Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mémoires Facebook

Il ne suffit pas d'avoir de l'esprit ou être débrouillard : il faut aussi et avant tout avoir du cœur afin de se faire aimer et d'être heureux. Comtesse de Ségur

 

Dans une démocratie, la diversité multiculturelle ne fait pas force loi, c’est une question d’honneur ;

à l’esprit, ainsi qu’à la lettre, le code civil de notre pays n’érige pas en " Droit ", à l’encontre des valeurs républicaines, la prééminence du relativisme multiculturel qui incarne l’abaissement du statut des femmes dans toutes les « cultures » dites traditionnelles fortement impactées par des religions plus politiques et sociétales, à l’image du coran, que réellement préoccupées de spiritualité ;

aussi, dans notre pays, " Les Droits Humains " sont en l’occurrence insécables des " Droits de la Femme et de la Citoyenne "

Le démontrer est propre à la vision athée libertine-libertaire intimement liée au féminisme universel car elle est radicale et transformatrice, particulièrement efficace dans la déconstruction des patriarcats sacralisés par la religion

Il ne faut, à titre d’exemple, jamais oublier que tous les droits des femmes et l’égalité des droits obtenus pour les homosexuels l’ont été à la fois par la pensée critique athée et féministe des textes infantiles et égoïstes de chaque religion et en contrant avec pertinence toutes les bouffées de délires émanant de toutes les hiérarchies monothéistes

Les « féministes » de salon font flèche de tout bois lorsque qu’un blanc puissant et riche est accusé de viol ou sous des formes différentes de harcèlement*1, mais ce montrent nettement plus discrets, voire absents dans les médias quand sont touchées d’autres catégories de populations, hors dans la critique de la misogynie chaque fois que nous l’avons identifiée, pas une seule fois nous n’avons pas exempté un violeur, un homme qui frappe les femmes ou un pédocriminel sous prétexte qu’il était pauvre ( car la plupart du temps, et c’est une raison suffisante, leurs victimes étaient pauvres aussi ) - ni un homme de couleur ( ses victimes étaient souvent des personnes de couleur aussi ) - ni encore parce qu’il avait subi une maltraitance infantile ( ainsi que souvent ses victimes )

Pour nous Démocrates et Républicains*1, quelque soient ses origines ou sa culture ( prétendument traditionnelle ), c’est en tant que citoyen que le criminel doit-être jugé au Pénal, et non faire l’impasse ou minimiser le crime ainsi que s’y emploie ( par exemple ) la pseudo féministe Caroline De Haas ( qui plaît tant à la plupart des animateurs ou à bon nombre de journalistes de la télévision) sous le prétexte fallacieux que dans certains cas ce sont des individus d’origines non européennes ou fraîchement arrivés, ce qui sous entend que ces « braves gens » ne sont pas responsables de leurs actes puisqu’ils ne savent pas que la femme est l’égale de l’homme - CRAB -

 

*1 : Athéniens. Que devez-vous faire, pour suivre sans embarras ma discussion sur l'illégalité ? Je vais vous le dire : Examinez à quelle classe appartient l'homme qui fait l'objet du décret. Est-il étranger, métèque ou citoyen ? Si nous l'appelons métèque, nous ne dirons pas la vérité. Si nous l'appelons étranger, nous aurons tort, car le bienfait du peuple qui lui a donné la qualité de citoyen constitue pour lui un droit acquis et irrévocable. Prenons-le donc comme citoyen et parlons de lui en conséquence. Extrait de Démosthène contre Aristocrate ( 476, avant notre ère )

 

Suites :

https://www.facebook.com/profile.php?id=100008312689210&ref=bookmarks


Écrire un commentaire

Optionnel