Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

déborah_de_robertis

  • Censure 2016 - 2017

    arts,censure,déborah_de_robertis,musée_d’orsay,nu,nudité,présumés_innocents,pudibonderie,religion,voile_islamique

    Exhibition sexuelle : l'artiste Déborah de Robertis relaxée
    Extrait de presse : Déborah de Robertis était apparue en partie dénudée lors de deux expositions : au Musée des arts décoratifs de Paris lors d'une exposition consacrée à la poupée Barbie et à la Maison européenne de la photographie. Le 18 septembre, l'artiste s'était rendue à l'exposition Barbie, perruque blonde sur la tête, dans une combinaison couleur chair qui laissait apparaître ses seins. En haut de ses cuisses, elle arborait une abondante toison pubienne factice
    L'artiste franco-luxembourgeoise Déborah de Robertis, poursuivie pour exhibition sexuelle après des "performances" dans deux musées où elle apparaissait en partie dénudée, a été relaxée mercredi, le tribunal estimant qu'il n'y avait "pas d'éléments suffisant pour caractériser l'exhibition"
    [… ]
    A la barre du tribunal, Déborah de Robertis avait expliqué vouloir " montrer le corps d'une vraie femme ", là où " Barbie n'a pas de tétons et pas de poils sur le sexe ". Elle a rappelé l'omniprésence de la nudité dans l'art. La déclarer coupable serait à ses yeux " se tromper d'objet " et " mettre sur le même plan un geste mortifère ", l'exhibition sexuelle, et un " geste de vie ", sa performance. – franceinfo daté du 01/02/2017
    I
    Le NU, c’est l’être humain dans sa plus belle robe
    Tous plus-in-créatifs ou indigents les-uns que les-autres, particuliers étrangers à toute notion de liberté, quand-il ne s’agit pas d’associations de cul-bénis marquées, caractérisées par une pudibonderie que la liberté des mœurs et la nudité dérangent n’ont pas d’autres occupations ni de cesse de tenter par tous les moyens de nuire à toute personne ou personnalité en quête de nouveau – dans notre société, en font régulièrement et prioritairement les frais des artistes et des caricaturistes*
    I
    Point de liberté quand de « bons esprit », plus inspirés par la métaphysique que par la raison, réduisent l'Art à la tentation d'imitation de la nature
    Sur la manière de juger les artistes, la relaxe par le Tribunal de Déborah de Robertis n’est pas sans rappeler que l’Art c’est la résistance et qu’il est digne de la vérité ;
    Cette décision de relaxe prise par la justice n’est pas sans faire référence notamment à " Olympia " de Manet qui, en son temps, fit scandale ;
    une relaxe bien venue dans-une époque où des minorités religieuses braillardes et exhibitionnistes voudraient, dans l’espace public, effacer, cacher, envelopper dans un linceul mortuaire le corps des femmes, c’est un grand pas de plus franchi pour faire respecter la liberté à être sans déshonneur une vraie femme, mais-ainsi de conforter le droit sans réserve d’être un acteur ou une actrice de la liberté d’expression – CRAB
    * : Charlie hebdo, par exemple
    I
    Notes :
    Maltraitance des animaux : les victimes sont un petit-oiseau et un coq
    En mai 2014, le Sud-Africain Steven Cohen, qui avait dansé le sexe enrubanné relié à un coq lors d'un spectacle sur le parvis du Trocadéro à Paris, a été déclaré coupable, mais dispensé de peine

    I
    Suites 1 : Bruxelles : une artiste dénudée chassée du musée des Beaux-Arts de Bruxelles, lors de l'expo « Uncensored photographs »
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/08/censure2016.html
    I


    Suites 2 : Présumés innocents
    Quand la malhonnêteté intellectuelle prend le masque de l’intérêt des enfants...
    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/0-2011-0-2011-presumes-innocents/