Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

charia

  • Violence masculine à l’égard des femmes en Mauritanie

    Valeurs_masculines.png

    Valeurs masculines négatives
    I

    Mauritanie : Le Parlement rejette une loi contre la violence à l’égard des femmes
    Extrait :
    [ … ]
    Au final, l’Assemblée nationale mauritanienne a reporté sine die le vote en séance plénière du projet de loi présenté par le gouvernement, face à l’échec assuré de la procédure. Et pour cause : au cours des multiples réunions de la commission parlementaire de la Justice, les membres ont exprimé leur hostilité face à un texte qu’ils estiment enfreindre la Charia et la Constitution de la Mauritanie – dont le préambule souligne que l’Islam est « la seule source de droit ».

    Le projet de loi entendait établir des catégories de violence à laquelle les femmes sont exposées et définir une échelle de sanctions pour les auteurs, dont certaines assez radicales. Interrogé par l’agence espagnole EFE, le théologien Abdellahi Ould Cheikh Ahmed a déclaré que « la loi contient des articles contraires à l’Islam » et notamment l’article n°12, qui prévoit d’exécuter l’adultérin « par coups de feu »… alors que la Charia, selon le théologien, « prévoit la mort par lapidation » (sic).

    [ … ]
    , la loi prévoyait de fixer à 18 ans l’âge légal du mariage et condamne à une peine d’emprisonnement le parent qui donne sa fille mineure en mariage. Ce que l’on pourrait considérer comme une avancée sociale en Mauritanie a été décrié par les oulémas, qui soulignent que la Charia ne fixe aucune limite d’âge minimal au mariage d’une femme. Ould Cheikh Ahmed s’est d’ailleurs offusqué de l’emploi du terme « genre » à la place de « femme » dans tout le corps du texte, ce qui signifie pour lui une reconnaissance des personnes homosexuelles et transgenres, toutes deux condamnées par l’Islam. C’est précisément ce terme de « genre » qui a soulevé le plus de récriminations de la part des députés mauritaniens, une disposition qu’ils considèrent comme « une transposition aveugle des valeurs occidentales ».
    Source de l’extrait :
    http://maghreb-info.com/mauritanie-parlement-loi-violence-femmes/

    I

    Qu’en pense les françaises, les cultures sont-elles toutes respectables ?

    I

    Les oulémas sont d’indécrottables phallocrates et la religion musulmane, religion de l’irresponsabilité sacralise l'abaissement du statut des femmes*1 CRAB

    I

    *1 : Accusé – levez-vous !
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2012/10/accuse-levez-vous.html

    I

    Suites, déroulé d’articles :
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Les+diktats+musulmans

     
     
     
  • Voile islamique ou l’art de désinformer

    Mahomet au volant, la charia au tournant - Ghislaine Dumesnil ( son livre témoigne du machisme islamique grandissant ou la main mise des islamistes dans certains des dépôts de la RATP )

    Voile_islamique.jpg

    Waleed Al-huseini

    I

    Quand un voile brouille l’esprit au point d’anesthésier le bon sens

    Lu dans MEDIAPART daté du 9 Janvier : Contre les arguments " féministes " qui condamnent le port du voile - auteure Moana Genevey ( blogueuse belge sans-humour )

    [… ]

    On s’y oppose souvent au nom de la liberté des femmes. Celles qui se couvrent en public sont des victimes soumises. Leur voile est incompatible avec la liberté, l’égalité et la fraternité dont jouissent les femmes en France. Il faut donc obliger ces femmes à se dévoiler, au nom d’un idéal féministe émancipateur...Ou pas.

    [… ]

    ...comment ne pas s’étonner de l’extrême rareté des témoignages de femmes voilées dans nos médias, quand celles-ci sont tout de même les premières concernées par ce sujet ? Si des musulmanes affirment porter le voile par choix, tout réflexe féministe devrait d’abord être de les laisser s’exprimer sur ce choix. Puis de les laisser tranquille. - Fin de l’extrait

    I

    Une bonne blague belge ?

    D’abord nous ne disons pas que celles qui se couvrent volontairement en public sont soumises mais qu’elles poignardent dans le dos les femmes qui, tant en France ou encore et surtout vivant dans les régions du monde dominés par les musulmans, sans concession veulent l’entière liberté à être et non exister en fonction d’une idéologies moyenâgeuses sans le moindre rapport sémantique avec une spiritualité profane ou religieuse

    Porter volontairement le voile islamique, revendiquer, clamer devant les caméras que c’est un choix personnel, que ce n’est pas, en aucun cas, le reflet de la soumission est révélateur du caractère malsain de l’emprise mentale qui caractérise les modalités d’expressions de ces femmes ;

    l’emprise mentale, cet enfermement invisible dont les préceptes sont incompréhensibles, ressentis par quiconque persuadé de penser par soi-même quand-il n’en-est rien, cette sorte de brouillage interne fait-apparaître plus sûrement sous-servitude la voilée volontaire seule à entendre et qui interfère dans toute réflexion, toute sensation, tout affect, et la porte à satisfaire une sorte de déni des réalités d’oppressions observées dans les milieux ou sociétés islamiques quand bien même toutes les-autres femmes devraient en pâtir

    I

    Dans une démocratie, dans une nation ou les mots liberté, égalité et fraternité prennent tout leur sens, hausser le niveau de civilisation de son pays passe par la recherche de l’éthique pour aboutir in fine à l’égalité entre femmes et l’égalité entre femmes et hommes*1 ;

    la solidarité entre femmes, ça n’existe pas, c’est ce qui justifie, légitime pour les femmes et les hommes épris de liberté de condamner sans appel le port du voile parce qu’il est le marqueur, le symbole et le porte drapeau d’une idéologie totalitaire qui vise à installer dans notre magnifique pays une société inégalitaire entachée par la volonté des islamistes d’asseoir la suprématie de l’homme sur les femmes, de faire disparaître dans notre société le sexuel ( dont plus particulièrement la sexualité et par dessus tout le droit de jouir pour les femmes ) associé à toutes les libertés individuelles ( dont la liberté de conscience et d’expression ) est, sans craindre l’accusation d’islamophobie ou de racisme, le devoir de tous les citoyens, de toutes les citoyennes et/ou de toute personne éprise de liberté

    *1 : se référer aux lois en vigueur qui consacrent l’abaissement du statut des femmes dans les pays : arabes, iranien, asiatiques, africains noirs ( ou autres ) dominés par les musulmans

    CRAB

    I

    Suites : Ce mercredi 7 Janvier

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/01/ce-mercredi-7-janvier_7.html


  • Une question d’honneur

    Briser cette loi du silence.png

    Quand les femmes sont indésirables dans des lieux publics: " Ça fait plus de 20 ans que ça existe "

    Mercredi dernier, un reportage à Sevran ( Seine-Saint-Denis ), puis à Rillieux-la Pape ( Rhône ) diffusé sur France 2 a montré que dans certains quartiers, on ne trouvait aucune femme dans les rues -

    ( Caroline Sinz, journaliste au service société de France 2 et auteure de l'enquête )

    I

    Lu dans la presse : Des associations alertent sur ces quartiers où les femmes deviennent indésirables dans l’espace public. Se promener en jupe ou boire un café en terrasse peut alors devenir un vrai défi pour elles

    Ces terrasses de café et ces rues qui ont un point commun : les femmes semblent effacées. Dans certains quartiers populaires, les hommes occupent les lieux publics et les femmes subissent. France 2 a suivi deux militantes de La Brigade des mères dans une banlieue de la région parisienne. Nadia Remadna et Aziza Sayah se battent pour la liberté des femmes dans ces quartiers. Pour démontrer la réaction des hommes, elles les filment en caméra cachée.

    « Il fallait briser cette loi du silence »

    Dans ce bar, il n’y a que des hommes peu accueillants. Le patron n’a pas envie de discuter et d’autres hommes sont choqués de voir ces femmes. « Dans ce café, il n’y a pas de mixité », assure sèchement un homme. Aller dans un bar, ici à Sevran (Seine-Saint-Denis), c’est braver un interdit pour une femme. Pourquoi les hommes rejettent-ils les femmes ? C’est un problème de tradition, de culture, mais aussi de religion, selon ces militantes.

    « Il fallait briser cette loi du silence », explique à franceinfo Caroline Sinz, journaliste à France 2 et auteure de cette enquête. « J’espère que je n’ai pas été caricaturale. Je n’ai pas pointé du doigt, j’ai posé les choses. A chacun de se faire son idée. Je ne regarde pas les choses avec une orientation politique mais il fallait dire ‘attention, regardez le sort de ces femmes’. » - Fin de citation

    I

    L’immigration, une chance la France ou pour qui - les femmes ?

    À force de nier, de refuser de nommer depuis plusieurs décennies les réalités inacceptables observées dans notre société dues essentiellement à l’immigration musulmane importatrice, contre nos principes majeurs, d’une culture de l’abaissement du statut de la femme dont la racine est l’anti-démocratie coran - les voiles sont les porte-drapeaux de cette idéologie obscurantiste

    Ces femmes ont raison de rappeler que cette injustice a commencé avec la mise en place des grands frères - [ je précise, par Mitterrand ]

    J’avais a de nombreuses reprises fustigé, maintes fois rappelé et dénoncé cette mesure pris sous Mitterrand – mesure digne des politiques inégalitaires islamistes institutionnalisées dans les pays dominés par une majorité de musulmans anti-démocratie

    Mais nous savons puisqu’on nous le répète à longueur d’année, que l’immigration en prenant soin de ne pas préciser musulmane est une chance pour la France - surtout évitons de stigmatiser « la communauté musulmane », une communauté pourtant inventée de toute pièce pour éviter de parler d’islamisation de certaines villes ou quartiers - mais qu’à cela ne tienne - au diable la justice, au diable notre culture, au diable notre humanité, au diable la solidarité de la nation avec les femmes, au diable l’égalité entre femmes, au diable l’égalité femmes-hommes, mais plus qu’adoubées dans les milieux musulmans : vive les valeurs masculines négatives qui trouvent leurs racines dans le raciste, sexiste, athéophobe, antisémite, homophobe, xénophobe, infantile et égoïste coran

    Faire respecter notre culture, notre humanité, c’est désormais plus jamais une question d’honneur

    Il est encore temps de mettre fin à l’immigration musulmane, et, de revoir le regroupement familial pour au minimum les cinquante années à venir, le temps durant cette période de conduire des politiques publiques *1 contributives à la sécularisations de populations formatées par la religion dans leur pays [ aussi dans notre pays ] dans le plus grand mépris du " Droit de la femme " et des " Droits des femmes " - CRAB

    I

    *1 : Satan (de); et du rire de Vénus....

    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2009/08/29/le-premier-feministe.html

    I

    Suite 2 : Les mille et un diktats

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2011/06/les-mille-et-un-diktats.html