Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nu

  • Liberté et censeurs

    Le NU est l’animal humain dans sa plus belle robe
    '' couvrez-moi ce sein que je ne saurais voir '' - la nudité dans la Rome Antique était vécue comme chose normale, naturelle, mais depuis la fin de la " Pax Romana " ceux-et celles pudibond-e-s, autant dire sous-influences, soumis ou impactés par les religions du monothéisme ne perçoivent jamais ( suffit de les lires ) dans toute sa réalité l'art profane
    Ils ou elles peuvent-être rapproché de ceux et celles qui ne se montrent pas en mesure de comprendre que le blasphème incarne la quête de nouveau, ni par delà pas grand chose, de façon plus générale, à la subtilité d’un-art porteur de langages nouveaux * 0 d’un art
    À leurs-yeux, l'expression artistique est loin d’être vue comme la valeur positive la plus susceptible de hausser dans-un pays le niveau de civilisation et de préférer à toutes formes d’émancipation la pétrification du langage par la religion
    * 0 : Daech en fait la démonstration la plus radicale
    ( ceci rappelé, sur le plan artistique la photo n’est pas géniale, le ou la photographe n’est pas Man Ray )
    I
    Féministe, définition : une femme fait ce qu'elle veut, quand-elle veut, point !
    I
    Point de liberté sans l’égalité femmes-hommes car la justice sociale est la racine de la démocratie
    I
    Ne suis-je que féministe ?
    Se déclarer exclusivement féministe peut-aller dans bien des cas jusqu’à une forme totalement hystérique de la haine du corps, et ne témoigne ou encore n’est-autre que le reflet d’un état d’esprit pudibond dont sont friands de nombreux mouvements, pour la plupart anglo-saxons - sans-épargner certaines associations qui dans notre pays ne comprendront jamais que le NU est l’animal humain dans sa plus belle robe ;
    contre la joie de vivre des libertins libertaires pour la plupart athées, sans religion, hédonistes grand-amoureux de la liberté, ces figures publiques ou mouvements « féministes » n’ont pas en réalité d’autres priorités conscientes ou inconscientes que de défendre une société exclusivement hétérosexualisée fondée sur la famille nucléaire, la reproduction de l’espèce et tous les moyens leurs sont bons pour se liver au quotidien à une ridicule ou grotesque tentative de supprimer le sexuel dans notre société, mais ne leur en déplaise cette tentative négative restera lettre morte car rien ne pourra jamais détruire la pulsion de vie qu’est la pulsion sexuelle, laquelle reflète le beau et l’esprit de la fête dans la vie des femmes et des hommes ;
    l’attirance sexuelle, c’est obéir à son corps - car obéir à son corps est [ aussi ] l’expression de l’insoumission à un concept contre nature que certain-e-s définissent par la sacralisation de la fidélité conjugale - asexués ou parfois écrasés par le vide dans leur vie quotidienne que confère l’impuissance « nos braves pudibonds de service le cœur empli de plein de bravitudes » ne jurent devant leur dieu que par la fidélité conjugale et voudraient changer par je ne sais quelle pensée magique la nature profonde de la condition humaine au point de vouloir faire de « leur mode de vie » " le model social pour tous "
    I
    Chasser le sexuel, il reviendra au galop
    Dans l’incapacité à être, cette haine de la nudité, et plus particulièrement celle de la nudité des femmes leur permet d’exister dans ce qui reste de conservatisme dans notre pays historiquement judéo-chrétien, et, dans l’actualité de notre époque, se voit à nouveau confortée ou renforcée par-une discrimination liée à l’identité sexuelle due, pour l’essentiel, aux-idéologies misogynes véhiculées par les musulmans dont la source fait référence aux contenus racistes ou sexistes du coran et de la charia
    I
    Piqûre de rappel : les religions, depuis l’invention du sectaire monothéisme, haïssent les " belles femmes " ;
    des centaines de milliers de femmes et plus particulièrement celles tenues pour « trop belles », en réalité surtout présentes, furent jugées séductrices ou ensorceleuses, donc coupables de détourner les-hommes de « leurs devoirs » et furent – amen - par milliers brûlées sur le bûcher*1 car, en ces temps là, en Occident chrétien la société hyper-patriarcale ne pouvait tolérer que des femmes éprises de liberté et autonomisées par leur seule volonté puissent mettre à mal, sacralisée par la religion, dans tous les domaines dont celui des-amours la domination des hommes sur les femmes
    *1 : à notre époque, les femmes adultères ou aimantes en dehors du mariage sont abattues d’une balle derrière la tête, lapidées ou encore pour beaucoup d’entre-elles victimes de crimes d’honneurs dans les milieux ou mondes musulmans ( mais, ainsi que la main sur le cœur certains disent, la diversité est-une richesse ….)– CRAB
    I
    Vidéo, extrait :
    http://blvids.free.fr/la_beaut%C3%A9_selon_les_femmes.mp4
    I
    Suites :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/06/femmes-femmes-femmes-infideles-je-vous.html
    I
    Suites1 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/feministes-en-russie.html
    I
    Suites 2 :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/03/le-rhinoceros-et-la-mort.html

  • Une Femen condamnée

    Exhibition sexuelle : une Femen condamnée

    Extrait de presse :
    [ …/... ]
    « Le caractère cultuel du lieu où a été commise l'infraction supposée a manifestement pesé dans la décision de la cour d'appel », a estimé Me Tewfik Bouzenoune. Une analyse partagée par l'avocat de la partie civile, Me Laurent Delvolvé. «Cette décision est la juste reconnaissance du fait que tous les agissements ne sont pas autorisés au sein d'une église», a déclaré le conseil du curé de l'église de la Madeleine, à qui l'ex-Femen devra payer 2.000 euros de dommages et intérêt, en plus des frais de justice.
    Me Bouzenoune dénonce donc un retour du «délit de blasphème, pourtant supprimé en droit français», et un «deux poids deux mesures ». Il cite en effet le cas d'une Femen qui avait mené une action au Musée Grévin en 2014. Condamnée en première instance pour exhibition sexuelle, elle avait finalement été relaxée en janvier devant la cour d'appel de Paris. « La justice retient le délit d'exhibition sexuelle dans une église, mais pas dans un musée… Cela revient à retenir une circonstance aggravante selon que le délit supposé a été commis dans un lieu cultuel ou non. C'est proprement scandaleux au regard de la loi de séparation de l'Église et de l'État», avance Me Bouzenoune.
    Après la relaxe en appel de la Femen du Musée Grévin, Éloïse Bouton devient la première Femen à être condamnée en France pour exhibition sexuelle. La jurisprudence est encore mouvante sur le sujet: dans son arrêt de relaxe, la cour d'appel de Paris avait estimé que l'exposition d'un corps nu de femme, «en dehors de tout élément intentionnel de nature sexuelle », ne pouvait être qualifiée d'exhibition sexuelle. En mars 2016, trois Femen poursuivies pour les mêmes faits avaient aussi été relaxées, après une action contre Dominique Strauss-Kahn devant le palais de justice de Lille, où il comparaissait pour proxénétisme. Le conseil d'Éloïse Bouton a déjà annoncé son intention de se pourvoir en cassation. Par Edouard de Mareschal - ( http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/02/15/01016-20170215ARTFIG00366-exhibition-sexuelle-une-femen-condamnee.php )

    I

    Le NU, c’est l’animal humain dans sa plus belle robe, mais qui donc s’en plaindrait ?
    Cloué sur une croix, pratiquement nu, à peine vêtu d’un extravagant cache-sexe, la tentative saugrenue de soustraire des regards les plus coquins, à l’ultime seconde de vie, la dernière et libératrice érection du Christ tout juste avant que ne s’affiche sur son visage une dernière et bien décevante grimace ;
    personnage fictif éminemment pernicieux et mystificateur, il aurait selon ses bailleurs inventé « le péché pour tous » avec cette niaise prétention à lui seul de racheter l’humanité - visible dans les églises la poitrine nu pour la plus grande jouissance de ses adoratrices hétéros et adorateurs Gays, il s’entend que la « représentation » dans les églises de cette créature masculine née de la maladie d’illusions ne pose aucun problème de conscience à « nos » défenseurs des « bonnes mœurs » qui n’y voit pas la plus petite sexualisation du corps de leur idole

    Éloge
    À nos bien-aimés bigot-e-s n’attendons pas pour leur poser la divine question qui fâche : dès-un peu avant Mai 68, plus sûrement à partir de la libération sexuelle due pour l’essentiel aux femmes pour les femmes ainsi qu’aux libertin-e-s, pourquoi la majorité d’entre-elles allaient, sans-être accompagnées, si souvent se recueillir à l’église ou parfois se faire cueillir derrière l’église, juste à coté de la tombe de leurs grands-parents ? - CRAB

    I

    Suites - Blasphème - déroulé d’articles :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Blasph%C3%A8me

    I

    Suites 2 : L’athéisme à l’école
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/01/latheisme-lecole-chapitre-n1.html

  • Censure 2016 - 2017

    arts,censure,déborah_de_robertis,musée_d’orsay,nu,nudité,présumés_innocents,pudibonderie,religion,voile_islamique

    Exhibition sexuelle : l'artiste Déborah de Robertis relaxée
    Extrait de presse : Déborah de Robertis était apparue en partie dénudée lors de deux expositions : au Musée des arts décoratifs de Paris lors d'une exposition consacrée à la poupée Barbie et à la Maison européenne de la photographie. Le 18 septembre, l'artiste s'était rendue à l'exposition Barbie, perruque blonde sur la tête, dans une combinaison couleur chair qui laissait apparaître ses seins. En haut de ses cuisses, elle arborait une abondante toison pubienne factice
    L'artiste franco-luxembourgeoise Déborah de Robertis, poursuivie pour exhibition sexuelle après des "performances" dans deux musées où elle apparaissait en partie dénudée, a été relaxée mercredi, le tribunal estimant qu'il n'y avait "pas d'éléments suffisant pour caractériser l'exhibition"
    [… ]
    A la barre du tribunal, Déborah de Robertis avait expliqué vouloir " montrer le corps d'une vraie femme ", là où " Barbie n'a pas de tétons et pas de poils sur le sexe ". Elle a rappelé l'omniprésence de la nudité dans l'art. La déclarer coupable serait à ses yeux " se tromper d'objet " et " mettre sur le même plan un geste mortifère ", l'exhibition sexuelle, et un " geste de vie ", sa performance. – franceinfo daté du 01/02/2017
    I
    Le NU, c’est l’être humain dans sa plus belle robe
    Tous plus-in-créatifs ou indigents les-uns que les-autres, particuliers étrangers à toute notion de liberté, quand-il ne s’agit pas d’associations de cul-bénis marquées, caractérisées par une pudibonderie que la liberté des mœurs et la nudité dérangent n’ont pas d’autres occupations ni de cesse de tenter par tous les moyens de nuire à toute personne ou personnalité en quête de nouveau – dans notre société, en font régulièrement et prioritairement les frais des artistes et des caricaturistes*
    I
    Point de liberté quand de « bons esprit », plus inspirés par la métaphysique que par la raison, réduisent l'Art à la tentation d'imitation de la nature
    Sur la manière de juger les artistes, la relaxe par le Tribunal de Déborah de Robertis n’est pas sans rappeler que l’Art c’est la résistance et qu’il est digne de la vérité ;
    Cette décision de relaxe prise par la justice n’est pas sans faire référence notamment à " Olympia " de Manet qui, en son temps, fit scandale ;
    une relaxe bien venue dans-une époque où des minorités religieuses braillardes et exhibitionnistes voudraient, dans l’espace public, effacer, cacher, envelopper dans un linceul mortuaire le corps des femmes, c’est un grand pas de plus franchi pour faire respecter la liberté à être sans déshonneur une vraie femme, mais-ainsi de conforter le droit sans réserve d’être un acteur ou une actrice de la liberté d’expression – CRAB
    * : Charlie hebdo, par exemple
    I
    Notes :
    Maltraitance des animaux : les victimes sont un petit-oiseau et un coq
    En mai 2014, le Sud-Africain Steven Cohen, qui avait dansé le sexe enrubanné relié à un coq lors d'un spectacle sur le parvis du Trocadéro à Paris, a été déclaré coupable, mais dispensé de peine

    I
    Suites 1 : Bruxelles : une artiste dénudée chassée du musée des Beaux-Arts de Bruxelles, lors de l'expo « Uncensored photographs »
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/08/censure2016.html
    I


    Suites 2 : Présumés innocents
    Quand la malhonnêteté intellectuelle prend le masque de l’intérêt des enfants...
    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-2011-0-2011-presumes-innocents/