Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

multiculturel

  • Abstention - pourquoi ?

    Les-Amants-  RENÉ MAGRITTE.jpg

    Élections
    Depuis plusieurs décennies je pratique l’abstention, car je considère qu’une république jacobine n’est pas une république démocratique au sens ou l’entendait la vraie républicaine Olympe de Gouges, c’est-à dire : une république fédérale* ( * Girondine )
    [ Olympe de Gouges, anti-esclavagistes, contre la peine de mort, féministe et auteure " Des droits de la Femme et de la Citoyenne " fut guillotinée sous Robespierre * ( * le grand-ami de Mélenchon ) et sa clique composée de contre-révolutionnaires de la même espèce que Fouquier-Tinville ]
    Sur la laïcité ( sans-adjectifs ), par le biais du refus du différentialisme, du multiculturalisme ou du communautarisme facteurs de division des populations de notre pays, indissociable de la recherche de l’égalité entre femmes et de l’égalité entre femmes et hommes, je m’inscris dans la démarche d’Élisabeth Badinter vraie républicaine et vraie féministe qu’éclaire son refus, tout-en respectant les principes de la démocratie, de la discrimination de genre sans pour autant craindre de s’opposer publiquement à la victimisation des femmes à l’encontre des pratiques peu scrupuleuses émanant de bon nombre de mouvements ou associations autoproclamées féministes dont le sectarisme étalé jusqu’à l’hystérie traduit le manque de perception ou la volonté réelle de s’attaquer au problème de la condition des femmes sur le fond
    Le respect de la loi de 1905, n’est ni le cas, loin s’en faut, ni des droites, ni des centres, encore moins des gauches qui, plus particulièrement, détournent les notions d’antiracisme pour lâchement depuis Mitterrand et Jospin, d’une décennie à l’autre, se corrompent dans-un électoralisme de bas-étage sans jamais manquer aucune des occasions de trahir la laïcité

    I

    La République
    Ni de 5e, ni de 6e, ni de retour à la 4e république, imaginons : plus de Sénat ni de Parlement ni de Conseil constitutionnel* ( *: d’autant que ce C.I est à géométrie variable dès qu’il s’agit de donner un avis, notamment sur la laïcité )

    Opter pour la suppression des départements au profit de communautés urbaines
    Remplacer l’ensemble des grandes institutions par un gouvernement fédéral gouverné par un Président et un Vice Président devant composer avec un congrès composé de représentants de nos 13 régions, chacune des régions dotée d’un Parlement
    Le rôle de l’État n’est-il pas de collecter les impôts pour couvrir ses missions régaliennes dont le financement responsable : de la Justice* ( * : indépendante du pouvoir politique ), de l’enseignement, de la Santé publique, des pompiers, de la gendarmerie, de l’armée et de la police - avec la charge renforcée de veiller à l’application des lois ( entre-autres de veiller scrupuleusement au respect de l’égalité femmes-hommes, de la liberté d’expression... ), mais-aussi de contrôler tout ce qui relève des réglementations sanitaires protectrices des citoyen-e-s et des animaux de consommations* et de l’environnement (* : notamment en interdisant efficacement, les mariages forcés, l’excision ou encore de mettre un terme au cruel abattage rituel et à la tauromachie pratiquée avec blessures et mise à mort de l’animal ) [ ? ]

    I

    L’école et la Laïcité
    Aucun-enfant ne devrait accéder au collège sans qu’il ne soit vérifié par les enseignants qu’il comprend bien ce qu’il lit, qu’il est capable d’un écrit de qualité et suffisamment avancé dans sa compréhension des mathématiques La volonté des politicien-ne-s de faire respecter la laïcité par le biais des programmes scolaires doit se traduire, en appui des cours d’histoire et des cours d’histoire de l’art, par l’obligation faite à l’Éducation nationale de prévoir l’enseignement du Fait athée en contrepartie de l’enseignement du Fait religieux - ce ne sera que justice, dans ce pays où en-outre les athées et les sans-religion sont majoritaires et pourtant victimes de discriminations à cause des omissions* de l’institution ( * : " Les Lumières " ne suffisent pas, à elles seules, à rendre compte de l’athéisme depuis l’antiquité à nos jours )

    .

    La laïcité n’est pas la religion ni l’athéisme, la laïcité : c’est le droit de ne pas croire ou de croire *1
    Dans notre pays, il est urgent de ne pas laisser s’installer un communautarisme diviseur importé par des populations issues de l’immigration car les conséquence de la division, c’est à terme la guerre à civile *1.a
    [ *1 et *1.a : Il suffit d’observer que dans les pays ou la laïcité est inexistante les athées sont assassinés ou emprisonnés - ces pays sont pour la plupart, sinon tous, en guerre civile et la condition des femmes et des homosexuel-le-s y est des plus-inhumaine ]

    I

    Rétablir la laïcité dans le respect scrupuleux de la loi de 1905
    La loi de 1905 est un jeune texte de lois civiles destiné à humaniser la société, un texte innovant qui ne peut en aucun cas se comparer avec de vieux « textes sacrés » obsolètes car tous plus infantiles, égoïstes, sexistes, sectaires et plus ou moins racistes les-uns que les autres ;
    il importe de rétablir la laïcité sur l’ensemble des territoires de la république, en abrogeant le Concordat dans ses-aspects liés à la religion, en cessant de subventionner des écoles confessionnelles et plus-ou moins directement des lieux de cultes - un état de faits qui dans la réalité et l’actualité correspond à un détournement d’une partie de l’argent public au profit de minorités religieuses - autant d’atteintes à la laïcité qui ne semblent pas le moins du monde troubler la conscience de B. Hamon, ni de V. Peillon, ni de J-L. Mélenchon ni de F. Fillon ou encore de M. Le Pen

    I

    Santé, Retraites et chômage
    Sortir définitivement du XXe siècle par la suppression de toutes les caisses complémentaires de l’assurance maladie et de retraites ;
    la Santé n’est pas faite pour gagner de l’argent, ( il en est ainsi de l’enseignement ou de la police... ), et sommes toutes la santé pourrait-être entièrement financée par l’impôt - idem pour le financement des retraites, ( qu’importe l’âge de départ ) - idem pour les allocations versées aux chômeurs ;
    ainsi, au nom de la solidarité : la santé, les retraites et les allocations versées aux chômeurs financées par l’impôt, auraient pour conséquence d’abaisser considérablement le coût du travail dans la mesure ou toutes les cotisations sociales ne seraient plus prélevées ni sur les sociétés ou les entreprises, ni sur les salaires des salarié-e-s

    I

    Sommes-nous vraiment intéressés à l’émancipation ?
    La notion fondatrice de la formation est celle d’intérêt à l’émancipation suggère que les prélèvements ( environ 32 milliards ) destinés à la formation professionnelle ne seraient plus gérés ni par le patronat ni par les syndicats mais par l’État avec pour priorité la formation des chômeurs sans qualification - les organismes de formations hyper-contrôlés afin de mettre fin aux activités nocives résultantes d’organismes de formations inutiles ou carrément obsolètes concourants à un-énorme gaspillage de l’argent public

    I

    De la démocratie encore et toujours avant toute chose
    Dans les entreprises*1, à partir de trente employés ( ou peut-être moins ? ), il serait bien, sans se méprendre, de constituer un collège composé de représentants de salarié-e-s, de cadres et d’actionnaires afin de nuancer et décider, bon an mal an, de la nature de la recherche ou de la production, des services caractérisés, de la stratégie géo-économique, de l’organisation du travail, du niveau ou de l’échelle des salaires, [ aussi ] de désigner les gérants pour un mandat dont la durée pourrait-être régulièrement renouvelable sur décision à la majorité de l’Assemblée
    *1: piqûre rappel : l’entreprise est laïque, elle n’est pas un lieu de culte ni de prosélytisme religieux ou autre... ( aucun signe ostensible religieux n’y a sa place car exhiber sa religion c’est imposer du dieu ou de son dieu à tous les autres travailleurs ou collaborateurs... )

    I

    Europe
    Mettre l’Europe en pause ou de coté afin, dans notre pays, de mettre fin à la destruction des métiers et des-emplois aussi longtemps que les salaires des travailleurs délocalisés ne seront pas-alignés sur les salaires des français-ses
    En Europe, dans l’actualité, l’ai-je souvent rappelé, seul Erasmus mérite d’être développé et acquis à des filières professionnelles sans-omettre de rappeler qu’il manque 50 % de logements étudiants depuis-une éternité
    Trop de pauvreté, trop de précarité ou d’actifs précaires, la croissance de l’emploi dans notre pays, c’est bien fini et depuis longtemps déjà ;
    hors, il n’existe pas d’autre solution présentement que de compter sur le temps pour se défaire de la pauvreté, des précarités, pour réduire considérablement le chômage et parvenir à loger tout le monde, et surtout décemment ;
    cette « perspective d’avenir » ne permet plus d’encourager la natalité * ni l’immigration en s’efforçant néanmoins de réunir les condition de création de métiers et d’emplois dans les régions du monde points des départs, sans gaieté de cœur, de la grande majorité de ces migrants qui viennent ou s’imaginent « se refaire une santé » en Europe
    * : un-e français-se sur vingt la bien compris en France, au grand dam de nos distingués-économistes bedonnants très médiatisés, il/elle ne veut pas faire d’enfant

    I

    Morale : ce n’est pas demain, ni très probablement après-demain que je me déplacerai pour voter, mais je me paierai, ainsi qu’à l’accoutumé, de la musique encore et toujours avant toute chose et à me régaler de beaucoup trop de caricatures - plutôt que pas du tout ;
    ainsi sans-illusion ni craindre la maladie d’illusions, il m’est devenu possible envers et contre toute espèce de nostalgie, mais en tragique-joyeux, athée fort d’un optimisme lucide de m’inscrire dans-un parcours qui se satisfait pleinement de l’immanent comme exclusive source vive, le vecteur imprévisible des grandes rencontres ponctuées par la quintessence d’inoubliables amours dont-on ne peut se passer d’un jour à l’autre et même le dimanche, sans pour autant contrevenir à m’enivrer non sans délectation de ces moments d’exquise volupté, si généreusement dédiés aux femmes et aux-hommes, nés de l’imagination insolite d’Euterpe, inaccoutumé de Terpsichore et étrange de Melpomène – par elles si généreusement dédiés à toutes les femmes et à tous les-hommes ;
    car, de vous-à moi chers lecteurs et chères lectrices, n’est-il pas préférable, sans modération, de ces miracles de la nature d’en épuiser et en tirer, tant qu’il est temps, la substantifique moelle puisque nul-le à commencer par votre « serviteur » n’est dupe que la mort est-absence sensation !? - CRAB

    I

    Suite : Élisabeth Badinder sur la sellette
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/02/elisabeth-badinder-sur-la-sellette.html

    I

    Suites : Sémantique de l’athéisme
    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/01/semantique-de-latheisme.html