j’adhère sans réserve, en tant qu’athée, amoureux des arts, de la musique et surtout du chant lyrique, anti-sexiste, anti antisémites et anti homophobes
    " le conflit la femme et la mère ", l'ouvrage fait une critique savoureuse de ce nouvel idéal maternel qu'on impose aux femmes pour mieux les faire rentrer au foyer ", et remet à sa place le naturalisme écologique contre la liberté de choisir qui rappelle toutes les tentatives d’involution de la société des femmes caractérisé par l’écologiste Cécile Duflot ou par « La républicaine » NKM* qui n’est rien de plus qu’un-animal politique de notre temps ( et j’en passe ) - inutile d’insister sur les assauts permanents théocratiques contre " les droits des femmes " émanant de fanatiques judéo-chrétiens et +
    * : Mais nul ne peut-ignorer que la solidarité féminine n’existe pas et ne saurait relever d’un fantasme masculin d’autant que des femmes surmédiatisées à la tête d’un parti ou de mouvements réactionnaires, au même titre que les hiérarchies monothéistes, sont les pires-ennemies " Des droits des femmes " et se font opportunément chantres de la pire des homophobies
    Ici rappeler les propos sexistes de canard Trump promoteur d’une nov-américa, ne doit pas faire oublier qu’en son temps Françoise Dolto estimait qu’il fallait symboliquement pénaliser les femmes qui choisissent d’interrompre leur grossesse, ne serait-ce que de 1 Franc
    Hors, à travers l’histoire millénaire de la misogynie ne manque pas les femmes qui ont su et réussi par leur inébranlable volonté à s’imposer dans des sociétés qui ne leur reconnaissait aucun droit, encore moins celui de penser pour être et pourtant elle l’on faitc’est ce qui justifie sa position, et ce n’est pas contre la pensée féministe, mais le pourquoi Élisabeth Badinter s’est prononcée contre toutes les formes infantilisant que prend et défini le principe même de parité - un principe trop simple pour être honnête, le reflet du manque d’imagination, une recette paresseuse, une réponse dangereuse à un vrai problème, et, le dire publiquement ce n’était pas combattre le principe d’égalité en soi - ( mais allez raconter ça à des militant-e-s, en fait plus chrétien-e-s que vrais féministes... )
    Citation : ( 1996 ) - 1. L'inscription à terme de la parité dans la loi transgresse un principe fondamental de la république, l'universalisme de la représentation : un élu est censé représenter tous les citoyens, quel que soit sa couleur, son sexe, son âge, son origine sociale. Si l'on décide d'isoler l'un de ces critères, on ouvre la porte à toutes les revendications particulières.
    2. La parité institue deux catégories de citoyens distincts, les hommes et les femmes, qu'elle fige dans leur différence sexuelle alors que l'évolution des mœurs plaide pour l'indifférenciation des rôles, des métiers et des fonctions.
    3. La parité forcée est humiliante. Les femmes ne devraient pas accepter de se laisser enfermer dans un statut de victimes contraintes de demander à la loi de leur réserver des postes qui, du coup, seront dévalorisés. Fin de l’extrait - C’était ce qui s’appelle mettre le doigt là ou ça fait mal -
    Ces « féministes » qui étaient favorables au principe de parité finiront, peut-être bien en quelques décennies, même à l’insu de leur plein gré, par causer la perte de l’universalisme et s’étonneront de voir, ça et là, s’imposer des féminismes opposés à tout changement de comportement ; forcément au détriment des femmes émancipées conscientes que la culture est plus-importante que la nature dans la construction de notre identité
    Si la nature était bonne, il n’y aurait nul besoin de Médecine ni encore moins besoin de Culture

    I

    « la liberté des femmes ne va pas sans celle des hommes » - Élisabeth Badinter
    Crétinerie sans frontière ou le sommet de la dénigration d’Élisabeth Badinter, plus particulièrement attachée à théoriser la notion de « ressemblance » des sexes, se fait jour lorsque des « féministes » dignes héritières de la « grande Hélène Jégado ( MDR ) » toutes à qui mieux-mieux vêtues de la robe montante de droguet et du tablier de cotonnade à bavette se félicitent dans la plus parfaite cécité d’une loi qui pénalisent les clients des femmes prostituées, une loi qui ne dérange en rien les proxénètes ( bien-au contraire dans les faits ) puisqu’aucune loi ne les attaquent vraiment dans la mesure ou il est-admis que la volonté politique de les déloger entraînerait économiquement un coût considérablement plus élevé, voire disent certaines bonnes-âmes insupportable pour le budget de la Nation - mais cette loi in fine, ce qui était prévisible, a pour conséquence de précariser encore plus qu’auparavant ces femmes ( ainsi que les hommes qui se prostituent )

    I

    " Quand on parle de violence féminine, on est toujours soupçonnée de vouloir atténuer la violence masculine " - Elisabeth Badinter -
    Mère incestueuse, femme pédophile ? Les mots écorchent et personne ne veut les entendre
    Selon l’étude INSERM " 6% des filles et 14% des garçons victimes d'un abus sexuel l’avaient été par une femme " - d’autres-études signalent un pourcentage plus-élevé -
    Citation : Une étude extensive menée par une commission nationale au Canada a mis à jour les mobiles de ces femmes incestueuses ou pédophiles : elles-mêmes agressées par leur père ( 80% ), elles considèrent souvent leur fille comme une rivale, explique Monique Tardif, la psychologue la plus familière avec le dossier des agressions sexuelles commises par les femmes au Québec. Les trois quarts des femmes pédophiles recensées par l'étude avaient également infligé des sévices à leurs propres enfants – Fin de citation
    En matière de crimes sexuels, ce « féminisme » de salon ou d’hyper-marché ( majoritairement répandu dans les pays anglo-saxons, un peu moins en France ) qui entend parler au nom de toutes les femmes rejoint l’extrémisme le plus dangereux - se montre en réalité plus proche de " l’ordre moral ", ce qui en outre et entre-autre permet de comprendre pourquoi, ( à titre d’exemple ), cette part de population « féministe » évite soigneusement de rappeler qu’un pourcentage non négligeable de crimes pédocriminels ou d’incestes sont des crimes sexuels commis par des femmes, mais c’est tellement plus commode ou plus facile dès qu’il s’agit de viols et d’abus sexuels extrêmement graves ou aggravés de essentialiser la seule population masculine* ( * : on ne peut me reprocher, dans la mesure où j’ai participé activement à la criminalisation du viol, de ne pas remettre tous les salauds parmi les hommes à la sordide place qu’ils occupent )
    D’ici peu ces mêmes charitables figures du « féminisme » amoureuses de Céline Dion et consorts avec ou sans bouton que le sexuel dans la société dérange outrancièrement parlerons d’interdire la pornographie pour masquer ou faire oublier que la pornographie n’existe pas - que dans la réalité il s’agit de films érotiques* dont certains sont de bonne ou de très très mauvaise qualité – ( * : bien sûr, à ne pas confondre, filmés par certaines agences, de véritables viols subis par des femmes, certes payées, mais qui néanmoins, pour le coup, tombent sous le coup de la loi )

    I

    Annonce ou matraquage ?
    [ Réfractaire, depuis la fin des années 60 à la publicité, chaque fois que survient sur l’écran de la télé une page publicitaire je me lève pour faire autre chose et je reviens aussitôt que le film ou l’émission reprend son cours, ainsi, il va de soi que figure bien-en vu un stop-pub en applique sur la façade de ma boite à lettres – si je dois acheter, dans tous les cas : j’enquête... ]
    Riche, donc forcément antiféministe ?
    Mais c’est en tant que fille et héritière de Marcel Bleustein-Blanchet ( Blanchet est son pseudonyme de la Résistance ), fondateur de Publicis, dont-elle est aujourd’hui la deuxième actionnaire, et la présidente du conseil de surveillance de la multinationale publicitaire que ce brillant esprit de femme ( qui nous fait tant-honneur ) est le plus souvent-attaqué ; bien qu’ayant répondu ou fait savoir à maintes reprises que ce conseil évitait de laisser passer bon nombre de publicité sexistes, tout-en-admettant que Publicis n’est pas épargné car il est reflet de ce qu’est en général le sexisme dans la société ;
    en ce qui me concerne, sans la plus petite hésitation, je me permets d’ajouter que cela ne prive pas Élisabeth Badinter du droit de penser, et d’écrire sans entacher en rien la sincérité* de ses convictions - ( * : un-exercice qui se révèle particulièrement bien difficile à appréhender par la cohorte de ses nombreux pourceaux d’Épicure )
    Je me devais de m’exprimer ainsi que je le fais toujours en pleine liberté car, depuis environ une douzaine d’années, contre les positions féministes et laïques prises par Élisabeth Badinter ce que je peux lire n’est que le reflet du vomi de pseudo défendeurs ou défenderesses de la cause des femmes et de la laïcité ;
    il est-aisé de se rendre compte que la plupart de ces personnes n’ont pas lu un seul de ses nombreux livres sinon, dans certains cas, dans-un état d’esprit très voltairien de falsifier*1 le texte, et pour ces tragiques-joyeux in fine faire le jeu de tous ceux qui ont œuvré à fragmenter le féminisme - CRAB

    I

    *1 : Le conflit la femme et la mère
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/10/le-conflit-la-femme-et-la-mere.html

    I

    Suites :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/01/semantique-de-latheisme.html

    I

    Suites 2 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/05/reforme-du-college.html

    I

    Suites 3 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/02/elisabeth-badinter.html

    I

    Suite 4 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2011/10/elisabeth-badinter.html