Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Libertin-e-s

  • Féminisme libertin

    Sans attendre l’antidémocratique et humiliante parité, depuis la nuit des temps, incandescentes, lumineuses, les femmes indépendantes ont transgressé tous les tabous sans jamais enseigner la liberté par l’écrit ou la parole ni autrement que par leur façon d’être

    Manuel Gaudoy amant préféré de Marie-Louise l’épouse de Charles IV d’Espagne qui selon l’expression même de la reine : " forme avec le couple royal, la trinité sur terre "

    L’ordre moral en souffrance, mais pas partout en même temps
    La tradition libertine contre la peur-haine de la sexualité qu’inspire, encore à notre époque, la " pudibonderie sans frontière " entretenue par certains milieux latino-catholiques en Occident, plus particulièrement en Amérique et au Canada puritains*1 et pour le pire jusqu’à l’odieuse sacralisation de la « pudeur » dans les régions du monde dominées par des musulmans

    La tradition libertine offre un contraste sympathique au regard de la peur-haine qu’inspire encore la sexualité, les sexualités, le sexuel dans la société auprès de certaines parties de populations alors que notre pays sur une base historique, depuis l’époque des Lumières, se compte parmi les premiers à s’être émancipé des idéaux platoniciens ou aristotéliciens si chers aux chrétiens

    En France, la tradition du libertinage est une composante essentielle de notre identité que le monde entier nous reconnaît et peut-être bien nous envie – ce qui, depuis une cinquantaine d’années, au regard de précieuses avancées à mettre à l’actif de mouvements féministes démocratiques et de l’essor irréversible d’un féminisme libertin élitaire et populaire qui s’est développé avant tout contre les interdictions faites aux femmes dues aux idéaux des patriarcats, tous plus ou moins sacralisés par les religions du monothéisme - ce qui nous vaut en contrepartie la haine féroce de notre culture, de notre humanité émanant principalement de fanatiques religieux venus pour la plupart d’entre-eux d’Orient pour relayer un reliquat en perte de vitesse constitué de catholiques attardés ou restés pétrifiés dans des idéologies pudibondes d’un autre temps

    *1 - Bien que de façon généralisée la civilisation occidentale sous l'impulsion de ses artistes et de ses lettrés à fait de l'humain un être majeur, autonome en renvoyant la religion dans le privé, néanmoins vous aurez  à cœur de rappeler qu’on importe de la viande canadienne contenant 46 produits interdits sur notre territoire, donc pourquoi ne pas ajouter une dose de la traditionnelle pudibonderie marqueur d’une large partie de cette société ?
    ( en attendant d’observer les piètres frétillements de la pudibonderie américaine d’inspiration pentecôtiste, sinon formatée par les principes d’involution qui régissent l’empire facebook )

    Toutefois, aujourd’hui à travers le monde se développe chez bon nombre de femmes « une conscience de sexe » propice à la réalisation d’un féminisme libertin - Suites :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/03/realiser-un-feminisme-libertin_16.html

    Suite 2 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/la-pudeur.html

    Suite 3 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/10/qui-peur-du-sexe.html

    Suite 4 :
    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2009/12/08/carmen.html

    Suite 5 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/la-parole-liberee-des-femmes.html

    Suite 6 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/feministes-si-vous-le-dites.html

    Suite 7 :
    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2010/09/29/eros.html
    CRAB

    Commentaires :

     

    • Féminisme ou féminisme infantile et infantilisant?

      - "Charlie Hebdo" prend la défense de l'animateur Tex, évincé de France 2 après une blague sur les femmes battues
      Dans son éditorial, Riss, rédacteur en chef de l'hebdomadaire, défend "la liberté de rire avec quelque chose qui n'est pas drôle". - Tex compte un nouveau soutien. Après quelques humoristes, c'est au tour de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo de prendre part au débat sur l'éviction de Tex par France 2 après une blague sur la violence conjugale. Dans l'éditorial du numéro à paraître mercredi 20 décembre, Riss écrit : "Qu'importe que les blagues soient drôles ou pas, qu'elles aient de l'esprit ou pas, qu'elles soient fines ou grossières". Selon lui, "ce qui compte, c'est de s'approprier une liberté et d'en faire usage : je ris, donc j'existe".
      "Le féminisme a bon dos"

      "Le féminisme a bon dos", juge Riss. "Cette explication est inacceptable, car c'est toujours par ce procédé qu'on censure et qu'on interdit", poursuit-il. Dans "une France de corbeaux, de lâches et de délateurs, qui croient défendre le bien, mais ne défendent que leur servilité (...) on s'adresse aux citoyens comme s'ils étaient des gosses. On leur fait les gros yeux quand ils disent des gros mots", regrette-t-il.

      C'est la théorie de l'huile sur le feu. Et si vous riez à une blague, vous contribuez à aggraver l'injustice que l'humour a eu l'audace de mettre en scène.
      Riss

      Charlie Hebdo

       
       
    • il est bon de rappeler qu’en 2016, 126 femmes ont été tuées par leur « compagnon » ou leur ex et 34 hommes l’ont été par leur « compagne » - et d’insister sur le fait que si 126 femmes ont-été tuées, 44 des auteurs de crimes se sont aussitôt donné la mort – triste bilan de la face peu reluisante de la condition humaine

     

  • Le triomphe de l’individualisme

     athéisme, Barbra_Streisand, culture, démocrite, féminisme, Laïcité, religions

    " Une image, c'est mille mots " - Proverbe Français
    .

    Quand naissent les étoiles triomphe la beauté d’un amour de soi-même positif et sain, c’est-aussi un plaidoyer contre les dogmes et les préjugés, - *1
    C’est notre culture, c’est notre humanité, dans nos société ni le judéo-christianisme ni l’islamisme ne pourra résister ni à l’évolution ni à l’émancipation des femmes - y viendront tôt ou tard celles encore sous-servitudes ou encore et encore captives, comme une fin en soi, de l’idée psycho-rigide de la famille nucléaire associée, ( certes de moins-en moins ), à la contre nature fidélité conjugale - les sans froque ou les défroqué-e-s ont su, en tout temps, abolir les rôles sexuels traditionnels générés par les mortifères religions monothéistes à seule fin de permettre à l’homme d’être de droit divin le chef de la femme ;
    faire ce pas qui fait la différence, change la société, installe progressivement l’égalité femmes-hommes - va, en référence à plus proche de nous, de Francesca Bruni et Casanova en passant par la subversive modernité de Barbra Streisand ;
    insoumis-es à la règle du jeu formatée par les idéaux de moyenâgeux patriarcats sacralisés par la religion, ils sont là puissant-e-s, à chaque époque présent-e-s pour donner le là ;
    urbi et orbi ( sans-attendre pâques ni de finir sous les pâquerettes ), ils montrent ou rappellent, au quotidien, que les femmes et les-hommes de talent sont fidèles à eux-mêmes qu’ils ou elles sont toujours sincères, ils ou elles changent de sincérité, voilà tout
    *1 - Vidéo 1, affranchie de la tutelle masculine, triomphante, sans jamais nuire à ses performances d’artiste, un modèle d’individualisme qui ne modifie rien à son identité pour plaire :
    http://blvids.free.fr/Barbra_Streisand.mp4

    I
    Vidéo 2, se dire féministe me paraît très réducteur, excepté dans-un « cas de figure » précis, qui chères lectrices sensibles et averties, je n’en doute pas-un-instant, ne saurait vous décevoir :
    I
    Une vie sans plaisir, c’est-un long voyage sans-auberge. Démocrite
    I

    Casanova
    Les hommes à l’image de Casanova sont toujours sincères, ils changent de sincérité, voilà tout – et puis mesdames, bien-entre nous, les baisers n’ont-ils pas-été inventés par les amants pour ne pas dire de sottises ?

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/10/casanova.html

     
  • Mozart - Da Ponte - Casanova

    Opéra de Paris - Chagall.png

    Mais qui donc sont les hommes ?

    Mozart - Da Ponte - Casanova, sans-artifice, verbe infatigable, orgasme du temps, triomphe de l’individuation, ils se conjuguent en musique -Trois-hommes des Lumières : incrédules - libres - libertins - cultivés

     

    [ " Enfermé dans la sphère unique du plaisir, j’ai envoyé à l’enfer la tristesse et le besoin. " - Casanova ]

     

    Mais qui donc sont les femmes ?
    Impensable d’en parler sans passer par Mozart, Da Ponte et Casanova racontés par Ève Ruggiéri - Ève, née le ... « on sait pas » -
    http://blvids.free.fr/Mozart_et_da_Ponte.mp3

    I

    Donna Anna

    I

    Donna Elvira
    http://crab.painter.free.fr/videos/Donna_Elvira.mpeg

    I

    Zerlina
    http://crab.painter.free.fr/videos/Zerlina.mp3

    I
    " cosi fan tutte "

    Cosi fan tutte.jpg

    Suites : '' Si Mozart m'était conté ''
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/01/si-mozart-metait-conte.html

    I

    Suites, déroulé d'articles :
    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/tag/musique