Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 - 18 ou La Grande Guerre

Le Chat du Rabbin .png

Le chat du rabbin
 

Les chats ne font pas des chiens
Qui, un seul instant, peut imaginer que le goût de Gaston Lagaffe pour la morue aux fraises lui a très certainement été inculqué par sa mère ?

Péguy, en bon bigot avait écrit :
« Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles,
couchés dessus le sol à la face de Dieu (...),
Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre,
Heureux les épis mûrs et les blés moissonnés » - Fin de citations

 

Ce fut une citation de Sarkozy lorsqu’il était Président, une parole de bigot particulièrement méprisante au regard de la conscience des morts pour la France : incroyants ou agnostiques
Loin de toutes préoccupations métaphysiques, mon arrière grand-père et son frère étaient contre cette guerre, cependant ils l'ont fait !
Ils avaient passé un pacte entre-eux « que celui qui reviendrait, prendrait en charge les enfants de l'autre... » - C’est ce qui s’est passé...
Ce dont je suis sûr, en rapport avec ce que je sais de ma famille, profondément républicaine laïque, occitane par les femmes, c’est que la tentation de déserter auraient été très forte s’ils avaient su, une fois la paix revenue, que serait maintenu le Concordat religieux en Alsace et en Moselle

La Grande Guerre.png

2017 - c’est une insulte à l’intelligence !
Aujourd’hui 11 Novembre, jour de commémoration, loin - bien loin du promontoire de la « montagne mangeuse d’hommes », dans son approche qui voudrait tant que les chats fassent des chiens « au nom des morts pour la France » pour la première fois dans l’histoire de la république un Président mélange les morts de toutes les guerres « justes-pas justes » - Affligeant ! - CRAB

Le dormeur du val
C’est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.


Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.


Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.


Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Arthur Rimbaud

Notes : L’armistice a été signé le 11 novembre 1918 dans la clairière de Rethondes, à Compiègne (Oise), entre les Alliés et les Allemands

Suites : 14 -18
http://laiciteetsociete.hautetfort.com/tag/14+-+18

Écrire un commentaire

Optionnel