Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Écoles

  • Point de contrainte en athéisme

    Athéisme, Écoles,  Éducation_Nationale, islam, religions, terrorisme_islamique

    D’emblée il faut préciser que " Point de contrainte en religion " ( coran ) n’est en rien un appel aux croyants à tolérer les autres religions ni par ailleurs à accepter l’athéisme puisque religion s’écrit au singulier ;

    en ce sens " Point de contrainte en religion " ne signifie rien de plus que si tu n’a pas le temps de faire tes prières à 14 Heures tu fais le double à 17 Heures

    [ Si tu dis que tu es athée, on te dit que tu te goure et on te tuePierre Perret ]

    Dans aucun pays la religion n’est passible de la peine de mort ou d’emprisonnement, dans de nombreux pays l’athéisme si, et pourquoi ? : parce qu’une croyance n’est pas une idée que possède l’esprit, mais une idée qui possède l’esprit au point de pas supporter la liberté de conscience de l’autre essentiellement – la majorité de ces crimes contre l’humanité s’observe dans les pays dominés par les musulmans

    Enseigner à l’école le fait religieux, sans en contrepartie enseigner le fait athée est une discrimination – dans notre pays cette politique de l’Éducation nationale, depuis 2016, due à nos gouvernants issus des gauches a pour vocation de privilégier les minorités religieuses puisqu’elle ne tient compte ni ne respecte les convictions des athées *1

    I

    Point de contrainte en athéisme

    N’en déplaise à qui de droit, l’athéisme met en lumière les trois monothéismes, animés par une même pulsion de mort généalogique qui partagent une série de mépris identiques : haine de la raison et de l'intelligence, haine de la liberté, haine de tous les livres au nom d'un seul, haine de la vie, haine de la sexualité, des femmes et du plaisir, haine du féminin, haine des corps, des désirs, des pulsions

    I

    Réponse aux lecteurs qui me reprochent d’être islamophobe

    C’est vrai, à mainte reprises, j’ai écris : " être islamophobe, c’est naturel – c’est le contraire qui ne l’est pas ", dans la mesure où j’estime que le coran est un document raciste – le manifeste social-politique le plus néfaste avec Mein Kampf jamais rédigé par des cerveaux fêlés tous plus phallocrates les-uns que les-autres

    I

    Est-une discrimination, toute mesure politique qui privilégie les religions

    Contrairement à ce que voudraient faire croire d’hypocrites islamophiles qui, sans vergogne, déclarent dans les médias que la radicalité peut frapper tout le monde,et , en outre pour certains d’entre-eux ( ou elles ) prétendent agir en première ligne pour obtenir la déradicalisation de certains jeunes, ( sans d’ailleurs obtenir de succès ), laisserait ainsi supposer que la radicalité s’attraperait comme un rhume ;

    hors, nous savons parfaitement, depuis toujours, qu’elle est générée par la « religion » musulmane et impacte essentiellement les jeunes et moins jeunes issus des milieux musulmans;

    n’en déplaise à ces islamophiles, nous constatons que les françaises et les français dans leur grande majorité ne font pas du tout preuve de faiblesse d’autant plus que dans notre pays les athées et les sans religion femmes et hommes sont majoritaires et en constante progression démographique ( y compris dans les population maghrébines ou d’Afrique... )

    I

    Mais dites-moi, vous n’imaginez tout de même pas qu’après m’être livré, pendant des décennies, à la critique athée et féministe des religions sexistes et homophobes judéo-chrétiennes que je vais épargner l’islamique qui, depuis l’installation au début des années 80 par Mitterrand des « grands frères », graduellement, d’une décennie à l’autre, divise notre pays en renforçant les inégalités car le comportement anti-social des tenants de cette fausse religion à pour effet d’inciter les jeunes enfants à s’identifier à des pratiques religieuses stéréotypées, sexistes et parfois fondamentalistes, et, progressivement se livrent, dans notre société, à des assauts théocratiques incessant contre la laïcité, à une tentative quasi permanente d’abaisser le statut des femmes, de les chasser de la rue, des cafés, des lieux de fêtes, et, pour la plupart d’entre-eux, de faire preuve d’un nov-antisémitisme – allant, dans l’actualité la plus récente, jusqu’à générer sur notre sol un terrorisme islamique au nom de l’Oumma - CRAB

    I

    Suites : Lectures comparées

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/05/lectures-comparees_10.html

    I

    La femme de Loth

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/12/la-femme-de-loth.html

    I

    Salomé

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/08/salome.html

    I

    MARIE

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/12/marie.html

    I

    *1 - L’œuf et la poule

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/10/luf-et-la-poule_29.html


  • La République est la racine du mal

    Athéisme, Écoles, entreprises, Institutions, Gouvernement, Laïcité, Psyché, religions, République

    Ce qui ne dépasse jamais l’entendement

    Qui a t-il de plus vrai que les histoires à dormir debout d’Hermès, d’autant que selon Nietzsche " les vérités sont bien plus dangereuses que les mensonges " ?

    Bon, bon, bon, ne nous fâchons pas, si, après tout, pourquoi pas ? ;

    s’il est vrai que l’on doit le premier livre d’histoire de la Révolution française à Germaine de Staël, à notre époque contemporaine bon nombre de politicien-e-s et d’idéologues à l’esprit tourmenté, quand un voile exhaustivement ne leur brouille la conscience aiment, ainsi que François le mal-assis locataire pontifiant du Vatican, refaire l’histoire de notre pays ;

    issus des gauches, des centres, des droites, d’une extrême à l’autre de l’échiquier politique les uns ni plus ni moins que les autres ne manquent jamais de remplacer le récit de l’histoire par une sorte de ténébreuse morale aussi obscure que la volonté de ne pas nommer les choses ou les réalités de notre société

    Dans l’actualité politique, le problème n’est pas tant la Le Pen qui semble préoccuper obsessionnellement tout ce « beau monde », ce serait plutôt d’observer et de se demander pourquoi les grandes institutions de notre république sont la racine du mal qui ronge et paralyse notre société ?

    I

    En d’autre temps, Robespierre et sa clique contre-révolutionnaire, sur la demande expresse de Mélenchon l’ami fidèle du dictateur Castro, avaient fait guillotiner la vraie républicaine Olympe de Gouges : fédéraliste, féministe et anti-esclavagiste

    I

    La République

    Ni de 5e, ni de 6e, ni de retour à la 4e république, imaginons : plus de Sénat ni de Parlement ni de Conseil constitutionnel* ( *: d’autant que ce C.I est à géométrie variable dès qu’il s’agit de donner un avis, notamment sur la laïcité ), opter pour la suppression des départements au profit de communautés urbaines - l’ensemble des grandes institutions remplacées à la fois par un gouvernement fédéral gouverné par un Président et un Vice Président devant composer avec un congrès composé de représentants de nos 13 régions, chacune dotée d’un Parlement

    l’État responsable de la collecte des impôts pour couvrir ses missions régaliennes dont le financement d’une Justice* ( * : indépendante du pouvoir politique ), de l’enseignement, de la Santé publique, des pompiers, de la gendarmerie, de l’armée et de la police - avec la charge renforcée de veiller à l’application des lois ( entre-autres de veiller scrupuleusement au respect de l’égalité femmes-hommes, de la liberté d’expression... ) et de contrôler tout ce qui relève des réglementations sanitaires protectrices des citoyen-e-s, des animaux de consommations et de l’environnement

    I

    L’école

    Faire en sorte qu’aucun-enfant ne rentre au collège sans vérifier qu’il comprend bien ce qu’il lit, qu’il est capable d’un écrit de qualité et suffisamment avancé dans sa compréhension des mathématiques

    La volonté du politique de faire respecter la laïcité par le biais des programmes scolaires doit se traduire, en appui des cours d’histoire et d’histoire de l’art, par l’obligation faite à l’Éducation nationale de prévoir l’enseignement du fait athée en contrepartie de l’enseignement du fait religieux - et ce ne serait que justice, dans ce pays où les athées et les sans-religion sont majoritaires -

    I

    Laïcité

    Rétablir la laïcité sur l’ensemble des territoires de la république, en abrogeant le Concordat, en cessant de subventionner des écoles confessionnelles, ce qui actuellement revient à détourner une partie de l’argent public au profit de minorités religieuses - etc. etc. etc. -

    I

    Santé, Retraites et chômage : Sortir définitivement du XXe siècle
    Suppression de toutes les caisses et complémentaires de l’assurance maladie, des retraites

    la Santé n’est pas faite pour gagner de l’argent, ( il en est ainsi de L’enseignement ou de la police... ), donc la santé devrait-être entièrement financée par l’impôt – idem pour le financement des retraites, ( quelque soit l’âge de départ ) - idem pour les allocations versées aux chômeurs

    Financés par l'impôt, la santé, les retraites et les allocations versées aux chômeurs, au nom de la solidarité, permettrait d’abaisser considérablement le coût du travail

    I

    De la démocratie, encore et toujours plus de démocratie

    Dans les entreprises, à partir de trente employés ( ou moins ? ), un collège composé de représentants de salariés, de cadres et d’actionnaires décident bon an mal an de la stratégie géo-économique, de l’organisation du travail, du niveau des salaires et nomment leurs gérants pour un mandat dont la durée peut-être éventuellement renouvelable sur décision de l’Assemblée

    ( rappel : l’entreprise n’est pas un lieu de culte ni de prosélytisme religieux ou autre ) - CRAB

    I

    Suites, 2016 : Novembre - Brèves

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/11/2016-novembre-breves.html

    ou sur :

    http://democrite-epicure.hautetfort.com/archive/2016/11/24/2016-novembre-breves-5878479.html