Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

aïcha

  • Aïcha

    Aïcha, islam, pédocriminalité, Mahomet, religions, lectures_comparées

    '' Préparation du paquet cadeau '' - peinture numérique – CRAB

    .

    Le 09/04/2009 - j'écrivais :
    Dans l'idéologie islamiste ainsi que dans tous les patriarcats l'homme est propriétaire de la femme - parfois propriétaire d’une fillette, dès son plus jeune âge...

     

    I

    ÊTRE ou ne pas ÊTRE SUJET

    .
    Alibi (d'un) ; la divination...

    .

    Le paquet cadeau

    Psycholucide seul dans son cabinet est très intrigué un Hadith dissident qui lui a demandé de recevoir Aïcha [ en islam, connue comme mère des croyants ]

    Son secrétaire introduit une femme qui n'est plus une très jeune fille

    Passé les présentations à sa demande Aïcha se déclarant prête accepte de s'allonger, placé devant une grande baie à contre-jour, sur le canapé d’un vert sombre - la couleur de l'inconscient

    Psycholucide s'assoie dans un fauteuil orienté de trois quart près de la '' tête '' du canapé, un bloc note et un stylo en mains et attend en silence

    Aïcha, d'une voix que l'on pourrait presque qualifier d' impersonnelle commence à se raconter :
    - " J'avais six ans lorsque le Prophète m'épousa […]" Nous nous rendîmes à Médine. J'avais eu la fièvre pendant un mois, et avais perdu mes cheveux; mais ils repoussèrent abondamment et m'arrivèrent jusqu'aux épaules. Ma mère, 'Umm Rûmân, vint me trouver tandis que j'étais sur une balançoire, entourée de mes compagnes. Elle m'appela et je me rendis à son appel sans savoir ce qu'elle voulait de moi.

    Elle me prit par la main, me fit rester sur la porte de la maison, jusqu'à ce que ma respiration haletante se fût calmée. Elle me fit ensuite entrer dans la maison où se trouvaient des femmes des 'Ansâr qui me dirent: "A toi le bonheur, la bénédiction et la meilleure fortune ! " Ma mère m'ayant livrée à ces femmes, celles-ci me lavèrent le visage et la tête ; et se mirent à me parer. J'avais à peine fini, que l'Envoyé d'Allah entra, lorsqu'il était encore le matin. Alors on me remit entre ses mains." […] ''

    .

    L'entretien ce termine là, il est convenu d'une nouvelle séance quelques jours plus tard. Psycholucide demande à Aïcha l'autorisation de contacter le Hadith dissident avant leur prochain rendez-vous
    Psycholucide note sur son bloc : Cette femme quand elle n'était qu'une fillette aura été considéré comme un paquet cadeau

    C'est sa propre mère qui s'était donc chargé d'envelopper et de livrer le paquet cadeau
    Aïcha épousée à six ans, c'est une fillette, comme toutes les fillettes n'étant pas encore femme n'avait pas la maturité ( comme n'importe qu'elle autre fillette ) pour elle faire le choix d'épouser ce vieux

    Rien n'indique que la fillette ait manifesté la moindre volonté de se marier

    .

    Ayant obtenu l'assentiment d'Aïcha, le lendemain Psycholucide reçoit le Hadith dissident

    - Que pourriez-vous me dire sur les circonstance qui ont amené Muhammad à épouser Aïcha ?

    - [ … ] '' Muhammad inspiré par l'ange Gabriel agissait en accord et selon la volonté d'Allah ''

    .

    - Merci de votre visite si vous le voulez bien je vous revois après le second rendez-vous que j'ai pris avec votre '' protégée ''

    .

    Psycholucide note : Donc Muhammad est considéré par les siens comme irresponsable... il est sensé obéir à la volonté divine

    .

    Lors du deuxième entretien Aïcha entre et s'allonge d'emblée sur le canapé et enchaîne aussitôt :
    -'' […] j'avais, neuf ans lorsqu'il eut effectivement des relations conjugales avec moi ''.

    […]

    - '' Mais surtout '' on '' voulut bien me reconnaître comme très intelligente, je devais être ( destinée ) la mémoire du prophète ''

    .

    Un rendez-vous est pris pour la semaine suivante, Psycholucide retient deux phrases ''...il eut effectivement des relations conjugales avec moi '' et note : Il eut, c'est lui, il eut des relations... Donc elle n'avait pas participé mais subi l'acte...

    Elle a subit un contact unilatéral sans comparaison possible avec le choix d’une relations sexuelle qui est l’expression d’un ressenti ou d’une attirance sexuelle partagé par une femme et un homme

    Son intelligence-mémoire du prophète !? Je mets, se dit-il, en réserve cette question, il faut d'abord que parle avec le Hadith

    .

    Psycholucide reçoit à nouveau le hadith dissident

    - Dites moi n'y avait-il pas autre chose dans ce désir de Muhammad d'épouser une fillette autre chose que la seule volonté divine ?

    .

    - '' Le prophète ( s.a.w.s ) dans un hadith authentique disait : « ceux qui veulent avoir une idée des femmes du paradis, regardent la mère de AÏCHA » ( femme d’ABOU BAKR ), elle était d’une très grande beauté éblouissante et d’une grande taille et AÏCHA a hérité d’elle ces deux qualités, elle était très belle et d’une taille supérieur à son âge. « que dans un songe, il a vu AÏCHA enveloppée dans un tissus de soie blanche, portée par deux anges et ils lui ont dit voici ta future épouse » et il a été la demandé à son père ''

    .

    Psycholucide remercie chaudement le Hadith dissident, lui dit que désormais grâce à lui il comprend mieux pourquoi Aïcha avait voulut le consulter

    Il note : Un personnage qui pour toute révélation nous renvoie celle d'une nature qui n'est en rien inspirée par quoi que ce soit de divin

    En fait '' son intelligence '' '' sa mémoire '' un alibi réductible à '' elle était d’une très grande beauté ''

    Muhammad c'est clair était de par sa nature porteur d'une idéologie phallocrate, misogyne que tente de masquer une mise en scène élaborée par le hadith pour banaliser un acte incestueux et pédocriminel

    .

    Vient l'entretien, le troisième, et comme la fois précédente Aïcha s'allonge sur le canapé sans attendre mais cette fois paraît plus détendue, et de façon inattendue, mais d'une voix sereine déclare ; '' Vous ne me dites jamais rien, je parle, mais vous n'avez vous rien à me dire ? ''

    .

    - Vous m'avez parlé de votre mariage et des relations conjugales qui suivirent comme si tout cela était extérieur à vous ou comme arrivé à une autre : Jamais à aucun moment vous n'avez dit nous

    .

    Aïcha ne dit rien mais resta longtemps, vraiment très longtemps silencieuse

    .

    Des rendez-vous furent pris mais ils sont d'un contenu qui ne peut être rapporté ici car dans l'instant ils appartiennent toujours au domaine privé -

    I
    Notes : Analyse - Le paquet cadeau

    " J'avais six ans lorsque le Prophète m'épousa...[…] " Nous nous rendîmes à Médine. J'avais eu la fièvre pendant un mois, et avais perdu mes cheveux ; mais ils repoussèrent abondamment et m'arrivèrent jusqu'aux épaules. Ma mère, 'Umm Rûmân, vint me trouver tandis que j'étais sur une balançoire, entourée de mes compagnes. Elle m'appela et je me rendis à son appel sans savoir ce qu'elle voulait de moi.

    Elle me prit par la main, me fit rester sur la porte de la maison, jusqu'à ce que ma respiration haletante se fût calmée.

    Elle me fit ensuite entrer dans la maison où se trouvaient des femmes des 'Ansâr qui me dirent: " A toi le bonheur, la bénédiction et la meilleure fortune ! " Ma mère m'ayant livrée à ces femmes, celles-ci me lavèrent le visage et la tête ; et se mirent à me parer. J'avais à peine fini, que l'Envoyé d'Allah entra, lorsqu'il était encore le matin. Alors on me remit entre ses mains." Fin l'extrait

    I

    Sa mère se charge d'envelopper et de livrer le paquet cadeau
    « Ma mère, 'Umm Rûmân, vint me trouver tandis que j'étais sur une balançoire, entourée de mes compagnes.

    « Elle m'appela et je me rendis à son appel sans savoir ce qu'elle voulait de moi »
    " Ma mère m'ayant livrée à ces femmes, celles-ci me lavèrent le visage et la tête; et se mirent à me parer. J'avais à peine fini, que l'Envoyé d'Allah entra, lorsqu'il était encore le matin. Alors on me remit entre ses mains "

    I

    Inceste et pédocriminalité
    À six ans, Aïcha ne pouvait librement choisir d'épouser ce vieux ;
    facteur aggravant et insupportable dans l’attitude de ce vieux, c'est de savoir qu’Aïcha était sa fille adoptive
    Non seulement il capte sa fille adoptive Aïcha qui à l'âge de neuf ans est encore une fillette et il la met dans son lit - si vous rencontrez, une fillette de neuf ans, regardez la bien dans les yeux...

    I

    Piqûre de rappel
    Bien souvent, dans le cadre de mes interventions sur plusieurs forums, j'ai dû sans cesse rappeler que le rôle d'un père biologique ou adoptif est de permettre à sa fille de se construire pour devenir une femme et non de la mettre dans son lit
    Prétendre tel qu’on le lire çà et là, qu'épouser et mettre dans son lit une fillette, à l'époque, était chose courante ne change rien au fait que cela relève de la pédocriminalité – en outre, ici, sacralisée...
    Sauf erreur de ma part aucune révélation divine ne propose à une femme adulte de mette un petit garçon de neuf ans dans son lit ( ni de prendre quatre époux, sinon plus ), ce qui fait de l'ange Gabriel un petit mâle misogyne et sans scrupule

    I

    Justification d'un droit de cuissage

    D 'office Aïcha s'entend dire qu'elle est bénie - sans savoir pourquoi et après l'avoir apprêtée on la remet entre les mains d'un homme, et ce qui lui est dit se résume par, qu'il est un prophète et que c'est ce qui a de mieux pour Elle
    Rien dans les propos de Aïcha, paroles qu'a le culot de lui attribuer le hadith .., rien n'indique que la fillette ait manifesté la moindre volonté de se marier

    I

    Justifications du viol " conjugal "

    Aïcha dit « [...]..., neuf ans lorsqu'il eut effectivement des relations conjugales avec moi »
    Cette phrase à elle seule résume cette sorte '' de viol conjugal '', c'est lui « il eut des relations conjugales avec moi »
    Cette phrase est tout simplement révélatrice de la passivité de Aïcha
    , ou plutôt de sa mise en situation de passivité, elle subit car rien dans '' ses propos '' n'indique la moindre volonté de participer ou de partager un acte sexuel

    I
    Un objet sexuel

    Comment en aurait-il put être autrement, elle n'était rien de plus qu'un objet sexuel dont dispose de sa seule volonté un soit-disant prophète ?

    Le comble de cette histoire racontée et sublimée par le hadith comme si Muhammad agissait selon la volonté d'Allah, un artifice pour le dédouaner de sa responsabilité et par là même en absoudre et du coup autoriser tous les membres de la tribu qui se livreraient à cette sordide pratique sur des fillettes ou très jeunes filles...
    Faut-il s'étonner que encore à notre époque bon nombre de jeunes filles ( souvent très jeunes ) soient mariées de force ?

    I

    La passivité

    Ne dit-elle pas ; " lorsqu'il eut effectivement des relations conjugales avec moi "
    Cette phrase comme toutes les phrases prononcées par Aïcha révèle sa passivité - elle n'est pas acteur de son destin, c'est une fillette, elle est '' normalement '' du fait de son âge immature
    C'est un trait commun, toute enfante violée se donne pour passive ; un objet dont use le violeur

    I

    Émotion ???
    Les propos que le hadith met dans la bouche de Aïcha, la façon dont elle raconte sont dépourvus de tout sentiment, dépourvus de la plus petite parcelle d'émotion
    Elle décrit comme s'il s'agissait,ce mariage puis les relations conjugales qui suivirent comme si tout cela était extérieur à elle, comme arrivé à une autre : Jamais à aucun moment elle ne dit nous
    Hors elle a subit un contact unilatéral, sans comparaison possible avec un choix et les relations sexuelles qui sont expressions de sentiments partagés par une femme et un homme

    I

    L'éthique

    Pourquoi avait-il besoin de mettre la fillette dans son lit ?
    Quand est-il de l'intelligence de Aïcha ?

    Ne devait-elle pas selon le hadith être ( devenir ) la mémoire du prophète ?
    Il est aussi dit dans les hadiths que Muhammad fut attiré par la beauté de Aïcha ( 1 ) ; voilà bien, ici, ce qui éclaire le principe de '' sa mémoire '' - en fait, ce n'est rien de plus qu'un alibi
    Ce point est d'une extrême gravité, car cet alibi construit par le hadith a pour objet de masquer ou de faire oublier l'affligeante réalité des faits

    I

    De qu'elle révélation parle t-on ?
    Un personnage qui pour toute révélation nous renvoie celle d'une nature qui n'est en rien inspirée par quoi que ce soit de divin
    Ici c'est bien de Muhammad dont-il s'agit à travers une mise en scène par le hadith de banaliser ou de faire oublier son acte incestueux et pédocriminel

    I

    ( 1 ) Le prophète ( s.a.w.s ) dans un hadith authentique : « ceux qui veulent avoir une idée des femmes du paradis, regardent la mère de AÏCHA » ( femme d’Abou Bakr ), elle était d’une très beauté éblouissante et d’une grande taille et AICHA a hérité d’elle ces deux qualités, elle était très belle et d’une taille supérieur à son âge
    De plus le prophète ( s.a.w.s ) a dit dans un hadith authentique : « que dans un songe, il a vu AÏCHA enveloppée dans un tissus de soie blanche, portée par deux anges et ils lui ont dit voici ta future épouse » et il a été la demandé à son père

    I

    Piqûre de rappel

    Salman Rushdie*1 auteur de l'essai; '' les Versets Satanniques '' décrit Mahomet sous les traits d'un obsédé sexuel mégalomane...connaissant de grave trouble de l'activité mentale

    *1: Salman Rushdie est de culture musulmane, du coup désigné apostat par les fanatiques

    I

    Lu, sur un site islamiste : '' La page de l'islam ''

    …pour connaître, apprendre, comprendre l'Islam... simplement... sereinement...

    Source :

    http://www.muslimfr.com/modules.php?name=News&file=article&sid=128

    .

    Extraits :

    Que dit l'Islam sur les contacts entre hommes et femmes ?

    .

    Réponse :

    La femme peut-elle regarder un homme étranger ?

    Il y a aussi des divergences sur ce point : Selon l’école Hanafite : une femme peut regarder le corps d’un homme étranger, exceptée la partie située entre le nombril et les genoux, à condition qu’elle soit certaine d’être à l’abri de la tentation, et qu’elle ne regarde pas par plaisir.

    .

    Que dire de '' cette observation '' , sortie tout droit d'un monde où le mot valeur est-un oxymore, le produit d'une idéologie s’interdisant de respecter la liberté de conscience - L'expression d'un état d'absence de civilisation

    Cette opinion est aussi celle des shafeites et des hambalites. Les malékites pour leur part n’autorise à la femme de regarder que le visage, les mains et les pieds d’un homme étranger, à condition là encore qu’il n’y ait pas tentation ou plaisir. Par ailleurs, la femme a le droit de regarder l’homme avec qui elle a l’intention de se marier

    .

    « Autant de sottises, dépasse complètement l'entendement...Jean Rostand écrivait : « Avoir l'esprit ouvert n'est pas l'avoir béant à toutes les sottises. »

    .

    Le contact physique :

    Les savants sont pratiquement unanimes à affirmer qu’un homme n’a pas le droit de toucher une femme étrangère sauf en cas de nécessité. De même, une femme n’a pas le droit de toucher un homme étranger.

    .

    Quand '' on '' lit ce genre de truc, comment ne pas parler de cerveaux endommagés, fêlés

    Crétinerie insondable de lire que cette proposition dont l'infantilisme dépasse l'imagination serait faite par des savants – un tel degré d'ignorance laisse sans voix – [ quels savants ? ]

    .

    En ce qui concerne la parole

    Il est permis à un homme et à une femme de dialoguer lorsque le besoin se présente ( lors de transactions commerciales par exemple…) La seule condition pour la femme est de parler d’une voix sérieuse, et non pas sur un ton mielleux, mélodieux et séducteur, qui pourrait attirer le convoitise des hommes de mauvaise foi.

    .

    C'est on ne peut plus pervers - dire que ce tissu de sottises est odieux, horrifiant ne dira jamais à quel point cette idéologie islamique représentative de l'anticulture échappe à l’entendement

    Échanger, se sourire est le propre de la civilisation, et, peut se définir par se parler - c'est à dire pour deux personnes s'engager dans l'échange

    .

    Pour ce qui est de la rencontre

    Il faut savoir que l’Islam interdit à un homme et à une femme étrangère de se retrouver seuls, sans la présence d’un Mahram ( personne avec qui le mariage est pour toujours interdit ). Le Prophète S.A.W. disait en ce sens : " Aucun homme ne se retrouve seul avec une femme ( étrangère ) sans que la troisième personne avec eux ne soit Satan. " Ce qui laisse comprendre que dans une telle situation, le risque de tomber dans le péché est très grand

    .

    Une « culture » islamique regorgeant d'un infantilisme, d’un égoïsme, d’un racisme délirant et fulgurant ; « ...sans que la troisième personne avec eux ne soit Satan... » - si – si, vous avez bien lu...

    Songer que dans les pays assujetti à la religion musulmane, dominés par une majorité de musulmans, des femmes et des hommes ayant-eu des relations sexuelles non-contraintes ou parce qu'ils faisaient preuve d’indépendance ont été emprisonnés ou assassinés au nom de ce type d'absurdités ! - CRAB – 18 08 2009

    I

    Suites : - La femme de Loth

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/12/la-femme-de-loth.html

    ou sur :

    http://democrite-epicure.hautetfort.com/archive/2016/12/12/la-femme-de-loth-5886017.html