Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

barbra_streisand

  • Les Fantômes de l’Opéra

    La cérémonie d'enfouissement de 1907.png

    La cérémonie d'enfouissement de 1907




    La condition de ce don était de n’ouvrir les urnes que cent ans plus tard, soit en 2007

     

    Opéra Garnier
    On visite ses ors, on admire le plafond de Chagall mais sous l’opéra on peut encore entendre la voix de fantômes célèbres. Arte
    Vidéo :
    http://blvids.free.fr/Les_fantomes_de_l_Opera.mp4

    Suites :
    1.
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Op%C3%A9ras
    2.
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Mozart

  • Lauren Bacall

     

    Les hommes qui aiment les femmes
    Je travaillais sur le scénario du " Port de l’angoisse ". Bacall était une novice, elle n’avait rien fait auparavant. Je tenais beaucoup à soigner ses débuts à l’écran. Howard Hawks

     

     

    Lauren Bacall, un sex-symbol ?
    Oui, mais, mais comme toujours, seulement pour les imbéciles qui ne voient jamais rien venir
    Pour réaliser ses désirs, Lauren Bacall compte parmi ces femmes dignes d’éloges qui depuis l’Antiquité ce sont démarquées pour ignorer le rôle de femme réduit exclusivement à celui de mère ou de femme au foyer
    Aux antipodes de l’idéologie ambiante répressive qu’imposaient à leurs filles la majorité des femmes et des hommes, elle fut élevée par une mère exceptionnelle « simple secrétaire » qui l’encourage à apprendre la danse et la comédie car elle voulait pour sa fille un autre destin que celui de la voir se résigner, ainsi que la plupart des femmes, à survivre sous la dépendance économique d’un mari
    Sans théoriser ni fréquenter le Café de Flore, le plus naturellement du monde Lauren Bacall fait partie de ces femmes ou de ces hommes qui, très tôt, et à toutes les époques, ont compris que le plaisir est la racine de la morale ;
    et de, le plus simplement de suivre ses envies, sans angoisse de maintenir son cap, en ignorant avec beaucoup de justesse les fondamentaux d’une société qui globalement cherchait à cloner les esprits non pas sur des valeurs humanisées, mais sur les codes douteux ou gravement insipides qu’inspirent aux totalitaires les textes infantiles et égoïstes des patriarcats plus ou moins sacralisés par les mortifères religions du monothéisme
    Ainsi naquit et vécut sur la scène publique une grande actrice, mais aussi une femme émancipée comme il en manque beaucoup trop encore car à notre époque c’est plus particulièrement inquiétant d’observer ce fait asocial dans certains des quartiers de nos villes où la régression du statut des femmes est en marche, sans réaction, pire dans le plus grand mépris ou déni émanant pour une large part de l’élite politique ou d’« intellectuels » très médiatisés de la société civile - CRAB -

     

     Vidéo, extrait de " Lauren Bacall, ombre et lumière ", film diffusé par arte le 23/09/2017 : une façon de dire ses répliques avec insolence, mais sans en être irritante. Howard Hawks
    http://blvids.free.fr/Lauren_Bacall_ombre_et_lumi%C3%A8re.mp4

    Vidéos 2 :
    http://blvids.free.fr/Lauren_Bacall.mp4


    Suites : Barbra Streisand ou le triomphe de l’individualisme
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/04/le-triomphe-de-lindividualisme.html

    Suite 2 : Amours
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/04/amours.html

    Suite 3 : Peggy Guggenheim
    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/11/peggy-guggenheim.html

     

  • Le triomphe de l’individualisme

     athéisme, Barbra_Streisand, culture, démocrite, féminisme, Laïcité, religions

    " Une image, c'est mille mots " - Proverbe Français
    .

    Quand naissent les étoiles triomphe la beauté d’un amour de soi-même positif et sain, c’est-aussi un plaidoyer contre les dogmes et les préjugés, - *1
    C’est notre culture, c’est notre humanité, dans nos société ni le judéo-christianisme ni l’islamisme ne pourra résister ni à l’évolution ni à l’émancipation des femmes - y viendront tôt ou tard celles encore sous-servitudes ou encore et encore captives, comme une fin en soi, de l’idée psycho-rigide de la famille nucléaire associée, ( certes de moins-en moins ), à la contre nature fidélité conjugale - les sans froque ou les défroqué-e-s ont su, en tout temps, abolir les rôles sexuels traditionnels générés par les mortifères religions monothéistes à seule fin de permettre à l’homme d’être de droit divin le chef de la femme ;
    faire ce pas qui fait la différence, change la société, installe progressivement l’égalité femmes-hommes - va, en référence à plus proche de nous, de Francesca Bruni et Casanova en passant par la subversive modernité de Barbra Streisand ;
    insoumis-es à la règle du jeu formatée par les idéaux de moyenâgeux patriarcats sacralisés par la religion, ils sont là puissant-e-s, à chaque époque présent-e-s pour donner le là ;
    urbi et orbi ( sans-attendre pâques ni de finir sous les pâquerettes ), ils montrent ou rappellent, au quotidien, que les femmes et les-hommes de talent sont fidèles à eux-mêmes qu’ils ou elles sont toujours sincères, ils ou elles changent de sincérité, voilà tout
    *1 - Vidéo 1, affranchie de la tutelle masculine, triomphante, sans jamais nuire à ses performances d’artiste, un modèle d’individualisme qui ne modifie rien à son identité pour plaire :
    http://blvids.free.fr/Barbra_Streisand.mp4

    I
    Vidéo 2, se dire féministe me paraît très réducteur, excepté dans-un « cas de figure » précis, qui chères lectrices sensibles et averties, je n’en doute pas-un-instant, ne saurait vous décevoir :
    I
    Une vie sans plaisir, c’est-un long voyage sans-auberge. Démocrite
    I

    Casanova
    Les hommes à l’image de Casanova sont toujours sincères, ils changent de sincérité, voilà tout – et puis mesdames, bien-entre nous, les baisers n’ont-ils pas-été inventés par les amants pour ne pas dire de sottises ?

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/10/casanova.html